Bus secret de la RTM : on l’appelait « la clandestine »

Enquête
le 19 Sep 2019
12

Marsactu a tenté de retracer l'historique de cette ligne opérée très discrètement par la RTM entre Castellane et Montredon pendant des années. Attribué à la gauche par la majorité municipale, ce bus a en réalité été instauré alors que Jean-Claude Gaudin était encore président de Marseille Provence métropole.

« Je te conseille plus de prudence quant aux dates de mise en service que tu annonces. » La réponse émane d’Eugène Caselli, ancien président socialiste de la communauté urbaine de Marseille, ex-métropole, à destination d’Yves Moraine, maire de secteur des 6e et 8e arrondissements. Fin août, après l’article de Marsactu sur la ligne « spécial MDM », occasionnant un écho national, reliant Castellane à Montredon sans aucune publicité sur le site de la RTM, le maire LR a cru bon de renvoyer la balle à la gauche, aux manettes entre 2008 et 2014.

La reprise de volée d’Eugène Caselli n’est pas sans pertinence. De bonne source, la date avancée par Yves Moraine est inexacte. La création de cette navette estivale remonte en effet à 2006 ou 2007, c’est-à-dire sous la mandature de Jean-Claude Gaudin à la communauté urbaine.

Une conclusion à laquelle sont aussi parvenus, chacun de leur côté, Eugène Caselli et Karim Zéribi, à l’époque président de la RTM, qui disent n’avoir jamais eu connaissance de cette mesure alors qu’ils étaient en fonction. « J’ai pris contact avec les dirigeants de la RTM qui m’ont expliqué que cela remontait à avant mon arrivée », explique Karim Zéribi, qui tient à préciser qu’« en tant que président de la RTM, je m’occupais des choix stratégiques mais pas des affaires courantes ». Même son de cloche chez Eugène Caselli, qui souligne que « la métropole s’occupe des grands travaux et ne rentre pas dans la gestion quotidienne des lignes, pas plus que le conseil d’administration ». Il parle prudemment de « scénario le plus probable, selon plusieurs témoignages mais sans document écrit ».

Gouvernance très partagée

De traces écrites, nous n’en avons pas non plus retrouvées. Mais nous avons pu reconstituer une chronologie qui diffère légèrement et enjambe l’alternance politique. Les premières années, le bus MDM s’attrapait au petit bonheur en renfort estival à la ligne 19 qui dessert les plages du littoral Sud. Seuls initiés pouvaient alors connaître son objet et sa destination. Ses spécificités en terme de parcours lui valaient déjà le surnom éloquent de « clandestine ». Ce n’est qu’ensuite, soit après 2008, qu’elle a été dotée d’horaires réguliers, consignés dans une fiche éditée par la RTM mais non publiée, si ce n’est par l’intermédiaire de comités d’intérêt de quartier (CIQ).

À qui doit-on l’idée de cette communication à part et qui l’a validée ? Plusieurs acteurs évoquent le rôle joué par la mairie de Marseille. Officiellement sans autorité sur la RTM, son influence restait forte pendant la période de « gouvernance partagée » où Eugène Caselli ne disposait que d’une majorité relative au conseil de la communauté urbaine. « Ça n’a pas été facile mais ça a finalement été fait par la RTM avec l’appui de Ville à la demande des CIQ », témoignait déjà Danièle Lombard, présidente du CIQ de Montredon, dans notre premier article. Maire de secteur à l’époque, Dominique Tian, aujourd’hui premier adjoint, n’était pas joignable dans les temps impartis à la publication de cet article.

« Un beau jour on a vu les trois lettres »

Au sein des différents comités d’intérêt de quartier dont le territoire est traversé par la « MDM », beaucoup assurent avoir été associés de très loin. « Un beau jour, on a vu les trois lettres sur l’autobus », résume Michel Henriet, président du CIQ Périer. « On en parlait aux assemblées générales et puis un jour on nous a convoqués pour nous dire qu’on avait décidé de faire ce bus », raconte Josette Chanou, son homologue de la Pointe-Rouge.

Et si certains CIQ, notamment à Montredon, imprimaient eux-même les horaires pour les afficher à la Poste, sur leurs panneaux d’information et jusque sur les arrêts de bus, tous contestent être à l’origine de l’absence de communication de la RTM. « On nous met ça sur le dos mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé », assure Josette Chanou. La consigne du silence et le rôle des CIQ est en tout cas bien ancré à la RTM. Testé avant la rédaction de notre premier article, le service client de la régie renvoyait spontanément vers « le CIQ » toute demande de précision sur le « spécial MDM ».

Notre tâche n’a pas été facilitée par l’agacement de nos interlocuteurs face à ce projecteur braqué sur un bus utile dont ils craignent désormais la suppression. « Le 19 dessert les plages et la principale porte d’entrée du parc national des Calanques. Il est victime de son succès et nous militons pour qu’il y ait plus de rotations ainsi que des Jet bus [au nombre d’arrêts réduit, comme celui qui relie le rond-point du Prado au campus de Luminy, ndlr]« , plaide Henriette Koblinski, présidente du CIQ Saména. Un problème qui n’est plus un secret pour personne.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Etonnant la non prise de responsabilité de ce personnel politique pour un « bus ». Et je me défausse, et je rejette la responsabilité sur l’autre. Imaginez donc quand cela concerne des dossiers gravissimes . Remarquez nous l’avons vu avec la rue d’Aubagne. Le courage n’est visiblement pas la qualité première de ces gens là . De véritables « pétous ».

    Signaler
  2. Patrick Magro Patrick Magro

    Il me semble que vous avez reçu un courrier de Maître Monique Touitou qui donne son point de vue,. Pourquoi ne pas en parler ? Patrick Magro. Abonné à Marsactu

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour,
      ce « point de vue » (disponible sur le blog du CIQ http://ciqmadrague.blogspot.com/2019/08/du-cote-du-soi-disant-bus-secret-mdm_28.html) n’a pas été intégré à l’article car il ne répond nullement aux questions posées (dans quelles conditions a été créée puis pérennisée la ligne, sans affichage des horaires par la RTM). Par ailleurs, il ne remet en cause aucune des informations contenues dans notre premier article et les « faits » avancés y figuraient déjà. Enfin, cette défense de la légitimité du service rendu par la ligne recoupe celle de la présidente du CIQ de Saména, qui est développée en fin d’article.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je viens de prendre connaissance de ce point de vue de Mme Touitou. Pitoyable, c’est le seul mot qui me vient.

      Aucune réflexion sur la nécessité de remédier, pour tous les usagers, à l’insuffisance bien réelle de l’offre sur la ligne 19. Une affirmation bien péremptoire selon laquelle l’existence et les horaires de ce bus sont « publics » dès lors qu’ils sont publiés sur le site d’un CIQ que personne ne consulte : pourquoi ne fait-on pas ainsi pour toutes les lignes de bus ?

      Et enfin, ceci : « ceux qui ne le connaissent pas ne doivent pas prendre le 19 souvent »… Euh… Pendant plus d’une décennie, le 19 a été « mon » bus, et j’ignorais tout de cette ligne qui aurait pu s’appeler « 19A » si l’on avait joué la transparence : avec une appellation aussi sybilline que « Spécial MDM », au moins écartait-on les curieux.

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Moi, je suis pour un jetbus 19, mais est ce bien nécessaire puisque nous aurons bientôt le métro à Bonneveine et Vieille Chapelle ? (à moins que l’extension de la ligne 2 vers le sud, promise en 2014, ait été réalisée dans le plus grand secret et circule déjà ? Une enquête de MarsActu s’impose auprès des Ciq qui on, eux, de bonnes sources😂)

      Signaler
  3. Tarama Tarama

    Le nom a un petit côté rue Thubaneau ancienne version…

    Signaler
  4. Magnaval Magnaval

    Le plus inquiétant est qu’après 2008, alors que ce bus est doté d’horaires réguliers (donc d’un budget dédié), ni le président de la RTM, ni celui de l’autorité organisatrice des transports, MPM, ne spnt au courant et ne « s’occupent » de la gestion de cette entreprise,…

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Et pour cause, sans doute : il n’appartient pas à un conseil d’administration de s’immiscer dans la gestion. Je ne suis pas un fan de Zéribi, mais la façon dont il présente les choses est conforme à la répartition des rôles entre administrateurs d’une part et direction d’autre part.

      Signaler
  5. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Excellente idée, un 19Jet ! Mais un vrai 19Jet, connu, affiché et ouvert à tous les usagers, et non un service public privatisé au profit des copains des CIQ.

    Le fait que le service client de la régie renvoie « spontanément » vers « le CIQ » est éloquent. Il y a, à certains étages de la RTM et/ou de la mairie et/ou de l’ex-CUMPM, comme une odeur de faute professionnelle.

    Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Moi, je suis pour un jetbus 19, mais est ce bien nécessaire puisque nous aurons bientôt le métro à Bonneveine et Vieille Chapelle ? (à moins que l’extension de la ligne 2 vers le sud, promise en 2014, ait été réalisée dans le plus grand secret et circule déjà ? Une enquête de MarsActu s’impose auprès des Ciq qui on, eux, de bonnes sources😂)

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      On ne peut en effet plus exclure, à ce stade, que les stations de métro « Bonneveine » et « Vieille-Chapelle » soient inaugurées avant la station « Gèze ». Après tout, puisqu’elles nous ont été promises…

      Signaler
  6. David David

    Ils sont lamentables… Les gens au moins sauront pour qui voter (ou du moins ne pas voter) aux prochaines échéances municipales…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire