Neuf minutes de silence observées rue d’Aubagne, un mois après l’effondrement

Recueillement
Bref
Lisa Castelly
5 Déc 2018 3

Neuf minutes de silence ont été observées rue d'Aubagne, un mois exactement après les effondrements. (Image LC)

Le rendez-vous, fixé par le collectif du 5 novembre, a rassemblé plus de 200 personnes, ce mercredi matin. À 9 h 05, heure exacte de l’effondrement des numéros 63 et 65, neuf minutes de silence ont été observées rue d’Aubagne. Une pour chacune des huit victimes de ce drame, et une supplémentaire pour Zineb Redouane, décédée après avoir été blessée par une grenade lacrymogène le 1er décembre.

“C’est le Marseille d’en bas qui est venu. Merci à tous de ne pas les avoir oubliés”, a déclaré la cousine d’un des disparus après le temps de recueillement, qui s’est clos par une salve d’applaudissements. Plusieurs habitants ont pointé l’absence de représentants de la mairie. Plusieurs élus de l’opposition avaient fait le déplacement. Selon La Provence, les agents municipaux ont été appelés par la Ville à observer une minute de silence depuis leur poste de travail.


A la une

Le département refuse de conditionner ses aides aux communes à la construction de HLM
Comme un air de déjà-vu. Vendredi, au lendemain d'un conseil métropolitain marqué par la question de la lutte contre l'habitat indigne, l'assemblée départementale a...
Habitat indigne : la métropole lance le débat “du futur” et laisse le passé à la Ville
La tension est à la mesure de la gravité du moment. La présidente de la métropole, Martine Vassal égraine les prénoms des morts de...
À Saint-Just, un pique-nique protestataire pour dénoncer la grève des cantines
"Nous, parents d’élèves, sommes pris en otage !" Paquets de chips, pizzas et sandwichs sont au menu ce jeudi, pour agrémenter un pique-nique de...
Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...
Le temps de travail des agents municipaux met une nouvelle fois la pagaille à la cantine
Jeudi, pique-nique. Vendredi, c'est l'inconnu. Lundi, le grand trou noir. Le menu de la cantine de ces prochains jours ressemble à de l'emmental. Avec...
Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Mine de plombMine de plomb

    Je viens de faire passer le message, si et seulement si le DRH de la DDTM13 veut bien transmettre ; qu’il aurait été judicieux de faire 1 minute de silence dans notre environnement de travail et même si celui-ci à voulu s’en défendre du fait que nous ne travaillons pas à la ville de Marseille.
    Je lui ai rappelé que certains d’entre nous travaillent pour le ministère du logement et que la direction fait aujourd’hui partie des experts.
    Scandaleux que la préfecture n’est pas fait un geste dans ce sens.

    Signaler
  2. TaramaTarama

    Merci à tous les participants et au Collectif du 5 novembre.

    Signaler
  3. Malaguena/JeannineMalaguena/Jeannine

    il y a ce témoignage d’une dame participant à la cérémonie d’hommage et passé sur les chaînes d’info, que j’ai transmis à : (@MartineVassal @departement13 @AMPMetropole @marseille (où est votre humanité) le voici : ” on aurait aimé que la municipalité ait été présente avec un brassard on est pas ds APACHES on ne les aurait pas mangés!”

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire