Des enfants de dirigeants d’Erilia occupent des logements du bailleur social à Paris

Enquête
le 26 Jan 2023
12

Selon une enquête de Marsactu, deux enfants de cadres dirigeants d'Erilia occupent des logements du groupe à Paris, dont l'un est un HLM. Le premier bailleur social de la région assure que l'attribution de ces logements respecte le cadre légal.

Premier groupe de logement social en PACA, le groupe Erilia peut se féliciter depuis juin dernier d’avoir inscrit dans ses statuts sa qualité de “société à mission”. Pour reprendre ses éléments de communication, Erilia veut “rendre le logement accessible à tous pour changer la vie et contribuer à l’attractivité des territoires”. D’après les informations que […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Lacoste P. Lacoste P.

    Bravo pour cet article très documenté!
    C’est bien connu que dans l’expression “bailleur social”, le seul social c’est le locataire.

    Signaler
  2. Jeanne 13 Jeanne 13

    Comme c est étrange ces attributions opportunistes ….
    Je participe aux caleol dans le 13 et même si ça c est bien arrangé il n en demeure pas moins que chacun défend ses candidats par contre sur les attributions bailleur direct il y a un gros flou ….Il serait nécessaire de redéfinir les procédures car n oublions pas que les bailleurs sont financés par des fonds publics….les attributions des logements en fonction des origines des locataires représentent la base des replis communautaristes et des différences de traitement quartiers sud quartiers nord de Marseille par exemple…..

    Signaler
  3. Richard Mouren Richard Mouren

    Une fois de plus, nous sommes en présence du duo infernal illégalité/injustice. On habille l’injustice de la fine enveloppe de la procédure légale (demande dans les formes, conditions de revenu “remplies”) pour pouvoir prétendre ensuite que ce n’est pas illégal puisque les formes ont été respectées. Par contre ça devient une manoeuvre pour obtenir un avantage injuste. Ah! ces dirigeants salariés qui se croient propriétaires de leurs entreprises….

    Signaler
  4. Forza Forza

    Je peux pas y croire, tous ces bailleurs sociaux sont pourtant irréprochables :p
    D’ailleurs dans mon immeuble ce sont les seuls avec les propriétaires des locaux commerciaux à ne jamais payer leurs charges : ô pôvres… Dire que certains envisagent de leur confier la gestion des copropriétés en pensant qu’elles seront mieux gérées que par des copros privés : j’aimerais bien voir ça (enfin non en fait).
    https://marsactu.fr/enquete-ouverte-pour-escroquerie-sur-le-parachute-dore-dun-ex-patron-de-logirem/

    Signaler
  5. polipola polipola

    Ce qui m’atterre le plus, c’est que ça ne semble pas choquer les enfants, dignes produits de leurs parents. Si les noms ne sont pas cités, c’est par peur de diffamation @marsactu ?

    Signaler
  6. Magnaval Magnaval

    Pour parler de “rue agréable” au sujet de la rue de Menilmontant, il ne faut pas y avoir souvent mis les pieds ou avoir une notion de l’agréable un peu faussée. C’est très trafiqué et bruyant (mais en se penchant, on, voit la tour Eiffel au loin, derrière le voile de pollution), et les cités gangrénées par le trafic n’y manquent pas. Mais face au scandale profond de l’immobilier en France, il est plus facile de taper sur les gens qui arrivent à se débrouiller qu’à s’attaquer aux vrais fautifs : les profiteurs et les spéculateurs qui entretiennent artificiellement la pénurie et la névrose si rentable de ce pays.

    Signaler
    • Manipulite Manipulite

      D’accord avec vous, il y a des dénonciations un peu faciles

      Signaler
    • julijo julijo

      oui, certes un peu facile. mais si on ne “dénonce” personne, les mécanismes en place dureront….
      et ils durent.
      que ce soit chez erilia, et aussi ds les sociétés d’hlm départementaux ou municipaux, les passe-droit et les abus en tout genre sont largement monnaie courante.
      les commissions d’attributions travaillent sur des listes établies de manière opaques depuis toujours.
      et depuis toujours certains logements sociaux sont très prisés, les hlm en bord de mer, ceux sur le bd michelet, les petites cités…ils hébergent, les familles de privilégiés, parents ou enfants, les “vip” élus ds les secteurs…. bref le commun des mortels qui ne connait personne n’a qu’à patienter….

      alors oui, en dénonçant, le fils de… on ne se trompe pas de cible, mais ce n’est pas la principale. les profiteurs (la drh et le dga d’erilia en sont), et les spéculateurs qui eux ne font rien pour construire des logements sociaux en nombre suffisant, sont particulièrement responsables.

      Signaler
  7. Melanisette Melanisette

    Écœurant une fois de plus …
    Combien de personnes en besoin d’un logement? combien de gens dans la rue ? …

    Signaler
    • Lacoste P. Lacoste P.

      Bonne question :
      40 000 demandeurs inscrits en attente à Marseille, sans compter les milliers qui ont renonce à s’inscrire pour la 10e fois…

      Signaler
  8. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    La fin de la période hivernale approche à grands pas ! Pourtant il serait surprenant qu’on expulse ces jeunes gens de bonne famille.

    Signaler
  9. kukulkan kukulkan

    mais quelle honte, j’espère qu’il y aura des poursuites en justice !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire