Un appel pour « un état d’urgence éducatif » dans La Marseillaise

Appel
Bref
Julien Vinzent_
10 Jan 2017 1

Alors que le mouvement des lycées des zones d’éducation prioritaire se poursuit, La Marseillaise publie un appel pour « un état d’urgence éducatif » à Marseille. Parmi les premiers signataires, on compte principalement des syndicalistes (enseignants, lycéens ou étudiants) et des représentants de parents d’élèves, mais aussi le journaliste Philippe Pujol, le chercheur Laurent Muchielli et le directeur du théâtre Toursky Richard Martin.

« La majorité des jeunes scolarisés vit dans les quartiers défavorisés de la ville. Dans ces quartiers, Marseille manque de tout : d’écoles, de collèges, de lycées, d’infrastructures sportives et culturelles, etc. Alors que les familles les plus favorisées font très largement le choix du privé (plus de 40 % des collégiens scolarisés dans le privé sur le centre et le sud de la ville), les trois collectivités territoriales concernées (municipalité, conseil général et région) continuent d’insulter l’avenir en maintenant un système scolaire marseillais ségrégatif et sous-calibré« , pose le texte.

En lien avec le mouvement en cours, la première demande s’adresse à la ministre Najat Vallaud-Belkacem : « L’élaboration sans délais d’une carte élargie de l’éducation prioritaire incluant les lycées et lycées profesionnels ». Mais des attentes spécifiques à Marseille sont aussi formulées, notamment en terme de constructions d’équipements.

1
commentaires
Source : La Marseillaise

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...
  1. m.m.

    Bonjour,
    Et si vous vous décidiez à faire un article plus récent que celui de fin novembre sur le sujet? Plusieurs lycées n’ont pas fait la rentrée ou ont eu une rentrée très perturbée, avec des blocages, une grève reconductible…
    Il y a déjà eu trois manifestations avec une encore prévue demain.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire