Les Grottes Monnard et la Galerie Phénix

Chronique
le 9 Sep 2017
2

Arrivé à Marseille il y a quelques années, Dominique Milherou a vite fait de la ville son terrain d'exploration. Féru de tourisme, d'histoire et de lieux insolites, il a déjà amassé dans son site "Tourisme Marseille" des centaines de fiches explicatives qui ont autant à apprendre au voyageurs de passage qu'aux marseillais de naissance. Tout au long de l'été, il partage avec les lecteurs de Marsactu quelques uns de ses endroits préférés.

Le Chalet Restaurant Les Grottes Monnard, départ des visites

Le Chalet Restaurant Les Grottes Monnard, départ des visites

Le Chalet Restaurant Les Grottes Monnard, départ des visites

Aux Trois Lucs, sous un jardin public, se trouvent les incroyables grottes préhistoriques Monnard et à 60 mètres de profondeur un lac souterrain ! Un dédale insoupçonné de galeries où l’on retrouva même les cranes d’un cheval et…d’un éléphant ! Ce site exceptionnel ouvert un temps au public pour des visites guidées fut découvert en 1848 lors des travaux de percement du Canal de Marseille et la construction du tunnel de la Marionne. Quant au lac et ses eau cristallines chargées en magnésium il devint une source d’alimentation en eau via une galerie souterraine jusqu’en 1970 pour la Brasserie Phénix passée en 1988 sous pavillon Heineken qui via la Société Française de Brasserie en a toujours la propriété malgré une tentative de la mairie de passer le site dans le domaine public en 1993.

Après la découverte des grottes on n’avait jamais pensé à les rendre visitables, mais lorsqu’en 1888, exploitant une carrière de pierre à bâtir, les ouvriers mirent à jour une cavité faisant communiquer les diverses salles. Cette nouvelle galerie les a rendues parfaitement explorables, de plus des améliorations rendent la visite facile et sans aucun danger.

Ces grottes portent le nom de leur propriétaire et se divisent en trois groupes distincts : du Commandeur, de Saint Julien et les Grottes Centrales (ou de la Marionne).

Il est alors construit à l’époque le Chalet Restaurant « Aux Grottes Monnard » tenue par Mr Moutet au 4 chemin des Olives (cf photo en tête de l’article). L’établissement au-delà de sa cuisine « bourgeoise » et ses « pique-nique champêtres » proposait en une heure la visite des fameuses grottes.

La balade était présentée comme une véritable excursion en famille. Il était d’ailleurs recommandé de ne pas porter de couleurs claires, des costumes spéciaux étaient d’ailleurs mis à la location pour la visite. L’intérieur des grottes était qualifié de chaud mais la température n’y est que de 3 à 10°.

On trouvait au chalet des Grottes Monnard des torches, bougies, bougeoirs, fils de magnésium, artifices, feux de bengale…mais une partie des grottes ont ensuite été éclairées par le gaz acétylène.

Entrée des Grottes

On pouvait apercevoir à l’époque à la droite du chalet Monnard, un petit assemblage de rocailles terminé par une porte en fer de 2 mètres carrés fermant l’entrée des grottes. Le vestibule est nommé l’antichambre des chauves-souris et c’est là que s’organisaient les groupes en vue de la descente.

En quinze marche brusques on a franchi Le colimaçon et l’on se trouvait en présence de trois bifurcations. La première à droite mettait en contact les visiteurs avec le coin des Stalactites naines. Plus à droite l’Entrée du Labyrinthe, vaste dédale de salles et de pochettes.

La deuxième bifurcation débutait par le Trou du Chat et la Grotte des Olives garnie de stalactites noires. On arrivait alors sur le Four Original et la descente de Rompe-Cul et la Salle de Cristal, qualifiée de « véritable féerie de stalactites en choux fleurs, d’une blancheur immaculée« .

La troisième bifurcation amenait le visiteur vers la Salle des Champignons où se trouvait la statuette de Notre Dame des Grottes. On y faisait à une époque la culture de champignons parisiens.

On arrivait ensuite au Défilé des Canards et enfin la Grande Rotonde à côté du Canal de Marseille…un point qui se situait à 25 mètres sous le Chalet.

L’intérieur des grottes

Le chemin se poursuivait sur le Trou du Diable et la Descente Infernale à près de 60 mètres de profondeur emmenant à la Salle Royale et ses 220 mètres de circuit, et son lac d’une profondeur de 3 à 6 mètres d’une pureté cristalline, excellente à la consommation et chargé en magnésium.

La visite se terminait par la remontée par l’Echelle de Pluton et le Passage du Coude qui passait sous le Canal…c’est à cet endroit-là que fut extraite une tête de cheval de l’âge quaternaire qui figure au Muséum d’Histoire Naturelle ainsi qu’une tête d’éléphant… Le Défilé des Canards concluait la visite.

Je n’ai pu trouver plus d’information sur la date de fin de cette attraction et du restaurant mais elle doit coïncider avec le rachat du lac par la Brasserie Phénix.

Le lac, une source d’alimentation en eau pour la Brasserie Phénix

Quelques années après sa fondation en 1881, la Brasserie Phénix a acquis la belle propriété « La jouvène », car on avait découvert, dans l’immense parc qui entoure la maison du maître, de nombreuses sources. L’eau était amenée à l’usine par des conduites souterraines implantées à une profondeur variant de 5,50 à 49 mètres…on l’appelait la Galerie Phénix.

Plus tard, lorsque la production a pris une grande envergure, ses dirigeants, soucieux de mettre la Brasserie de bière à tout jamais à l’abri du besoin d’eau, ont acquis Le lac des Grottes Monnard avec son débit de 50 à 60 m3 à l’heure… Ce plan d’eau alimentait également les Grands Moulins Maurel, spécialisé dans la farine et semoule, dont la production a cessé en novembre 2013.

Les lieux sont accessibles par plusieurs entrées réglementées dont certaines aujourd’hui obstruées à cause d’éboulements. La galerie souterraine acheminera l’eau à la Brasserie jusqu’en 1970. Une de ses trappes d’accès, réglementée, se trouve au 180 route des 3 Lucs à la Valentine.

Une action en justice de 1993 a été intentée pour que le canal souterrain et la source tombent dans le domaine public, mais la Société Française de Brasserie propriétaire et à l’origine des installations a conservé l’ensemble en remportant le procès.

Sources : BRGM & cdsc13.fr & legifrance.gouv.fr & Notice sur les Grottes Monnard, Librairie Paul Ruat.
Photos : BRGM & Archives

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Bonjour, qui sait si des fouilles archéologiques ont été effectuées?

    Signaler
  2. Tarama Tarama

    Il y en a de belles choses à Marseille, et l’autre cacochyme qui ne veut que transformer la ville en foire du trône et ne jure que par béton, casinos, grandes roues, téléphérique et croisières…

    Merci pour le partage en tout cas.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire