Chez les mal-logés du 9, rue Mireille, « on est dans une petite prison de liberté »

Reportage
le 20 Avr 2020
5

Rien n’a changé au 9, rue Mireille, dans le 8e arrondissement de Marseille. Les locataires de cette petite copropriété passent leur confinement dans des espaces de moins de 9 mètres carrés. Suite aux révélations de Marsactu en février, ils ont pourtant été considérés par le parquet et les services de la Ville après l’ouverture d’une enquête comme "impropres à l’habitation". Certains locataires vivent la quarantaine dans des conditions très précaires, à la limite du supportable.

Au 9 rue Mireille. Photo : Coralie Bonnefoy.

Au 9 rue Mireille. Photo : Coralie Bonnefoy.

Par la porte entrebâillée, l’homme refuse d’abord de parler. Puis finit pas ouvrir plus largement le battant dévoilant une chambre crépie de blanc, propre mais minuscule. « Franchement, le confinement ici : c’est chiant ! » Il est grand, pas encore la trentaine et porte ses cheveux rassemblés en une queue de cheval touffue. D’habitude, il est […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Marie-Claire DELAIRE Marie-Claire DELAIRE

    Mais sont-ils obligés de payer leur loyer à ce propriétaire malfaisant?

    Signaler
    • chouze chouze

      Que dit la loi ?.A voir.

      Signaler
  2. Vincent Squale Vert Vincent Squale Vert

    Tant qu’aucun arrêté d’insalubrité ou de péril et/ou sans décision de justice, effectivement les loyers restent dus ainsi que les AL…. Ainsi va la LHI…

    Signaler
  3. louis roissard louis roissard

    Et pendant ce temps Arlette Fructus sur facebook parle de son olivier symbole de paix….visiblement elle a la conscience tranquille et ne se sent absolument pas concernée par les problèmes de mal logement des locataires de son époux donc les siens. Pour elle pour vivre heureux c’est facile, il suffit d’empocher ses indemnités d’élue et de détourner la tête quand c’est dérangeant et de regarder son bel olivier en scandant « Stop covid 19 #Stayhome »

    Signaler
  4. petitvelo petitvelo

    L amalgame entre M Fructus et les logements indignes est en effet rampant et certains lecteurs font aisément le saut. La loi autorisant les logements de type chambre, on devrait mettre cette première en cause, et elle se justifie par la rareté des logements… et par le parti-pris de se reposer sur la loi du marché !
    Dans ce contexte, l investiseur privé Fructus ne fait que suivre la loi, et en cela fait mieux que ses copropriétaires. Il faudrait peut-être que la loi facilite l expropriation des autres et la reprise par un investisseur vertueux qui transforme tout en T2 dignes. Et la encore certains critiqueront le bénéfice et le changement des locataires… Le système est à refonder si on veut améliorer le logement.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire