Uber Eats, sponsor de l’OM, va « recevoir la facture » de sa campagne d’affichage sauvage

Sauvage
Bref
Jean-Marie Leforestier
6 Août 2019 5

La campagne Uber Eats cours d'Estienne d'Orves

Du moment qu’elle fait parler d’elle, une opération de communication est réussie. C’est sans doute ce que se dit Uber Eats, le nouveau sponsor de l’OM alors qu’une campagne d’affichage sauvage a été déployée en ville. Mais elle aura un coût, assure à 20 minutes l’adjointe au maire de Marseille Marie-Louise Lota : « Je trouve regrettable que des chefs d’entreprise avec des financements solides – assez pour financer un club de football – ne soient pas foutus de respecter le bien public (sic). On vous demande de ne pas jeter de papier dans la rue… Et c’est exactement ce que font ces grands groupes. Mais ils vont être contents quand ils vont recevoir la facture… »

Interrogé par le quotidien, un spécialiste du marketing sportif assure que l’opération restera tout à fait rentable pour l’application de livraison de repas. « Les amendes ne sont pas proportionnées à la campagne, ça ne coûte finalement pas si cher à l’afficheur », explique Bruno Fraioli, fondateur du site Sportbusiness.club.

Source : 20 minutes

A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Richard MourenRichard Mouren

    Et voilà tout est dit: à Marseille, les amendes (éventuelles) pour affichage sauvage font partie des faux-frais de la campagne publicitaire. Le cynisme brut. La mairie fait semblant de donner un petit coup de gueule et roule ma poule, on n’aura jamais les résultats de cette « répression » par contre le coup de pub est réussi.
    Marsactu pourrait-il nous indiquer les sanctions prévues pour ces infractions (pour chaque affiche apposée illégalement) et si la municipalité peut facturer en sus les frais d’enlèvement de ces affiches?

    Signaler
  2. DavidDavid

    À comparer à la promptitude hallucinante avec laquelle à été sanctionnée la petite association « révolution », qui avait collé quelques affiches et à reçu immédiatement une belle amende… Je pense qu’Uber va attendre un petit moment avant de recevoir le même montant, totalement dérisoire pour eux…

    Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Les privautés que se permet UberEats sur les murs de Marseille pourraient-elles avoir cours ailleurs ? Ou sont-elles encouragées par la réputation de laxisme de la mairie, d’une façon générale et plus encore quand il s’agit de l’ohème ?

    Les Marseillais•es qui ont un compte Twitter peuvent toujours dire ce qu’ils pensent de cet affichage sauvage directement à UberEats, dont la valeur principale semble être l’incivisme : @ubereats_fr.

    Signaler
  4. lilicublilicub

    Il fût un temps où une certaine gauche caviar proclamait en cœur : « tout ce qui est bon pour l’OM est pour le parti socialiste… UberEats reprend ainsi ce vieil adage.. Tapis en voie de saisir la justice pour plagiat .

    Signaler
  5. Philippe LamottePhilippe Lamotte

    Lorsqu’Hubert mange à tous les râteliers, Ubereats se gave à satiété !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire