Vente des parkings aixois : nouvelle défaite de la Ville face au préfet

Warning
Bref
Julien Vinzent_
7 Avr 2017 0

La cour administrative d’appel de Marseille vient de confirmer la suspension de la vente de neuf parkings publics par la ville d’Aix, annonce La Provence. C’est la Semepa, une société d’économie mixte dont la commune est actionnaire majoritaire, qui était censée les racheter pour 65 millions d’euros. Cette décision avait été attaquée par le préfet des Bouches-du-Rhône, pour qui l’opération avait pour but d’échapper au transfert des parkings vers la métropole. Le tribunal administratif lui avait donné raison le 17 janvier.

« Il s’agit là d’un référé, la justice se prononçait donc sur l’urgence de la situation », réagit dans le quotidien Gérard Bramoullé, adjoint aux finances aixois et président de la Semepa. Un pourvoi en cassation n’est pas exclu, et un nouvel examen du dossier sur le fond est de toute manière prévu.

0
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire