Dans les hôpitaux de Marseille, le calme avant la tempête

Enquête
le 19 Mar 2020
13

Alors que les premiers cas graves arrivent dans la région, les hôpitaux de Marseille se préparent à recevoir la "vague" de malades du coronavirus. L'Ap-hm et d'autres hôpitaux sont en train d'effectuer une réorganisation d'ampleur, du recrutement de personnel spécialisé à la distribution de masques en passant par l'ouverture d'unité spéciale.

La Timone, vaisseau amiral de l'AP-HM. Photo : Esther Griffe.

La Timone, vaisseau amiral de l'AP-HM. Photo : Esther Griffe.

« Pour le moment il n’y a personne à l’hôpital, tout est mort et l’ambiance est tendue. On tourne en rond », glisse une psychologue au sortir du service de réanimation de la Timone. Malgré ce calme relatif, les médecins et chefs de service de l’assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) sont sur le pied de […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    Pensée émue pour l’hôpital Sainte-Margueritte, ses urgences, sa réanimation, ses blocs… supprimés, fermés, démantelés, il y a moins de 10 ans.

    Ce n’est pas dans la clinique privée de Renaud Muselier, qu’on a construit dans ses jardins, que l’on va soigner le coronavirus…

    Signaler
  2. Tarama Tarama

    A Saint-Jo, ils n’ont pas de masques pour protéger le personnel qui n’est pas directement au contact de ces malades…

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Une fois de plus c’est l’APHM qui va faire le boulot autrement dit le public. Ce n’est sans doute pas le lieu, ni le moment mais quand-même. Comme disent les Québécois, je me souviens que l’actuelle mairie ne pense que privé pour la santé ou l’école.
    Alors il faudra s’en souvenir le moment venu.
    Soutien., amitié et affection pour nos médecins et soignants.

    Signaler
    • Reuze Reuze

      Il ne faut pas oublier, en plus de l’APHM, les deux hôpitaux privés à but non lucratif (Hôpital Européen et St Joseph) qui participent au service public hospitalier.
      Effectivement, il faudra s’en souvenir après la pandémie, quand on reparlera de céder des terrains et d’accorder des permis à des hôpitaux privés à but lucratif qui font des profits gras sans contrepartie.

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Comme l’indique le beau slogan des luttes contre la réforme des retraites : « Quand tout s’ra privé, on s’ra privés de tout. »
      C’est toujours le moment de le dire, et c’est toujours le moment de le découvrir et de se l’approprier, car il est parti pour servir … longtemps!

      Signaler
  4. Vand Vand

    Excellent article, éclairant, merci de nous transmettre toutes ces infos… Force et courage aux infirmier.e.s et soignant.e.s, on est derrière vous.

    Signaler
  5. julijo julijo

    propos d’une « soignante » lus sur Facebook :
    Je suis soignante, ni soldat, ni en guerre ?
    Après nous avoir enlevé tous nos moyens, gelés nos salaires, on nous voit comme des héros. Héros de rien du tout, on a juste pas le choix.
    J’ai la gerbe : la seule guerre que j’ai envie de faire c’est celle contre les décideurs et les bureaucrates. Le confinement n’est décidé que parce que l’hôpital n’a pas les moyens de faire face….

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Exact… le confinement n est décidé que parce que l hopital n a pas les moyens de faire face.
      Et à qui vont aller les grosses sommes débloquées par le gouvernement ?
      A l hopital ?
      Non aux entreprises…

      Signaler
    • Reuze Reuze

      Euh… le confinement est décidé parce que l’hôpital, même s’il était bien financé, n’aurait pas les moyens de faire face à l’afflux de patients tant ce virus est contagieux.
      Ce qui manque et qu’on aurait pu avoir, ce sont des kits de test et des équipements (masques notamment) pour faire du dépistage massif puis confiner dans de bonnes conditions les personnes atteintes.
      L’hôpital est sous-financé depuis des années, c’est vrai, mais ça n’a pas grand chose à voir avec le confinement actuel.

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Reuze vous êtes fantastique…

      Signaler
  6. Marc4nos Marc4nos

    Certaines personnalites politiques marseillaises detectees porteuses du virus semblent beneficier de soins a l hopital auxquels le simple citoyen n a pas acces avec les memes symptômes.

    Signaler
  7. Mogosmo Mogosmo

    A l’IHU l’ambiance est un peu différente…

    Signaler
  8. Hubert VIALLET Hubert VIALLET

    Bravo à toutes les équipes médicales qui travaillent dans l’urgence.
    Mais une question me taraude concernant le médicament qui pourrait soigner, comme celui étudié par le professeur Chercheur mondialement reconnu Raoult à Marseille. Le traitement étudié semble marcher sur 24 personnes, certes il doit encore être étudié, mais quel est le moindre risque à ce jour?
    – laisser mourir 5% des infectés et laisser la pandémie se poursuivre,
    – ou bien prendre le risque (cardiaque semble-t-il) de proposer ce traitement à ceux des malades qui le veulent (Comme Martine Vassal, et d’autres), et de contribuer à enrayer la pandémie? Mars actu peut-il demander une évaluation comparative de ces deux risques? Merci d’avance.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire