Grève reconductible à la maison départementale de la solidarité de la Belle-de-mai

RECONDUCTIBLE
Bref
Lisa Castelly
11 Jan 2017 0

Les salariés de la maison départementale de la solidarité de la Belle-de-Mai ont entamé ce mercredi matin une grève reconductible. Ils demandent la création de quatre postes à temps plein, comprenant deux assistantes sociales et un professionnel médical, pour remédier à des conditions de travail et d’accueil du public qu’ils jugent dégradées.

Le conseil départemental gère 29 structures de ce type, qui visent à favoriser l’accès aux droits (santé, éducation, insertion…). « On a explosé toutes les statistiques, que ce soit au niveau des difficultés du quartier, de nombre de dossiers suivis, du nombre d’aides sollicitées, du nombre d’enfants placés… et le personnel est débordé. Jusqu’à 150 usagers sont reçus chaque jour », explique Bruno Bidet, syndicaliste FSU.

Une première rencontre avec le conseil départemental il y a plusieurs semaines n’a pas débouché sur les embauches exigées par les salariés. « La grève est reconductible tant que l’aval pour ces créations de postes ne sera pas donné par la présidente Mme Vassal », prévient le syndicaliste.

0
commentaires

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire