Dans les 13/14, le Printemps marseillais impose son candidat

Actualité
le 30 Jan 2020
12

Mercredi, le Printemps marseillais a présenté sa première tête de liste et a décidé de le faire dans le 13/14, secteur actuellement RN. Une annonce qui prend de court les partenaires, avec qui une union de la gauche était en débat sur ce secteur.

Jérémy Bacchi et Michèle Rubirola le 29 janvier. (Image LC)

Jérémy Bacchi et Michèle Rubirola le 29 janvier. (Image LC)

L'enjeu

Le Printemps marseillais a présenté mercredi une tête de liste dans les 13e et 14e arrondissements.

Le contexte

Depuis près de deux semaines, des discussions avec les écologistes et le Pacte démocratique étaient en cours pour ce secteur tenu par le RN. Le Printemps marseillais a pris de court ses partenaires.

« Jérémy est un éclaireur, une chance historique de montrer un nouveau visage ». Ainsi le Printemps marseillais a présenté, par la voix de sa candidate à la mairie Michèle Rubirola, sa première tête de liste de secteur. Le mouvement d’union d’associations et de onze partis de gauche, dont le PS, le PCF, Génération.s, ainsi que des militants EELV suspendus, et des militants insoumis, choisit donc de placer le secrétaire départemental du PCF, Jérémy Bacchi pour s’opposer au RN Stéphane Ravier. Une annonce qui intervient alors que des discussions étaient en cours depuis une dizaine de jours en vue de présenter une liste d’union pour ce secteur, avec la liste écologiste Debout Marseille, des militants Insoumis du secteur et du Pacte démocratique.

« Les discussions sont en cours mais elles n’ont pas encore abouti », reconnaît le nouveau candidat. Quelle urgence y avait-il alors à présenter à la dernière minute cette candidature avant tous les autres secteurs, dans une pièce aux murs nus du musée du terroir marseillais de Château-Gombert ? « Nous avons décidé d’avancer rapidement car l’enjeu est plus fort que dans d’autres secteurs, argumente Jérémy Bacchi, déjà candidat d’une liste d’union de la gauche en 2014. Dès lundi matin, il faut avoir du matériel de campagne. Il est irresponsable d’attendre encore ». Et qui dit affiches et prospectus, dit, avoir un nom et un visage à mettre dessus.

Bienveillance d’un côté, stupeur de l’autre

Jérémy Bacchi assure avoir prévenu ses partenaires de sa démarche, accueillie selon lui « avec bienveillance ». Mais, en face, c’est surtout la stupeur qui domine. « Hier soir, on avait une réunion pour parler programme, le Printemps ne s’est même pas excusé, s’exaspère Sébastien Barles. J’ai eu Michèle Rubirola au téléphone hier, elle ne m’a même pas parlé de la conférence de presse. Ça correspond à tout ce qu’on dénonçait à propos du Printemps ». Pour le candidat de la liste écologiste et citoyenne Debout Marseille, la situation est « sidérante. C’est un cadeau fait à Ravier. On est dans la combinazione partidaire ». Du côté de Mohamed Bensaada, on y voit « un coup énorme à l’unité ». Il ajoute même : « sur la forme je reste très perplexe, ils ont l’air d’être en panique ».

Plusieurs observateurs soufflent que le Printemps marseillais pouvait difficilement refuser une tête de liste au secrétaire départemental d’un des principaux partis qui le constituent. Car, comme dans le reste de la ville, les désaccords de fond sont minces, mais la question de la tête de liste a d’emblée suscité des tensions. Là où le Printemps marseillais avait déjà envisagé de placer Jérémy Bacchi de longue date, les autres partenaires poussaient pour une candidature de l’Insoumis Mohamed Bensaada. Une semaine plus tôt, Samia Ghali annonçait, sans prendre part à ces discussions, qu’elle serait représentée dans ce secteur par Julien Rossi, également insoumis du secteur.

L’hypothèse d’un tirage au sort

« On savait qu’il y avait une divergence sur l’ordonnancement sur les listes, mais on était d’accord sur le reste. Je ne m’attendais pas à une rupture aussi brutale alors que tout était ouvert », déplore Samy Johsua, conseiller municipal d’arrondissement proche de la FI, qui avait invité les organisations de gauche à se réunir à la mi-janvier. « Jérémy Bacchi et Mohamed Bensaada maintenaient tous les deux leur candidature, j’envisageais presque de proposer un tirage au sort, mais on n’a pas eu le temps d’aller plus loin ».

« Je considère que Mohamed Bensaada est une personne de valeur, a indiqué Jérémy Bacchi. Je n’ai pas de difficulté personnelle avec lui mais je pense être celui qui représente le plus l’équilibre. Le Printemps marseillais regroupe onze partis des forces de progrès, et de citoyens, et tous disent qu’il n’est pas le point d’équilibre ». Une analyse appuyée par Michèle Rubirola : « Dans chaque secteur on cherche l’équation gagnante, on regarde ce que chacun représente, on écoute les gens du quartierIl faut arriver à faire face à Ravier et à tout ce qu’il racontera. »

Campagne à plusieurs têtes

Malgré ce passage en force concernant la tête de liste, Jérémy Bacchi et Michèle Rubirola parlent d’une candidature « qui tend la main ». « On est d’accord pour inventer quelque chose de plus large, pour une campagne à plusieurs têtes ». C’est d’ailleurs la solution qui semblait émerger des sept réunions qui ont eu lieu au cours des précédentes semaines selon les échos recueillis, avec un trio de tête constitué de Jérémy Bacchi, Mohamed Bensaada et une candidate citoyenne pour Debout Marseille, « une magistrate », nous indique-t-on. Sans rompre complètement les discussions, le Printemps marseillais semble donc donner sa vision sur l’ordre qui devra prévaloir au sein de ce trio.

« Je peux sans problème revenir à la table des discussions avec le PM, j’ai toujours mandat de mon parti pour opérer le rassemblement le plus large. Pour l’instant il n’y a pas de plan B, pas de plan C« , regrette Mohamed Ben Saada, qui continue de mettre en avant les qualités de sa candidature. Il y avait un large consensus autour de ma personne, mais aussi autour du partage de l’incarnation, d’une plateforme de propositions, parce que la FI est pertinente sur ce territoire”.

Pas sûr que de l’autre côté de la table on digère bien la situation. Là où Samy Johsua espère malgré tout que la situation soit « rattrapable », Sébastien Barles lâche : « On n’annonce rien pour l’instant, mais on n’a plus envie de faire avec eux ».

Les Insoumis lâchés dans la nature
Vendredi 24 au soir, Jean-Luc Mélenchon a, lors de ses vœux au McDonald’s de Saint-Barthélémy, donné sa bénédiction aux Insoumis marseillais pour qu’ils fassent… ce qu’ils voudront. « Je me dois de vous respecter dans vos diversités et dans vos choix. Je fais ce que je peux dans les heures qui passent pour que vous puissiez vous retrouver ensemble. Si je n’y parviens pas, je ne ferai pas de différence entre vous », a-t-il lancé devant une audience quelque peu clairsemée. Depuis des mois, les Insoumis locaux sont divisés sur la stratégie à adopter, la suppléante du député étant pleinement impliquée dans le Printemps marseillais, quand une base militante principalement issue des quartiers populaires et proche du Pacte démocratique rejette l’union de la gauche sous cette forme. En l’absence de consigne claire, on devrait donc observer différents choix personnels.
Si certains annoncent qu’ils ne prendront pas part à la campagne, d’autres décident déjà de partir ailleurs, à l’instar de Katia Yacoubi, militante des quartiers nord, investie sur la question de la lutte contre les punaises de lit, qui a rejoint la liste Debout Marseille où elle partagera le binôme de tête avec Hervé Menchon (EELV) dans les 9/10. « La division existe déjà, et au Printemps marseillais, je ne vois pas les gens que je côtoie au quotidien dans les luttes, les acteurs de terrain. Les écologistes proposaient des places éligibles au membre du Pacte démocratique, ce que le Printemps n’a jamais fait », explique-t-elle.
Une autre militante FI, impliquée quant à elle dans la cité des Bourrelys, Aïcha Mansouri, a rejoint quant à elle Samia Ghali.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. mada mada

    Julien Rossi n’est plus à la FI, Samy Johsua l’est toujours. Bacchi c’est qui? Je l’ai rarement vu dans le 13/14 qui se bouge contre le RN quant au PC il n’atteint pas 4% aux élections européennes. C’est dire son implantation et son impacte dans ces arrondissements. Ce n’est plus le Printemps mais l »Hiver Marseillais qui gèle une dynamique unitaire citoyenne et de lutte.

    Signaler
    • Louise LM Louise LM

      je suis bien d’accord
      voir mon post plus bas

      Signaler
  2. bonaventure bonaventure

    Tous les 6 ans , la même histoire… et ce coup-ci Ravier/Vassal à la Mairie centrale

    Signaler
  3. Pitxitxi Pitxitxi

    L’union n’a jamais pu être possible sur l’ensemble de la ville. Dans ce secteur, on nous dit qu’il y a négociations, mais on n’en voit pas le bout. A un moment donné, il faut lancer la campagne pour avoir de la visibilité. Le PM a pris les devants, au risque de froisser un peu plus ses supposés alliés.

    Enfin, remettons les choses dans leur contexte : le PM a fait consensus autour de Rubirola, parce que Payan et le PS en froissaient certains, et que Camard et LFI en froissaient d’autres. Barles peut hurler tant qu’il veut, il n’a jamais fait un pas franc vers une grande union, ou alors autour de sa petite personne et de son étiquette.

    Quant à LFI, Mélenchon a encore une fois montré tout l’intérêt qu’il portait à la question marseillaise, c’est à dire aucun. Et les militants ne sont pas capables de s’accorder sur quoi que ce soit. Résultat des courses : on en trouve de longue date dans la partie constituante du PM, on en voit au Pacte Démocratique (dont Bensaada – en aparté, ne serait-ce pas lui qui a dit que le PD préparait surtout le terrain pour 2026 ? Lunaire… – ), chez Samia Ghali (la Madonne compatible avec tout le monde « sauf les extrêmes »), chez EELV, etc.

    Bref, les premiers à invectiver les autres à propos de l’union sont les premiers à voguer de liste en liste, ou à vouloir imposer leur vision de la chose.

    Signaler
  4. gabeloupasfou gabeloupasfou

    Les négociations pour les listes de gauche, à côté Yalta 1945 c’est une partie de billes de cour de récré.

    Signaler
  5. marseillais marseillais

    C’est sur qu’il faut savoir siffler la récréation et faire ses choix. Les tergiversations du PM avec le Pacte Démocratique et divers insoumis n’a pas abouti à grand chose aprés plusieurs mois de discussions stériles et aucun accord n’a vu le jour.
    Certes, battre Ravier est une priorité, mais il aurait fallu se mettre en ordre de marche avant pour l’affronter uni et trop de divergences surgissent.
    La candidature annoncée hier de Bacchi n’est pas d’une grande surprise mais ne jouons pas comme Barles les vierges effarouchées, lui qui, alimentant les divisions, en fait son fonds de commerce, navigant au gré du vent.

    Signaler
  6. barbapapa barbapapa

    Pour aller aux élections, il ne suffit pas de tchatcher de ci de là et de poster sur Internet, il faut un minimum d’organisation, des organisations comme le PC avec des militants, des pratiques, de l’argent, des colleurs d’affiches, des scrutateurs et des présidents de bureaux de votes, des candidats avec des cartes d’identité…

    Signaler
  7. patrick patrick

    il va falloir que chacun se positionne rapidement le PM a bien fait d’accélérer, on ne voit que 3 affiches en ville berlan-vassal-ravier. alors bougez vous le cul ou faites comme barles qui assume la division et souhaite faire perdre la gauche.

    Signaler
  8. Louise LM Louise LM

    Ce choix précipité est absurde. Politique du fait accompli, arrangement de partis, le pire. Il va faire un très mauvais score
    Bensaada pourrait faire sortir de l’abstention beaucoup d’habitants de ce quartier que je connais bien. Il y est connu et respecté, il a participé depuis des années aux mobilisations des quartiers populaires. Ce n’est pas le cas de Bacchi
    Aujourd’hui je vote dans un autre secteur, mais je suis tellement en colère que ça me donne envie de ne pas voter pour le PM
    Il ne faudra pas venir se plaindre d’un mauvais score et de l’abstention quand on fait tout pour ça

    Signaler
    • manudu83 manudu83

      précipité ? on doit déposer les listes (303 noms, alternance, etc…) dans 26 jours aujourd’hui….

      Signaler
  9. patrick patrick

    cette connerie du pm m’avait échappé

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire