Neuf minutes de silence observées rue d’Aubagne, un mois après l’effondrement

Recueillement
Bref
Lisa Castelly
5 Déc 2018 3

Neuf minutes de silence ont été observées rue d'Aubagne, un mois exactement après les effondrements. (Image LC)

Le rendez-vous, fixé par le collectif du 5 novembre, a rassemblé plus de 200 personnes, ce mercredi matin. À 9 h 05, heure exacte de l’effondrement des numéros 63 et 65, neuf minutes de silence ont été observées rue d’Aubagne. Une pour chacune des huit victimes de ce drame, et une supplémentaire pour Zineb Redouane, décédée après avoir été blessée par une grenade lacrymogène le 1er décembre.

« C’est le Marseille d’en bas qui est venu. Merci à tous de ne pas les avoir oubliés », a déclaré la cousine d’un des disparus après le temps de recueillement, qui s’est clos par une salve d’applaudissements. Plusieurs habitants ont pointé l’absence de représentants de la mairie. Plusieurs élus de l’opposition avaient fait le déplacement. Selon La Provence, les agents municipaux ont été appelés par la Ville à observer une minute de silence depuis leur poste de travail.


A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Mine de plombMine de plomb

    Je viens de faire passer le message, si et seulement si le DRH de la DDTM13 veut bien transmettre ; qu’il aurait été judicieux de faire 1 minute de silence dans notre environnement de travail et même si celui-ci à voulu s’en défendre du fait que nous ne travaillons pas à la ville de Marseille.
    Je lui ai rappelé que certains d’entre nous travaillent pour le ministère du logement et que la direction fait aujourd’hui partie des experts.
    Scandaleux que la préfecture n’est pas fait un geste dans ce sens.

    Signaler
  2. TaramaTarama

    Merci à tous les participants et au Collectif du 5 novembre.

    Signaler
  3. Malaguena/JeannineMalaguena/Jeannine

    il y a ce témoignage d’une dame participant à la cérémonie d’hommage et passé sur les chaînes d’info, que j’ai transmis à : (@MartineVassal @departement13 @AMPMetropole @marseille (où est votre humanité) le voici :  » on aurait aimé que la municipalité ait été présente avec un brassard on est pas ds APACHES on ne les aurait pas mangés! »

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire