Contrat local de propreté : Guy Teissier veut faire exploser le fini-parti

À la une
le 24 Juin 2014
28

C'est une petite bombe estivale qui vient s'ajouter à la grève de la SNCM et au conflit des intermittents : le nouveau contrat local de propreté n'est pas encore à l'agenda du conseil communautaire et déjà les syndicats montent au créneau pour dire qu'ils n'en veulent pas. Et le spectre de la grève et des monceaux d'ordures en souffrance laisse flotter un parfum de déjà-vu. A la suite de leur rencontre avec le président de la communauté urbaine Guy Teissier, le 16 juin dernier, le syndicat majoritaire, Force ouvrière a annoncé la couleur dans un tract : "Non à la suppression du départ anticipé. Non à la suppression des bennes de nuit et de jour. Non au transfert des cantonniers aux mairies de secteur". Or, il s'agit là des principales mesures du contrat local conçu par l'administration de MPM et qui doit être examiné par le comité technique paritaire, le 30 juin prochain.

Le syndicat demande également que le texte soumis à pour avis cet organe consultatif composé d'élus syndicaux et politiques maintienne "le départ anticipé sur réserve que la totalité de la section soit effectuée et bien collectée". Ce qui peut se traduire comme une sanctuarisation du fini-parti. Or, le texte que Marsactu s'est procuré et publie ci-dessous ne sanctuarise rien. Au contraire, il prend appui sur l'opinion publique "qui juge défavorablement la propreté urbaine" et sur la récente décision de la cour administrative d'appel pour "revoir l'organisation du temps de travail" tout en améliorant le service public "lié aux prestations de collecte et de propreté".

"Nous demandons le retrait du texte"

Du côté du SDU13-FSU, les élus sont tout aussi remontés même si ce n'est pas pour les mêmes raisons. En tant qu'élu au CTP, Roger Aymard demande le retrait du texte présenté ce lundi : "Il n'y a pas eu de négociations avec les organisations syndicales sur ce texte. Notre maître mot, c'est la concertation. Or, les personnels n'ont pas du tout été consultés et l'administration se prépare à le faire voter au moment où les Marseillais partent en vacances ? Pour nous, ce n'est pas possible". Que contient donc ce rapport pour irriter les syndicats, toutes couleurs confondues ? Officiellement, la communauté urbaine, n'a rien à dire. "Pas de commentaire, confirme Monique Cordier, conseillère communautaire déléguée en charge du sujet. Le dossier est provisoire."

Contrairement à ce qu'avance Force ouvrière, il n'est pas question d'un transfert manu militari des cantonniers et des engins de nettoiement aux maires de secteur. Déjà, pendant la campagne, la droite avait dit son hostilité à cette idée de transfert qui aurait mis les agents sous coupe réglée des maires. En revanche, ces derniers auront bien "un rôle plus affirmé dans la définition et la supervision du dispositif propreté sur leur territoire", précise le texte qui mentionne un comité "réunissant périodiquement tous les acteurs concernés". Si ce comité reste dans le bleu du crobard avant négociation, la courroie de transmission sera mieux établie entre les équipes de la Direction de la propreté urbaine (DPU) dans chaque arrondissement et l'élu concerné. 

"C'est cette proximité que j'ai perdue pendant les six années de mandat Caselli et qui sera désormais étendue à l'ensemble des mairies, se réjouit Bruno Gilles qui suit de près le dossier de la propreté. Cela paraît logique que le maire puisse se coordonner avec le chef de la DPU de son secteur pour savoir où faire passer les arroseuses. Et puis chacun de nous aura une vision claire des agents qui nettoient son secteur comme des machines qui sont à leur disposition." Le sénateur-maire des 4/5 ne s'émeut même pas de ne pas être dans les secteurs prioritaires. En effet, la réforme sera d'abord testée à partir de septembre 2014 dans le 1/7. "Le centre-ville est prioritaire, normal", commente Gilles. Mais aussi dans les 6/8 et 9/10, moins débordés par les bordilles ? "On ne va pas se cacher derrière le petit doigt : ce sont les secteurs du maire et du président Teissier, rigole-t-il. Mais tous les autres suivront en janvier 2015."

Au-delà de la question de la sectorisation, c'est celle du fini-parti qui concentre l'essentiel du courroux syndical. Le document adopte un ton martial pour mettre fin à cette pratique coutumière, déclarée illégale par le tribunal administratif.

Il convient de mettre un terme au "fini-parti" tel qu'il est pratiqué actuellement et à ses dérives qui se révèlent pénalisantes pour les agents eux-mêmes, pour le budget de la communauté urbaine et pour l'efficacité du service public.

Le document prévoit donc des journées-types théoriques de 7 h 30 à la fois pour les agents de la collecte, ceux du nettoiement et les agents de maîtrise. Un cadre très éloigné des horaires de travail et habitudes des agents du nettoiement, tous secteurs confondus. Sur ce point, Bruno Gilles est moins catégorique : "Le fini-parti, c'est l'arbre qui cache la forêt. Ce à quoi il faut mettre fin, c'est aux disparités à l'intérieur d'un même service où des gars peuvent partir à des horaires très différents." De fait, la marge de négociation est à chercher dans le commentaire qui conclut chacun des chapitres de ce second point. "Ces principes généraux seront déclinés sous forme de notes de services décrivant très précisément la journée-type et les horaires adaptés aux spécificités des secteurs et des métiers", indique le document.

Or, ce sont ces fameuses notes qui risquent de décliner pour chaque métier cette nouvelle donne des horaires. Certains craignent qu'une certaine opacité accompagne leur rédaction et facilite les petits arrangements entre amis loin de toute concertation publique. Car le texte présenté en CTP ne sera pas celui qui sera voté in fine lors du conseil communautaire de juillet. En cas d'avis négatif, une nouvelle phase de négociations devraient s'ouvrir avec les organisations syndicales. Nul n'ignore que celles-ci ont en ligne de mire les élections professionnelles de décembre. Ce n'est donc pas le moment de déplaire à sa base. "En même temps, une grève des poubelles en plein été comme on en a connu dans le passé serait préjudiciable à tout le monde, commente Bruno Gilles. Je suis sûr que nous n'en arriverons pas là. Ce n'est pas un bras de fer mais une négociation. Après tout, nous venons de gagner des élections non ?" 

Le projet de contrat local de propreté

 

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Delair Delair

    Ah çà frémit à MPM sur la propreté? Un espoir de voir un jour cette ville rentrer dans le groupe des villes à peu près propres. Tout l problème se situe au niveau des modalités d’application et du contrôle car des notes de service placardées ne seront même pas regardées si l’encadrement ne contrôle pas l’application de nouvelles règles, et actuellement les contrôles..

    Signaler
  2. jdeharme jdeharme

    Après les contrats de ville, les contrats locaux de sécurité, les contrats locaux de prévention de la délinquance, Le nouveau contrat local de propreté tous ces contrats se résument en 2 objectifs. Faire parler les citoyens pour leur expliquer dans le détail ce qu’il faudrait faire mais sans les moyens de le faire, endormir un peu plus la population sur l’idée ne vous inquiétez pas brave gens vos élus veillent sur vous. Ce contrat de propreté le député, président de MPM, conseiller municipal, conseiller d’arrondissements, sait très bien qu’il n’apportera rien de bien nouveau, voir même divisera en 8 les inégalités. Quand il y a problème on centralise, quand il y a problème on décentralise, bref on fait du surplace pour masquer l’incompétence d’élus qui ne vivent plus dans le même monde que vous, et pour ceux qui y vivent car il y en a, mais ce ne sont pas ceux là qui décident

    Signaler
  3. jdeharme jdeharme

    « C’est cette proximité que j’ai perdue pendant les six années de mandat Caselli et qui sera désormais étendue à l’ensemble des mairies, se réjouit Bruno Gilles
    Ah bon avant cela de 1995 à 2008 sous jean claude gaudin il y avait un rôle joué par les mairies de secteur première nouvelle ou alors peut être pour celle de monsieur bruno gilles dans ce cas là on voit bien que selon la couleur politique de la mairie de secteur il y a rupture d’égalité des citoyens mais bon comparé à l’affaire Bygmalion on va pas en faire toute une histoire

    Signaler
  4. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Arrêtez moi ou je vais faire un malheur! Comment peux-t-on se fâcher avec des gens dont certains ,leur travail fini,sont partis coller les affiches pour le compte du syndicaliste F O d ‘honneur Gaudin ? Ce dernier se fout de la saleté de « sa ville »puisque lui est parti à Saint Zacharie

    Signaler
  5. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Tant que les élus de secteurs ne seront pas RESPONSABLES de la propreté de leur circonscription avec les cantonniers et éboueurs placés sous leur autorité rien ne changera C’est ça la proximité ! !Mais comme il s’agit de cumulards où peuvent-ils trouver le temps de faire ce boulot ?

    Signaler
  6. Vieux-Port Vieux-Port

    Bravo à Teissier d’affronter le problème de la propreté. En espérant qu’il ait le courage d’aller au bout et qu’il en fléchira sous la menace de grèves. S’il faut en passer par là, pas de pb, on serrera les dents et on se bouchera le nez quelques semaines, mais ça vaut le coup !

    Signaler
  7. Mistral Boy Mistral Boy

    Mr Teissier nous scruterons toutes vos décisions, vous avez l’occasion de remettre en ordre le fonctionnement de la propreté allez-y, et s’il y a des grèves on pourra envisager une mobilisation citoyenne pour faire face à l’urgence.
    Les agents de la propreté doivent faire le travail pour lequel ils sont payés, et tous travailler le même temps, soit 35h payées 35.
    De toute façon si le fini-parti revenait nous pourrions faire une action collective en justice pour demander son abrogation.

    Signaler
  8. Toine Toine

    Ce ne sera pas la 1ère ni la dernière grève des éboueurs à Marseille, alors qu’importe! Il ne faut rien lâcher et reformer toute cette organisation mafieuse de la collecte des déchets à Marseille orchestrée par FO!
    Les cantonniers doivent faire plus de passages dans les rues, donc bosser plus et surtout bosser MIEUX!! Il faut plus de contrôles de leur travail par les autorités publiques et plus de réactivité lorsque les rues sont dégueulasses pour être re-netoyées rapidement. Avec la taxe de collecte des déchets la plus chère de France, les marseillais en ont ras le bol de vivre dans une ville crasseuse! Charge à Teissier et aux élus de faire appliquer la loi: mettre fin au fini partit!!!

    Signaler
  9. Anonyme Anonyme

    J’ai remarqué que depuis une quinzaine de jours , les poubelles et containers figurant sur la photo accompagnant l’article , ont été remplacés par du matériel moderne et fixe . La place du général De Gaulle en avait bien besoin …

    Signaler
  10. joliette13 joliette13

    Qu’ils aillent au bout, qu’ils donnent aussi des outils aux employés pour travailler, des balaies, des poubelles et qu’on mette des amendes à ceux qui salissent (au lieu d’augmenter les impôts !)

    Signaler
  11. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Comme toujours sur ce sujet, Farce Ouvrière ne craint pas la contradiction. Ecrire dans le même tract « Non à la suppression du départ anticipé » (traduction : il s’agit du fini-parti)et « Nous demandons la prise en compte de la pénibilité du travail », il faut le faire !

    Autrement dit, pour lutter contre la pénibilité et les accidents du travail, il faut accélérer la cadence et faire la course derrière les bennes… Sic !

    Tout le contraire de ce que recommande l’Assurance Maladie : « Le prestataire de collecte met tout en oeuvre pour supprimer la pratique accidentogène du « fini quitte » ou « fini parti ». » (Recommandation R437, page 3 : http://www.ameli.fr/employeurs/prevention/recherche-de-recommandations/pdf/R437.pdf) C’est d’ailleurs sur la base de cette recommandation que d’autres collectivités ont entrepris de réformer cette mauvaise pratique.

    Signaler
  12. Anonyme Anonyme

    Bravo maintenant il va falloir tenir bon.
    Bon face aux grévistes, aux commerçants (qui veulent une ville propre mais pas de grève),face à l opinion publique (qui veut une ville propres mais pas de grève),face à une grosse partie de la droite locale qui ne veut surement pas faciliter la vie à Tessier.
    i

    Signaler
  13. hommedesbois hommedesbois

    En 2015, y aura-t-il une nouvelle attraction marseillaise : les agents fo chargés de la collecte des déchets feront-ils les 35h qui leur sont payées chaque semaine ?
    Ce ne serait pas du luxe vu l’état de saleté de la plupart des rues marseillaises.

    Signaler
  14. Anonyme Anonyme

    il n’y a pas que le honteux fini parti, il y a aussi l’armée des cantonniers mias des zélus qui (lorsqu’ils sont à leur poste, ce qui n’est pas gagné) lorsqu’on les observe ne s’activent jamais au travail, regardent les détritus du haut de leur balai mais n’y touchent surtout pas. Des rues et des quartiers entiers sont innommables. 1 Exemple même dans les « beaux quartiers » la rue des Brusques, ignoble et puante de merdes de chiens dont certaines datent en permanence de plusieurs semaines ou mois…

    Signaler
  15. TOTO 13 TOTO 13

    c’est les marseillais les gros dégueulasses, il faudrait multiplier par cinq les effectifs pour enlever leur bordilles qu ils jettent à toutes heures dans les rues, s’ils font pareil dans leur appartement ça doit être un beau cochonnier. La preuve dans les 17 autres communes de MPM c’est nickel pourquoi ? parce que les habitants respectent leur ville et le boulot des agents de propreté.

    Signaler
  16. Anonyme Anonyme

    Tenez bon M.Teissier… On est avec vous. On vous fait confiance mais ne lâchez rien… On en a marre de ces rues mal nettoyées et de ces ripeurs qui se croient sur le circuit Paul Ricard en collectant les déchets une fois sur deux…

    Signaler
  17. Anonyme Anonyme

    Il faudrait que les agents de maîtrise change de secteur une foi n’omet sa inviteras les magouilles entres amis qui se distribue les heures suplemantaires et les iTT
    Voilà madame cordier faite une enquête ?

    Signaler
  18. Tatie Danielle Tatie Danielle

    sur,les trottoirs sont sales MAIS il n’y a pas assez de poubelles,ou bien elles sont pleines ou rompues…

    Signaler
  19. Anonyme Anonyme

    enfin du courage politique, merci Monsieur Le Président.

    Signaler
  20. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Officier parachutiste de réserves, Tessier devrait savoir qu’un chef de corps, ne croit pas déroger en effectuant périodiquement et le plus souvent de se façon inopinée des visites de quartier, de base ou de navires. Cela lui permet de s’assurer de la propreté des cantonnements, de leurs abords et des parties communes. À cette occasion il est accompagné de l’officier du jour et des cadres responsables de la propreté et de l’entretien des différentes parties du quartier ou de la base. À Marseille il y a 103 conseillers municipaux, 202 conseillers de secteur, dont huit maires d’arrondissement. Il serait tout à fait normal que dans chaque secteur le maire soit responsable de la propreté, du stationnement etc., au besoin par délégation. Les équipes de cantonniers et d’éboueurs seraient placés sous son autorité. Actuellement les responsabilités sont diluées d’où le marasme.

    Signaler
  21. mic du 5eme mic du 5eme

    3/4 d’heure pour être prêts et avoir saisi les consignes…
    suis je seul à trouver que c’est beaucoup ?
    pour mémoire à l’hôpital quand on pointe on est à l’heure ET habillé prêt à travailler…
    Bref, c’est un début timide vers le retour à 35 h travailler, mais que le chemin est long…

    Signaler
  22. Jean Michel Jean Michel

    Enfin un Président courageux ! merci Mr TEissier !

    Signaler
  23. Anonyme13 Anonyme13

    Enfin du courage!!! continuez Mr Teissier

    Signaler
  24. Anonyme Anonyme

    En lisant tout çà je pensais à la métropole et à son éloignement certains du quotidien des gens.
    Le retour en arrière à mpm est encore plus violent que je le pensais,là on ne revient pas au maire de Marseille,mais carrément à celui du secteur.
    Preuve que la proximité et la responsabilité vu diable cela a du bon.

    Signaler
  25. cani cani

    En tout cas c’est une démarche coyrageuse de la part de Mr Teissier
    qu’il tienne bon et que la masse des Marseillaius ne le lache paj

    Signaler
  26. cani cani

    En tout cas c’est une démarche coyrageuse de la part de Mr Teissier
    qu’il tienne bon et que la masse des Marseillaius ne le lache paj

    Signaler
  27. dirty dirty

    « En outre pour une meilleure réactivité et une meilleure qualité de trie les bennes à ordures ménagères poids lourds actuelles seront remplacées par des bennes entrepreneurs VL »

    Si vous saviez la quantité d’encombrants qui sont jetés rien que dans une cité comme la sauvagère (10e arrdts) tous les jours, il faudrait déja mobiliser un vehicule VL rien pour que pour cette cité tous les jours, sachant que ces VL ont une capacité de chargements bien moins importantes qu’une benne à ordure qui compacte les déchets et peut faire une tournée complète d’encombrants sans avoir besoin de faire plusieurs voyages à la déchetterie !

    Signaler
  28. ALAIN PERSIA ALAIN PERSIA

    Il faut reconnaitre un grand mérite à G.TEISSIER : entreprendre des réformes radicales là oû ses prédécesseurs ont fui leurs responsabilités.
    C’est dans les six premiers mois d’une mandature que les bonnes décisions doivent être prises pour le bien commun .
    Ce que n’ont jamais voulu admettre aussi bien les chefs des collectivités territoriales que…..les chefs d’Etat et de gouvernement.
    Bon courage au nouveau président de MPM .

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire