Coup de chaud pour la Cité de la musique

Actualité
Lisa Castelly
28 Nov 2017 7

Trombone, n’goni, cornemuse, guitare ou mandoline… 2200 élèves bénéficient à Marseille des cours de musiques dispensés par la Cité de la musique. En plus de sa salle principale, sise à quelques pas de la porte d’Aix, celle-ci se déploie à travers huit centres d’enseignements. Autant dire que lorsqu’une lettre de la Ville est parvenue en fin de semaine dernière dans les bureaux de la direction, pour lui signifier la fin définitive de la délégation de service public en cours, les sueurs froides furent réelles.

Une angoisse qui transparaît dans un tweet publié vendredi par le chef de file des conseillers municipaux socialistes Benoît Payan, annonçant carrément la “fermeture” de la structure.

Interrogé, il convient que sa réaction est arrivée “un peu tôt” vis-à-vis des discussions toujours en cours, mais confirme que “la mairie cherche bien à mettre fin à la délégation facultative de service public”.

Un problème d’interprétation

Renseignements pris du côté de la Cité de la musique, si cette information n’est pas erronée, elle n’est pas complète. Jean Mangion, président de la structure, reconnaît avoir pris peur à la lecture de la missive mais assure avoir depuis dissipé le malentendu. “C’est un problème de rédaction d’un courrier, qui présentait les choses de façon assez incompréhensible. Depuis j’ai pu avoir le maire au téléphone, ainsi que le directeur général des services, et cela n’a rien à voir avec ce que l’on a pu interpréter dans un premier temps”. L’ancien directeur des affaires culturelles de la Ville, proche de Jean-Claude Gaudin, explique qu’il ne s’agit en fait que d’un “changement de forme juridique” du partenariat qui lie la municipalité à la Cité de la musique.

“Par le passé, il y avait eu une convention, puis, on est passé à un délégation facultative de service public (DSP), et la Ville souhaite que l’on revienne à une convention, ce qui est plus souple, et permet d’ajuster le budget quand c’est nécessaire”, détaille Jean Mangion, qui partage ce raisonnement. “Quelle que soit la forme, tout me va, du moment que les emplois sont préservés. Les moyens sont ce qu’ils sont, mais nous allons bien rester dans les mêmes configurations”. L’actuelle délégation, qui aurait dû s’achever il y a plusieurs mois, va donc être prolongée jusqu’à la fin de l’année scolaire afin de mettre en place les détails juridiques du nouvel accord. Et les financements – environ 3 millions d’euros – devraient rester équivalents pour cette période.

“Il n’est pas question de fermer la Cité de la musique, confirme à son tour Anne-Marie d’Estienne d’Orves, adjointe à la culture. Tout simplement, on arrête la DSP et on va travailler sur un autre projet, un autre façon de porter la Cité. Le budget est là, on passe juste d’un système à un autre, pour être plus efficace”. Les discussions sur la nouvelle forme de convention devraient donc s’étaler sur plusieurs mois. D’ici là, Jean Mangion, qui doit rencontrer le maire cette semaine, espère avoir des éléments rassurants à présenter lors de l’assemblée générale extraordinaire de la structure, qui se tiendra le 7 décembre prochain.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...
La Ville offre une nouvelle unité d’hébergement d’urgence, à l’État de payer le reste
Jean-Claude Gaudin signait mercredi le bail emphytéotique de la future unité d'hébergement d'urgence qui doit voir le jour en 2021. Réalisée par le groupe...
Cinq copropriétés marseillaises passent en “priorité nationale”
Vestige du marketing immobilier des années 60, les grandes copropriétés marseillaises ont souvent le mot "parc" affilié à leur nom alors qu'elles n'offrent souvent...
Coup d’arrêt pour le projet d’extension de Plan-de-Campagne
L'affaire était déjà mal embarquée, la voilà plombée. Après un premier avis défavorable de la commission départementale d'aménagement commercial en juin, l'échelon supérieur, la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire