Un enfant de 14 ans gravement blessé à la tête par un tir de LBD, l’IGPN saisie

Violences
Bref
le 4 Juin 2019
3

Un jeune garçon de 14 ans a été gravement blessé au crâne par un policier, révèle Médiapart ce mardi. Le parquet de Marseille vient d’ouvrir une enquête préliminaire. Le 8 décembre dernier, alors que se tient une manifestation des gilets jaunes, Karim* et sa grande sœur rentrent chez eux. Sur la route, les jeunes gens croisent des policiers qui les obligent à changer de direction avant que l’un d’eux ne leur courre après. « Plusieurs policiers sont arrivés. Ils étaient en civil et d’autres en tenue. Mon petit frère a eu peur et a ramassé un trognon de pomme par terre », raconte la grande sœur de Karim*. L’enfant jette alors la pomme dans leur direction, « sans atteindre personne », précise la jeune fille. Alors que Karim* poursuit sa route, il est touché de dos à la tête par un tir de lanceur de balle de défense (LBD).

« J’ai vu mon frère tomber, inanimé. J’ai voulu le secourir mais un policier m’a retenue en m’étranglant et en m’écrasant avec son bouclier”, poursuit la jeune fille. Conduit aux urgences pour un traumatisme cranio-cervical et une fracture du crâne, le garçon se voit prescrire 21 jours d’ITT. Également traumatisé psychologiquement, les médecins constateront plus tard « un état anxieux persistant, avec cauchemars, une apathie et des insomnies avec une perte de 3 kilos. » Le parquet de Marseille vient d’ouvrir une enquête préliminaire pour « violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l’autorité publique ». Cette agression a eu lieu le même jour où Maria, une jeune fille de 18 ans, a été frappée par la police alors qu’elle était à terre, jusqu’à lui fracturer le crâne.

Source : Médiapart

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. patrick patrick

    merci à celles et ceux qui en votant CACron on fait barrage au fn, eux auraient torturé les gosses avant de leur tirer dessus à balles réelles.

    ouf on a eu chaud.

    Signaler
  2. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Est-Il possible de connaître les raisons, qui ont conduit le parquet à diligenter, plus six mois après les faits, une simple enquête préliminaire, plutôt que de déférer le coupable en comparution immédiate pour violences avec arme ? Serait-ce parce que le visage du tireur étant dissimulé, il n’a toujours pas été possible de l’identifier ?Si la police nationale ne peut y parvenir ,la gendarmerie serait peut-être plus éfficace ?

    Signaler
  3. petitvelo petitvelo

    J’espère qu’un syndicat policier élèvera à nouveau la voix pour s’indigner de la possible mise en cause de valeureux gardiens de la paix alors que tout est la faute du système …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire