Vers une annulation en justice du permis de polluer en Méditerranée d’Alteo ?

URGENT
Bref
Julien Vinzent_
13 Juin 2018 1

crédit : LC

L’audience s’annonce électrique, avec un appel à rassemblement devant le tribunal administratif de Marseille. Ce jeudi, le rapporteur public va demander l’annulation de la dérogation dont bénéficie l’usine d’alumine Alteo pour rejeter des effluents polluants dans le parc national des Calanques. Il va ainsi dans le sens de six recours, portés notamment par les associations Les Amis de la Terre, Zéa et l’union calanques littoral, qui contestaient la signature de l’arrêté d’autorisation en décembre 2015 par le préfet Stéphane Bouillon.

Il s’agit cependant d’une victoire partielle : seul le processus d’enquête publique est remis en cause. Dans son avis, dont Marsactu a pu consulter le résumé, le rapporteur public  réclame une nouvelle consultation qui prenne en compte les conséquences cumulées du rejet en mer et du site de stockage à terre de Mange-Garri, responsable de l’envol de poussières. Le temps que cette procédure soit menée, le rapporteur public suggère que le tribunal autorise la poursuite de l’exploitation de l’usine.

Depuis plus de cinquante ans, des dizaines de millions de tonnes de boues rouges avaient été déversées par l’usine de Gardanne au large de Cassis. Si l’arrêté de décembre 2015 y mettait fin, il maintenait jusqu’à 2021 une dérogation pour un rejet liquide dépassant les seuils pour plusieurs polluants, dont l’arsenic. Le rapporteur public va demander au tribunal administratif de raccourcir le délai à 2019 et d’abaisser les seuils.Dans une procédure administrative, ce magistrat donne un avis censé éclairer le tribunal. Cet avis est souvent suivi par ce dernier, même si cela n’est pas automatique.

Actualisation le 13 juin à 11h avec le résumé des conclusions du rapporteur public.

Plongez dans huit ans d’archives sur le dossier des boues rouges


A la une

À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. libegafralibegafra

    Au vu de l’incident de mange-gari, il fallait bien un peu de pression extra-étatique pouir qu’Alteo intensifie ses efforts qui ont été assez efficaces, il faut le reconnaitre.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire