Érika Riberi vous présente
Chronique littéraire

Fureur de vivre sur la Corniche Kennedy

Chronique
Érika Riberi
23 Juil 2016 0

Tous les mois, nous vous proposons une plongée littéraire avec Erika Ribéri. Une thèse à la fac et une émission sur radio Grenouille en cours, elle trouve encore le temps de nous proposer une chronique des auteurs et ouvrages qui prennent langue avec le territoire.

Plongeon au vallon des Auffes
Plongeon au vallon des Auffes, par Sylvain Labaune

Il m’a dit (Benoît Gilles, qui « supervise » la bonne tenue de cette chronique littéraire marseillaise) : « Dans dix jours, c’est ta chronique, je pensais peut-être à Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal, pour sa saveur estivale. Tu en penses quoi ? »

Je me suis dit (et lui ai répondu): « C’est l’été, ça fait un petit bout de temps que je veux le lire, en plus l’adaptation ciné devrait bientôt sortir *… Alors allons-y ! »

Et m’y voilà donc dès les premières lignes, sur cette Corniche Kennedy, directement projetée par les mots sur l’emblématique boulevard marseillais, « ruban de feu liquide coulé entre la ville et la mer ». C’est le début de l’été, et c’est là, sur la « plate », en contrebas de la corniche, que se retrouve au quotidien toute une bande d’adolescents dont la plupart habitent les « tours merdiques des quartiers pauvres de la ville », celles des quartiers Nord. D’une marge à l’autre de la ville, ils trouvent ici l’espace de liberté où laisser exprimer la puissance éblouissante de leur vitalité juvénile : c’est bien ce que perçoit Sylvestre Opéra, directeur de la Sécurité du littoral, qui, à une trentaine de mètres en amont de là, les observe chaque jour s’adonner au plaisir frénétique du plongeon sensationnel depuis le bord de la corniche. Car sauter, pour eux, c’est plus encore que propulser leurs corps «  à l’avant de la corniche, à l’avant de la ville, à l’avant du bourbier qu’ils laissent dans leur dos, le bourbier de l’enfance et des secrets pourris ». Pour eux, sauter va jusqu’à signer une réconciliation, un instant où, le temps d’un plongeon du « Just do it » ou du « Face to face », le corps tout entier entre en symbiose et en harmonie avec le monde :

« […] il sait la relance du monde à chaque saut, à chaque impulsion de pied sur la pierre, comme une figure libre qui ferait le pari de la transcendance inversée, il sait le corps débordant et désorienté qui reconquiert un autre espace, un autre monde à l’intérieur du monde ; non pas la chute, non, le truc grisant de tomber comme une pierre, mais être contenu dans le ciel, dans la mer, là où tout croît et s’élargit, et devenir le monde soi-même, coïncider avec tout ce qui respire, et que ce soit intense, rapide, léger […]. »

On applaudit la plume de Maylis de Kérangal, qui nous donne sacrément envie d’aller sauter avec eux et de (re)découvrir la sensation d’un grand plongeon… Sauf que manifestement, cette histoire ne plaît pas à tout le monde de la même manière ! L’arrêté municipal tombe : les sauts sont interdits. Tolérance zéro, annonce le Jokey, maire tout-puissant de la ville. C’était bien sûr sans compter sur la fougue, l’insolence et le désir de liberté de ces jeunes ados rebelles à toute capitulation. La guerre aura bien lieu, et « la chasse aux enfants de la Corniche » est ouverte : patrouilles cyclistes, brigades maritimes, caméras de surveillance, etc. L’ultra-sécuritaire se déploie à souhait : ça suffit les bêtises, prière de revenir dans les périmètres sécurisés, en deçà des lignes de bouées. Alors, game over ?

Je vous laisse le découvrir, mais ce qui est certain, et réussi dans ce roman, c’est qu’il y a quelque chose de très lumineux (c’est l’été !) dans l’écriture de la force et la fougue de ces corps d’ados insouciants libérés de l’hiver, « brûlants de vie comme des torches en plein vent ». Une fougue et une force auxquelles s’oppose une deuxième trame construite autour des fantômes et enquêtes du flic solitaire Sylvestre Opéra, celui-là même qui observe la bande depuis ses jumelles et se voit sommé par le maire de débarrasser le lieu de sa présence (je n’en parlais pas pour rien au début de cette chronique !)… Tout cela finira par se rencontrer, mais, une fois de plus, je ne vous dirai rien, pour ceux qui auraient envie de se plonger dans le roman… Bonne lecture, et bon été !

* Le film, réalisé par Dominique Cabrera est prêt. Il a été présenté en avant-première le 12 juillet dans le cadre du FID au théâtre Silvain.

L'extrait

Loading

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Érika Riberi
Elle prépare une thèse en littérature comparée à l'université Aix-Marseille. Un peu papillon dans l’âme, elle s’échappe chaque mois de la fac pour partager sa passion des livres.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire