D’étude en étude, le risque sanitaire des poussières de boues rouges toujours pas exclu

Actualité
Julien Vinzent
17 mars 2017 0

Après Santé publique France, c'est au tour de l'Anses de rendre un avis sur l'impact sanitaire du site de stockage de boues rouges d'Alteo. Si l'industriel y voit un nouveau blanc-seing, les scientifiques insistent aussi sur les limites des données disponibles. Dans les deux cas, l'État a commandé des études complémentaires.

Arsenic, plomb, aluminium… Dans une note datée de janvier 2017, l’Anses conclut que les échantillons de sol prélevés autour de Mange-Garri « ne permettent pas d’exclure un risque sanitaire au niveau local » pour ces trois substances. Évoquée par La Provence le 10 mars, cette étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et

CE CONTENU EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS DU JOURNAL

Abonnement à partir de 4,99 €/mois. Déjà abonné ? pour lire cet article.

DÉMARREZ VOTRE SEMAINE GRATUITE
Profitez sans limite de tous nos contenus et services en temps réel
Rejoignez l'Agora de Marsactu pour discuter, partager et publier
Défendez à nos côtés l'indépendance de votre journal



0
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire