Vol d’une stèle funéraire antique au musée archéologique de la Méditerranée à Marseille

Envolée
Bref
Benoît Gilles
22 Sep 2017 1

L’affaire est restée discrète. Le week-end du 9 et 10 septembre dernier, une stèle funéraire des collections égyptiennes du musée d’archéologie méditerranéenne a été dérobée. Ce vol a eu lieu, d’après nos informations, en pleine journée alors que la salle où la stèle était exposée n’était surveillée que par une seule gardienne. Ce week-end-là, la Vieille charité accueillait au rez-de-chaussée du musée, la toute nouvelle exposition consacrée au voyage dans le Pacifique de Jack London. La Ville de Marseille confirme ce vol et indique avoir porté plainte auprès des services de police. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.

Si le musée d’archéologie n’a pas la renommée du Louvre, les cinq salles du musée du Panier constituent la deuxième collection d’Égypte antique de France. La plupart des objets qu’elle contient sont issus de la la collection du médecin du sultan d’Égypte, Antoine Clot-Bey. Parmi celle-ci de nombreux objets funéraires et, notamment des stèles en grand nombre et de tailles diverses. Quatre d’entre elles, les stèles orientées selon les points cardinaux de la tombe du général Kasa, sont décrites comme un ensemble unique au monde. Pour l’heure, la Ville n’a pas répondu à nos sollicitations concernant la nature de la pièce volée, âgée sans nul doute de plusieurs milliers d’années.

1
commentaires

A la une

Les six enjeux de l’élection programmée de Martine Vassal à la présidence de la métropole
Il y a des incertitudes que rien n'écarte jamais. Ce jeudi, tout le monde pressent une large élection de Martine Vassal, présidente intérimaire de...
L’association Accueil de jour, pilier de l’aide aux sans-abris, atterrit à la Belle-de-Mai
Après des mois, voire des années à appeler à l'aide, les salariés de l'association Accueil de jour commençaient à ne plus y croire. Rassemblés...
Mohamed Abbassi, sauveur téléguidé des McDo marseillais
Un patron "aux méthodes mafieuses" pour certains, un "très gentil monsieur" pour d'autres. Mohamed Abbassi, repreneur de cinq restaurants McDonald's de Jean-Pierre Brochiero, avec 13...
Ibrahim Ali honoré à l’Estaque, avec un soupçon de récupération politique
Une plaque pour Ibrahim Ali, c'est ce qui est demandé depuis 23 ans par ses proches et ceux qui militent pour la mémoire de...
Entre Castellane et Luminy, la métropole lance son bus B1 en oubliant la moitié des travaux
"Première rentrée pour la ligne de BHNS B1 Castellane - Luminy !" En ce 31 août, alors que des milliers d'étudiants s'apprêtent à retrouver...
Fermeture de la route des Goudes : “Si c’était facile, on l’aurait fait avant”
"Je comprends que le parc se penche sur la question, mais il y a d'autres pistes à explorer, s'agace Jean-Luc Ricca, conseiller municipal délégué...
  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Cher monsieur GILLES , encore un dysfonctionnement et un de plus “dans la ville qui brille par ses hauts faits”.L’on se demande lesquels d’ailleurs, mais passons.
    Quelque chose m’étonne depuis des années dans l’emploi du mot “VILLE” systématiquement en lieu et place de municipalité ou bien de la désignation de l’interlocuteur idoine dans l’administration municipale. Ce mot que l’on pourrait remplacer aisément par le pronom “On” ne représente-il pas la caractéristique flagrante de l’irresponsabilité des gens en charge de l’administration municipale , d’un flou artistique général et entretenu ou bien d’un maelström gigantesque. impalpable?. Homme de mots qu’en pensez vous?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire