Virginie Martin: repenser la loi PLM, “doit être un enjeu de vitalité démocratique”

Vu sur le web
Bref
le 10 Mar 2020
1
Photo JML

Photo JML

A Paris, Lyon et Marseille le mode de scrutin des élections municipales engourdit la vie démocratique locale. Dans une tribune parue sur le site “The Conversation“, la politologue revient sur les écueils de ce “mode de scrutin qui n’est peut-être pas des plus démocratiques, qui permet de gagner tout en perdant, et qui peut aussi rigidifier les situations politiques, voire favoriser des stratégies territoriales et rendre l’alternance difficile“.

Les griefs contre la loi du 31 décembre 1982, dite “PLM” (Paris-Lyon-Marseille), imaginée par Gaston Defferre pour assurer sa réélection à Marseille en 1983, sont nombreux. Avec la loi PLM, gagner la moitié des secteurs qui rapportent le plus de conseillers municipaux suffit à s’imposer. “Les prétendants au titre ont intérêt à avoir des bastions solides et de savoir les conserver” note Virginie Martin. Le maire part donc avec un avantage pour sa réélection, il “met son attention sur les secteurs lui permettant de conserver la mairie, et peut la conserver.

Pour Virginie Martin, la réforme de ce mode de scrutin “parait inévitable“. Elle propose de rétablir le suffrage universel direct lors de cette élection, de revoir la proportionnelle afin que l’opposition soit plus présente et doter les élus locaux de secteurs  “de vraies compétences“.

 

 

Source : The Conversation

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pitxitxi Pitxitxi

    Tout à fait d’accord avec ce constat. Ces histoires de secteurs n’ont aucun sens, et ces mairies de secteur aux pouvoirs insignifiants sont une hérésie.

    Ce découpage fait en faveur de Defferre à l’époque doit au pire être revu, au mieux être supprimé. Déjà, grouper les 1-6 et les 7-8 ensemble aurait, politiquement et sociologiquement, plus de sens. Et pourquoi pas un découpage par arrondissement unique, comme cela se fait à Lyon et à Paris ? (Bon, il me semble que pour Paris, les 4 arrondissements centraux ont “fusionné” dans une seule et même circonscription).

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire