Report du procès d’un capitaine de navire accusé de pollution atmosphérique

Audience
Bref
Alice Mugnier
9 Juil 2018 0

En avril, le procureur de la république du parquet, Xavier Tarabeux présentait cette comparution comme une probable première judiciaire sur le littoral méditerranéen. Un capitaine de navire de croisière devait être jugé devant le tribunal correctionnel de Marseille ce lundi 9 juillet pour avoir enfreint les normes antipollution. Le procès a été renvoyé le lundi 8 octobre après la demande de renvoi déposée par le parquet, pour cause de journée judiciaire chargée ce lundi. Les avocats du capitaine et de la compagnie Carnival, à qui appartient l’Azura un mastodonte des mers de 300 mètres de long, ont tenté de s’opposer, en vain. “Nous souhaitons plaider immédiatement. Cette procédure en citation directe, par définition accélérée, doit être assumée par le procureur, qui nous a déjà condamnés par voie de presse” expliquent Mes Bertrand Coste et Patrick Simon.

Le capitaine risque un an de prison et 200 000 euros d’amende pour les faits d’“utilisation, par un navire en mer territoriale, de combustible dont la teneur en soufre est supérieure aux normes autorisées – pollution de l’air”. Il avait été contrôlé le 29 mars dans le port de Marseille et avait reconnu les faits quelques jours plus tard lors d’une audition dans le Var. Deux associations, France Nature Environnement (représentée par Maître Bronzani et la juriste FNE Paca Berrezaie Maroussia) et Surfrider Fondation Europe se sont constituées partie civile. Pour la porte-parole de Surfrider Antidia Citores, “il est important de suivre ce procès car c’est une première en matière de lutte contre la pollution atmosphérique“.


A la une

Le projet de la piscine d’Euroméditerranée prend l’eau
Il fait partie des arguments avancés par la ville de Marseille, lorsque les critiques concernant le manque de piscines municipales se font trop vives....
Bernard Tapie veut licencier le principal syndicaliste de La Provence
La scène se déroule non pas à Marseille mais à Paris d'où Bernard Tapie dirige son journal, La Provence. L'actionnaire principal tient ses conseils...
Habitat indigne : l’État et les collectivités rejouent leur éternel ping-pong
"Jean-Claude, cela serait bien que nous appelions Julien Denormandie et Jacqueline Gourault lundi matin. Je la connais bien, elle était au Sénat avec moi"....
Violences à la marche de la colère, manifestants et policiers se rejettent la faute
Fierté et déception. C'est dans cet état d'esprit que les organisateurs de la marche de la colère faisaient le bilan devant la presse. Fierté...
Un nuage de lacrymo trouble la colère des Marseillais
Un énorme nuage de lacrymogène en guise de réponse à la contestation pacifique. À 19 h 30, une partie des 8000 manifestants comptés par la police...
Emportée par la vague #BalanceTonTaudis la mairie tente de garder la tête hors de l’eau
"Depuis que ça a été lancé, c'est une avalanche. Ça noie complètement le service gestion des risques parce qu'on est appelé de partout." Ce week-end,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire