[Comment ça va, l’Alhambra?] “La crise montre que nous sommes plus qu’un cinéma”

Interview
le 3 Nov 2020
4

Durant le premier confinement, Marsactu avait suivi les "premiers de corvée" qui continuaient à travailler. Pour cette saison 2, nous nous intéressons chaque jour à celles et ceux que la crise économique frappe avant la crise sanitaire. Aujourd'hui William Benedetto, patron de cinéma.

Photo D.R.

Photo D.R.

Lundi matin, William Benedetto était dans un collège. “Simplement, pour être là”, aux côtés des enseignants qui sont en première ligne. Jeudi dernier, il a ouvert son cinéma, l’Alhambra, cinéma d’art et d’essai situé à l’Estaque -mais qui rayonne bien au-delà – pour échanger autour des questions de liberté d’expression avec des enseignants, des militants et des habitants. Depuis, le cinéma a baissé sa grille, comme tant d’autres lieux dévolus à des activités non-essentielles et susceptibles de contribuer à diffuser le Covid. Mais face à ce nouveau coup dur, l’équipe de l’Alhambra, même diminuée, veut poursuivre son activité.

Comment ça va William Benedetto ?

Paradoxalement, ça va plutôt bien. Nous restons actifs. Nous ne sommes pas en mode arrêt total. Aujourd’hui nous avons recours au chômage partiel total pour cinq membres de l’équipe tandis que six autres poursuivent leur activité. Surtout, nous sommes moins accablés qu’en avril, parce que nous savons comment ça se passe et que cela ne ressemble pas au confinement de l’époque, notamment avec le maintien de l’école. Du coup, nous tâchons d’organiser cette nouvelle période en réorganisant le travail en partenariat. Cela constitue une bonne partie de notre activité. Toute l’année, nous étudions le cinéma avec les écoles, collèges et lycées de notre secteur. Cela permet de surmonter la fermeture de notre salle. C’est toujours difficile d’arrêter une activité qui est assurée sept jours sur sept, tous les soirs. Cette crise permet de souligner que nous sommes plus qu’un cinéma.

Mais comment pouvez vous maintenir une activité sans pouvoir recevoir du public ?

C’est ce sur quoi, nous tâchons de travailler en ce moment. Nous pouvons organiser nos réunions au cinéma, qui offre des salles assez grande pour les assurer en présentiel. L’idée est d’aller vers les publics, si ceux-ci ne peuvent pas venir à nous. Même si une pétition circule pour permettre l’ouverture des cinémas aux scolaires comme c’est le cas pour les piscines. Je ne suis pas sûr que le gouvernement recule sur ce point… En tout cas, nous cherchons à voir comment nous rapprocher des publics. Pour les écoles, cela devrait être compliqué. Mais nous regardons quels sont les établissements de second degré qui ont des amphithéâtres et pourraient permettre la diffusion de films, peut-être pas des longs métrages, mais au moins des courts…

Financièrement, savez-vous comment votre structure va tenir le choc ?

Nous n’avons pas encore fait le bilan et c’est aussi à cela que sert cette période de l’année. Mais 2020 ne devrait pas trop mal se terminer grâce notamment aux aides du centre national du cinéma, de la région et aux reports de charge. De la même façon, notre activité avec les scolaires n’est pas forcément équilibrée par les entrées en billetterie. C’est justement sur ce point que 2021 m’inquiète le plus : comment continuer d’assurer cet équilibre, y compris financier, entre le cinéma et toutes nos autres activités.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    Ce cinéma est un bijou, la salle et le lieu sont magnifiques, et la programmation à l’avenant.

    Signaler
  2. ALIBI ALIBI

    Un petit bijou très isolé dans les quartiers Nord littoral.
    Une oasis !

    C’est une excellente idée, sinon, de faire des articles pour parler des équipes qui poursuivent leur travail sur le terrain, sur les terrains.

    Signaler
  3. Pascal L Pascal L

    Quasiment le seul cinéma que je fréquente à Marseille. Puisse-t-il survivre à cette crise

    Signaler
  4. Jacques89 Jacques89

    Plutôt à Saint-Henri l’Alhambra non?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire