Vol d’une stèle funéraire antique au musée archéologique de la Méditerranée à Marseille

Envolée
Bref
Benoît Gilles
22 Sep 2017 1

L’affaire est restée discrète. Le week-end du 9 et 10 septembre dernier, une stèle funéraire des collections égyptiennes du musée d’archéologie méditerranéenne a été dérobée. Ce vol a eu lieu, d’après nos informations, en pleine journée alors que la salle où la stèle était exposée n’était surveillée que par une seule gardienne. Ce week-end-là, la Vieille charité accueillait au rez-de-chaussée du musée, la toute nouvelle exposition consacrée au voyage dans le Pacifique de Jack London. La Ville de Marseille confirme ce vol et indique avoir porté plainte auprès des services de police. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.

Si le musée d’archéologie n’a pas la renommée du Louvre, les cinq salles du musée du Panier constituent la deuxième collection d’Égypte antique de France. La plupart des objets qu’elle contient sont issus de la la collection du médecin du sultan d’Égypte, Antoine Clot-Bey. Parmi celle-ci de nombreux objets funéraires et, notamment des stèles en grand nombre et de tailles diverses. Quatre d’entre elles, les stèles orientées selon les points cardinaux de la tombe du général Kasa, sont décrites comme un ensemble unique au monde. Pour l’heure, la Ville n’a pas répondu à nos sollicitations concernant la nature de la pièce volée, âgée sans nul doute de plusieurs milliers d’années.

1
commentaires

A la une

Boues rouges : la justice met Alteo et l’État sous pression
Six jugements et un total de 65 pages. Le tribunal administratif de Marseille vient de rendre une série de décisions dans le dossier des...
La métropole, lamarque, lebus et le plan com
"Avec lacarte, si j’habite à Marseille et que je dois me rendre à Aix-en-Provence pour travailler, je pourrais prendre lemétro, puis lecar et enfin...
Un rapport ministériel épingle ArcelorMittal, « principal pollueur du département »
"Oui, bien sûr qu'on est au courant. Mais vous, comment vous l'avez su ?". L'embarras est de mise chez ArcelorMittal Méditerranée. Passé jusqu'alors inaperçu,...
Même condamnée, Maryse Joissains « la guerrière » s’y voit encore en 2020
"Incroyable !" Maryse est en mode combat. Quelques heures après l'annonce de sa condamnation à un an de prison avec sursis et dix ans...
Gymnase de l'école La Viste ©AM
Des militants de la France insoumise lancent une cagnotte pour rénover une école publique
"Les parents d’élèves n'en peuvent plus, il faut des travaux avant la rentrée de septembre", lance Sébastien Delogu, dont la fille est scolarisée à...
Quand le Vieux-Port a chaviré
Regarder les gens qui regardent. Vibrer avec eux d'une joie dont l'objet s'échappe. Parce qu'au final, seule compte cette liesse commune. Chroniqueur et photographe...
  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Cher monsieur GILLES , encore un dysfonctionnement et un de plus « dans la ville qui brille par ses hauts faits ».L’on se demande lesquels d’ailleurs, mais passons.
    Quelque chose m’étonne depuis des années dans l’emploi du mot « VILLE » systématiquement en lieu et place de municipalité ou bien de la désignation de l’interlocuteur idoine dans l’administration municipale. Ce mot que l’on pourrait remplacer aisément par le pronom « On » ne représente-il pas la caractéristique flagrante de l’irresponsabilité des gens en charge de l’administration municipale , d’un flou artistique général et entretenu ou bien d’un maelström gigantesque. impalpable?. Homme de mots qu’en pensez vous?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire