Un ancien adjoint de Sabine Bernasconi condamné pour agression et harcèlement sexuels

ABUS
Bref
le 29 Sep 2022
14

Joseph Pietrucci, ancien adjoint à l’état-civil et aux anciens combattants de Sabine Bernasconi – maire Les Républicains des 1er et 7e arrondissements de 2014 à 2020 – a été condamné par le tribunal judiciaire de Marseille à 18 mois de prison avec sursis probatoire de 2 ans, pour agression sexuelle et harcèlement sexuel, relève La Provence. Une condamnation assortie d’une obligation de soin, d’une interdiction d’approcher la victime, d’une obligation à l’indemniser et d’une peine d’inéligibilité de 5 ans, confirme Jennifer Attanasio, l’avocate de la plaignante à Marsactu.

Cette officier d’état civil de la mairie de secteur avait déposé plainte en juin 2020, après avoir subi des propos répétés relevant du harcèlement sexuel entre l’été 2018 et la fin de l’année 2019. La fonctionnaire l’accusait également d’une agression sexuelle : après une cérémonie de mariage célébrée en mairie de secteur, l’adjoint l’avait attrapée par les hanches et tenté de l’embrasser. Le procureur Loïc Gauthier, cité par La Provence, a rappelé l’ex-adjoint à l’exemplarité qui devrait être celle de tout élu de la République. A la barre, Joseph Pietrucci a contesté les faits reprochés, y voyant des “rigolades” pour mettre de “l’ambiance.”

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

    ” après avoir subi des propos répétés relevant du harcèlement sexuel entre l’été 2028 et la fin de l’année 2019. ”
    C’est la machine a remonter le temps !

    Signaler
  2. Assedix Assedix

    Sans avoir aucune sympathie pour S. Bernasconi, je trouve un peu injuste de mentionner son nom et uniquement le sien en titre de cette dépêche.
    La plainte ayant été déposée en juin 2020, on peut lui accorder le bénéfice du doute et supposer qu’elle n’était pas au courant de la conduite de son adjoint lorsqu’elle était aux manettes. Ou alors il faudrait le dire explicitement si elle a fait la sourde oreille.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      En quoi est-ce injuste de mentionner la première édile de l’époque ? Être maire ce n’est pas seulement descendre la Canebiere entourée de ses sbires, c’est aussi assumer ses responsabilités

      Signaler
    • Assedix Assedix

      @ruedelapaixmarcelpaul: Mais pourquoi la mentionner seule dans le titre ? L’adjoint mis en cause n’y est même pas nommé.

      Ensuite, comme je l’ai écrit : il est possible qu’elle n’ait pas eu connaissance des agissements de son adjoint. Ou alors il faut l’écrire.

      Signaler
    • gastor13 gastor13

      J’espère que le prochain article sur Payan sera intitulé par Marsactu :”Un ancien collaborateur de JN Guérini…” Cela serait au même niveau !

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      @Asserix : l’adjoint est nommé, lisez la brève, c’est Joseph Petrucci.
      Si la fonctionnaire n’a rien dit avant la chute annoncée de la Maison Maire (juin 2020) c’est très certainement du à une forme de pression. Madame la mairie a voulu protéger ses adjoints

      Signaler
    • Assedix Assedix

      @ruedelapaixmarcelpaul: ne déformez pas ce que j’écris dans vos réponses, svp.
      Et l’agresseur s’appelle Joseph Pietrucci, non Petrucci.

      Après, libre à vous d’insinuer tout ce que vous voulez, je préférais juste que les articles de Marsactu n’en fassent pas autant.

      Signaler
  3. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    De la rigolade pour mettre l’ambiance.
    On voit le niveau des ex élus de la majorité Gaudin.
    Et si la plainte date de juin 2020, soit lors de la chronique d’une mort annoncée du Gaudinisme, ce n’est pas pour rien, la toute puissance de Dame Bernasconi s’est arrêté à cette date.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      C’est tout à fait possible. Mais cela mérite d’être explicité. La plaignante avait-elle peur de froisser la Maire de l’époque ou tout simplement peur de se retrouver face à l’adjoint en question ?

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      La fonctionnaire a-t-elle subit des pressions de la part de la mairie de l’époque ?

      Signaler
  4. Manipulite Manipulite

    C’est en effet stigmatisant de désigner un délinquant condamné non par son nom propre mais en référence à son lien avec une autre personne qui n’a rien à voir ici.
    Le titre est inapproprié même si l’information est utile dans le corps de l’article.

    Signaler
  5. vékiya vékiya

    …y voyant des “rigolades” pour mettre de “l’ambiance.”..
    un gros blaireau, il doit faire la même chose en famille et entre amis, pov’type

    Signaler
  6. julijo julijo

    été 2018 à fin 2019, en gros 18 mois, et elle porte plainte encore 6 mois après. il serait étonnant qu’elle n’en ait parlé à personne. et on peut tout supposer.
    un ou une maire reste à mon avis responsable de son équipe d’élus de son parti. et elle n’aurait rien vu.
    ce qui me gène le plus, c’est que cette affaire n’a nulle part été médiatisée en son temps. bizarre.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Cessez d’être naïf. La fonctionnaire en question a du solliciter en interne le DGS (a l’époque un porte flingue de Bernasconi) ou la Maire. Et quand vous êtes un petit exécutant et qu’on vous demande de vous la fermer, voire de vous menacer si vous osez l’ouvrir, ben vous vous la fermez.
      Regardez la courageuse responsable du service parc automobile : la voyoucratie ayabt été virée par les urnes, l’affaire des voitures disparues de la mairie a enfin fait surface. Et pas eu de médiatisation avant.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire