Accusé de détournements de fonds, Povinelli n’est plus mis en examen mais le sera bientôt

coiffure
Bref
Benoît Gilles
9 Fév 2017 0

Le maire d’Allauch, Roland Povinelli, était jusqu’il y a peu mis en examen pour détournements de fonds publics, en compagnie de sa belle-fille, Prescillia, ancienne esthéticienne et attachée parlementaire du sénateur socialiste. Celle-ci était accusée d’occuper « un emploi d’assistante parlementaire fictif ou sur-rémunéré » auprès de son beau-père. Elle aurait perçu « 4000 euros net » de 2009 à 2012 pour principalement s’occuper de « l’apparence » de son beau-père à raison de 5 heures par semaine.

Mediapart cite son exemple pour démonter la défense de François Fillon qui a nié la possibilité d’être mis en examen pour sa qualité de parlementaire employeur. Ce faisant, l’article permet d’éclairer cette affaire bucco-rhodanienne un peu passée sous les radars médiatiques depuis 2014. Or, le maire d’Allauch et sa belle-fille ont vu leurs mises en examen récemment annulées par une décision de la cour d’appel d’Aix en Provence. « La juge d’instruction Anne Tertian n’avait pas été saisie de ces faits et aurait dû immédiatement en alerter le procureur », écrit Mediapart qui indique par ailleurs que cette décision n’entravait en rien la poursuite de l’enquête. La juge d’instruction devrait procéder à de nouvelles mises en examen dans ce volet d’un dossier à multiples facettes.

0
commentaires
Source : Mediapart

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire