Vol d’une stèle funéraire antique au musée archéologique de la Méditerranée à Marseille

Envolée
Bref
Benoît Gilles
22 Sep 2017 1

L’affaire est restée discrète. Le week-end du 9 et 10 septembre dernier, une stèle funéraire des collections égyptiennes du musée d’archéologie méditerranéenne a été dérobée. Ce vol a eu lieu, d’après nos informations, en pleine journée alors que la salle où la stèle était exposée n’était surveillée que par une seule gardienne. Ce week-end-là, la Vieille charité accueillait au rez-de-chaussée du musée, la toute nouvelle exposition consacrée au voyage dans le Pacifique de Jack London. La Ville de Marseille confirme ce vol et indique avoir porté plainte auprès des services de police. L’enquête a été confiée à la police judiciaire.

Si le musée d’archéologie n’a pas la renommée du Louvre, les cinq salles du musée du Panier constituent la deuxième collection d’Égypte antique de France. La plupart des objets qu’elle contient sont issus de la la collection du médecin du sultan d’Égypte, Antoine Clot-Bey. Parmi celle-ci de nombreux objets funéraires et, notamment des stèles en grand nombre et de tailles diverses. Quatre d’entre elles, les stèles orientées selon les points cardinaux de la tombe du général Kasa, sont décrites comme un ensemble unique au monde. Pour l’heure, la Ville n’a pas répondu à nos sollicitations concernant la nature de la pièce volée, âgée sans nul doute de plusieurs milliers d’années.


A la une

Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...
Pour le tribunal, le PPP des écoles nuit à l’intérêt des contribuables marseillais
Une scène peu familière aux affaires administratives, où les jugements sont d'ordinaire rendus par écrit. Ce mardi 12 février, l'annulation de la délibération municipale...
Pour soutenir le projet de grand hôpital privé, d’anciens patients démarchés par mail
C'est ce qui s'appelle mal tomber. Stéphane Mari connaît ça puisque c'est après une mauvaise chute en sport qu'il s'est retrouvé il y a...
Bruno Gilles et Sophie Camard s’essayent au débat des municipales avec un an d’avance
"Tu as peut-être les finalistes de la municipale sur ta photo... sur un malentendu !". La boutade est lancée par le sénateur LR Bruno Gilles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Cher monsieur GILLES , encore un dysfonctionnement et un de plus “dans la ville qui brille par ses hauts faits”.L’on se demande lesquels d’ailleurs, mais passons.
    Quelque chose m’étonne depuis des années dans l’emploi du mot “VILLE” systématiquement en lieu et place de municipalité ou bien de la désignation de l’interlocuteur idoine dans l’administration municipale. Ce mot que l’on pourrait remplacer aisément par le pronom “On” ne représente-il pas la caractéristique flagrante de l’irresponsabilité des gens en charge de l’administration municipale , d’un flou artistique général et entretenu ou bien d’un maelström gigantesque. impalpable?. Homme de mots qu’en pensez vous?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire