Des professionnels du BTP s’allient contre le partenariat public-privé pour les écoles

Alliance
Bref
Violette Artaud
15 Déc 2017 3

Architectes, artisans, ingénieurs… Différents corps de métier du bâtiment s’opposent d’une seule et même voix au partenariat public-privé (PPP) prévu par la Ville pour la démolition, la reconstruction et la gestion de 34 écoles marseillaises. En tout, cinq organisations, à savoir l’Ordre national des architectes, la confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment, la fédération des patrons des entreprises d’ingénierie, le syndicat national du second œuvre et celui des architectes des Bouches-du-Rhône ont adressé une lettre commune au maire de Marseille pour tenter de le convaincre d’y renoncer. Et de le prévenir par la même occasion que si tel n’était pas le cas, une action en justice serait envisagée.

Parmi les arguments qui motivent cette démarche, le coût du montage financier “mécaniquement exponentiel et exorbitant”, alerte Denis Dessus de l’Ordre des architectes dans les colonnes de La Provence. Les signataires de la lettre indiquent également que le PPP, taillé pour les grands groupes du BTP, “va faire mourir des dizaines d’entreprises locales et détruire des centaines d’emplois.” Ils étudient donc actuellement un recours en justice, qui pourrait porter sur l’excès de pouvoir en ce qui concerne la délibération sur ce PPP des écoles. En 2015, le syndicat national du second œuvre avait obtenu l’annulation d’un contrat de ce type passé par la mairie de Bordeaux, en s’appuyant sur ces arguments.

Source : La Provence

A la une

Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...
L’ex-raffinerie de LyondellBasell de Berre attend toujours sa reconversion
Réparties entre quelques pins et d'immenses cuves d'acier, les dizaines de cheminées éparpillées à l’est de Berre-l’Étang font partie du paysage. Elles s'étalent sur...
Pour le théâtre Toursky, Richard Martin exige une rallonge de Jean-Claude Gaudin
Ils sont venus, ils sont tous là, rassemblés autour de Richard Martin sur la petite scène du Toursky. L'humeur est plus que jamais à...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Outre le fait que les PPP sont taillés pour VinciBouyguEiffage (mais de ce fait, on n’est pas surpris que la majorité municipale de Marseille y soit favorable), ils ne constituent en rien une garantie de juste coût : la Cour des Compte les critique très sévèrement dans son rapport sur la politique immobilière du ministère de la Justice (http://www.europe1.fr/economie/construction-de-prisons-la-cour-des-comptes-appelle-a-bannir-les-partenariats-public-prive-3520559).

    Comme le remarque la Cour, mieux vaudrait “une programmation pluriannuelle des opérations prioritaires” : c’est sans doute là qu’est la difficulté, pour les zélus marseillais incapables de gérer à long terme. Sinon, ce ne sont pas deux écoles par an sur 444 que la nullicipalité aurait réhabilitées depuis 20 ans, mais plutôt 8 à 10 – pour éviter de se trouver, à la fin de son quatrième mandat, devant un mur d’investissement qui était parfaitement prévisible.

    Signaler
    • lilicublilicub

      Ces trois citoyens , le syndicat des architectes des BdR et les professionnels du bâtiment étaient bien silencieux durant près de 20 ans au sujet des marchés publics de maitrise d’oeuvre corrompus par le CG13 et les réseaux Guérini. Bénéficiaient-ils des dividendes de cette corruption généralisée selon les dires du Procureur de la République

      Signaler
  2. TrésorierTrésorier

    Je cherche la logique financière des PPP qui ne font qu’accroitre les couts sans améliorer le contrôle de la réalisation du produit commandé.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire