Pour le préfet de région, Arles a sa place dans la métropole

Inclusion
Bref
le 30 Juil 2018
5

« Je pense que le Pays d’Arles a beaucoup à apporter et à recevoir de l’ensemble [métropolitain]« , a déclaré Pierre Dartout, préfet de région dans une interview publiée ce week-end par La Provence. « Si l’on se place dans l’hypothèse d’une fusion intégrale, il faudra prendre en compte l’avis de tous », a ajouté le représentant de l’État qui plaide donc pour une absorption du Pays d’Arles lors de la fusion prochaine entre métropole et département, tout en restant à l’écoute « des élus et des évolutions ». Pierre Dartout annonce s’apprêter à prendre « un arrêté fixant un taux d’évolution », le calendrier étant « déjà fixé », sans pour autant en préciser les échéances.

Source : La Provence

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Germanicus33Germanicus33

    A plus de 100 km de Marseille, plus proche de Nîmes et d’Avignon, on ne voit pas la ville d’Arles et la Camargue dans l’orbite de Marseille.
    Il semble que c’est le préfet qui déciderait de cette ineptie, mais qu’en pensent les Arlésiens ?

    Signaler
  2. one liveone live

    Il n’y a pas de consensus dans la trentaine de commune qui entourent arles . Arles et ses hameaux, c’est toute la camargue . soit une belle superficie. Toutes les affaires se traitent sur Marseille et périphérie.Ce qui veut dire que ca ne va pas trainer, les habitants informés y sont prêts avec moratoire fiscal of course. le préfet ne fait qu’appliquer les instructions de la république, car il ne peut y avoir de mini département de toutes façons.

    Signaler
  3. Félix WEYGANDFélix WEYGAND

    C’est une absurdité. La notion de métropole repose sur l’efficacité de fonctions que l’on a intérêt à organiser sur une même échelle, notamment liée à l’économie de déplacements, d’infrastructures mutualisées, d’espaces à aménager, etc. Ce sont essentiellement des fonctions urbaines, citadines, « de la ville ». Pour cela une des notions clefs retenues c’est une continuité minimale de la « tâche urbaine ». Faire entrer de force l’immense pays d’Arles et la Camargue dans la métropole Aix-Marseille déjà bien grande et étirée géographiquement, c’est favoriser le mitage urbain, les déplacements inutiles, la faiblesse et la multiplication des infrastructures couteuses, les difficultés d’identification du territoire par « l’extérieur » et d’identification au territoire pour ses habitants.

    Signaler
  4. Electeur du 8eElecteur du 8e

    La métropole dans ses limites actuelles n’est déjà pas très bien portante, mais au moins correspond-elle à une réalité humaine et économique, c’est-à-dire grosso modo à un bassin d’emploi et de vie. L’étendre au pays d’Arles et à l’ensemble du département, c’est accroître son gigantisme et les difficultés opérationnelles qui en découlent, diluer sa légitimité, complexifier ses enjeux en mélangeant des problématiques de bassins urbains et des problématiques rurales et, en définitive, la fragiliser.

    Il est dommage que les hauts fonctionnaires français soient formatés pour n’avoir aucune imagination. Il n’est écrit nulle part que les limites départementales sont divines et immuables. Rien n’empêche de détacher le pays d’Arles de ce qui est aujourd’hui le département des Bouches-du-Rhône et de le rattacher soit au Gard, soit au Vaucluse selon ce qui fait le plus sens.

    Signaler
  5. petitvelopetitvelo

    Je trouve un parallèle avec l’Europe d’il y a quelques années, on a préféré agrandir vite par effet d’aubaine et aujourd’hui on est au bord du naufrage avec faillite grecque suite à une adhésion truquée, avec brexit, avec bloc de l’est en opposition forte… Il parait plus urgent de faire fonctionner ce qui existe à peine que d’y ajouter des charges. Mais la pensée complexe de Jupiter voit certainement plus loin !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire