Michèle Rubirola voulait céder la place à Benoît Payan “dès le soir du premier tour”

Binôme
Bref
le 14 Jan 2021
36

Michèle Rubirola qui a démissionné de son poste de maire de Marseille le 15 décembre revient en longueur dans Elle sur cet épisode et ses six mois à la tête de la mairie de Marseille. “Dès le soir du premier tour [le 15 mars], c’est moi qui, pressentant les difficultés, ai proposé à Benoît de switcher, déclare-t-elle. “Mais Michèle, m’a-t-il répondu, c’est impossible, ça ne se fait pas !” Comme je ne voulais pas faire perdre mon camp, j’ai tenu bon. Sauf qu’être maire de la deuxième ville de France ça ne s’improvise pas.””

Celle qui est désormais première adjointe chargée de la santé explique aussi dans cette interview avoir subi le poids de la fonction : “Moi, j’avais les idées, les valeurs. Mais pas les leviers pour agir vite. Or Marseille est une ville en état d’urgence, une ville fracturée, une ville qui s’effondre. C’est peut-être bête à dire, mais sachez-le : quand il pleuvait, je vivais dans la peur. J’étais dans la hantise d’ une catastrophe comme celle de la rue d’Aubagne.” Et l’élue d’assurer : “J’ai essayé, je vous jure. Pendant des semaines, j’ai lutté contre moi-même.”

Source : Elle

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Annette Placide Annette Placide

    Je salue son courage et son honnêteté car ce n’est pas évident de reconnaître son incompétence pour le poste car il est vrai que la gestion de la 2ème ville de France demande beaucoup de temps, beaucoup de savoir et de l’expérience. Est-ce que son successeur sera à la hauteur ?
    Saura-t-il utiliser les compétences des agents en place ?
    Gagnera-t-il la confiance des agents municipaux ? Pour cela il faut de l’honnêteté dans ses actes et dans ses paroles ! A suivre …..

    Signaler
    • Elric Menescire Elric Menescire

      Honnêteté ? Rassurez moi c’est une blague votre commentaire ou bien ? Vous trouvez que prévoir a l’avance qu’on va servir de prête nom a un scrutin, histoire de court circuiter les électeurs hostiles au numéro 2 qui se voit calife a la place du calife dès le départ, c’est honnête ? Vraiment ?
      Nous n’avons pas la même conception de l’honnêteté on dirait.
      Les hommes et femmes politiques adorent les gens qui leur pardonnent tout, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils nous prennent de plus en plus pour des imbéciles, et persistent a ne faire que de la sale tambouille. Il ne faut pas chercher plus loin dans les racines de la crise démocratique que traverse notre pays

      Signaler
    • Assedix Assedix

      @ Annette Placide: Elric Menescire vous a répondu sur l’honnêteté, je ne parlerai donc que du courage. Quand à vos yeux, Michèle Rubirola en a-t-elle montré: lorsqu’elle a laissé les vieux partis se partager les têtes de liste dans les différents secteurs, quand elle n’a pas eu un mot contre Jérémy Bacchi après son coup de poignard (pas plus que pendant la campagne lorsqu’il s’affichait avec Sylvie Andrieux) ou quand elle a quitté son poste au premier conflit avec des agents municipaux ?

      Signaler
  2. patrick patrick

    Courageuse peut être mais une telle impréparation est désespérante, Mme Rubirola aurait du démissionner de la liste pm pour que l’on puisse passer sur cet épisode qui ne grandit pas Marseille. Le poste de 1ère adjoint est-il vraiment plus paisible ? Combien de temps pourra t-elle tenir ? J’ai le sentiment d’un gros gâchis.

    Signaler
  3. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Cette déclaration à “Elle” ne nous apprend rien qu’on ne savait déjà ; pour certain-e-s dès le début, pour les dernier-e-s informé-e-s depuis sa démission.
    En revanche elle permet de toucher du doigt que contrairement à ce que l’on entend et lit bien souvent, y compris dans les commentaires de Marsactu, se retrouver élu-e et à fortiori à la tête d’un exécutif, est un job ingrat et dur (du moins quand on veut le faire pour de bon, je ne parle pas des nuls de l’ancienne municipalité).

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Visiblement il y a beaucoup de partisans de ce job ingrat et dur chez les politiques du coin . De deux choses l’une, soit les compensations sont-telles, qu’elles compensent les quelques inconvénients ou alors il y a un sacré paquet de masochistes.
      Nos zėlus locaux ont généralement bonne mine.

      Signaler
    • AlainG AlainG

      Félix,
      Ce que nous dit cette “sortie de route mediatique” ce n’est pas tant la difficulté d’être élu. Je rappelle que M. R était déjà élue et à ce titre pouvait comprendre un minimum la charge de diriger un éxecutif.
      Ce que dit cet article c’est le mépris des citoyens , alors que le PM se prévalait d’en être l’expression voire l’émanation. Ce que “certains” savaient depuis le début, était en fait un artifice pour contourner l’obstacle infranchissable d’une tête de liste socialiste.
      De même essayer de nous faire croire qu’être 1ere adjointe finalement c’est possible y compris si son était de santé ne le permet pas.
      Alors, oui Marseille est désormais gérée par des élus qui pour la plupart feront le job, mais au prix d’une duperie qui renvoie à des pratiques qui sont tout sauf citoyennes. J’espère vraiment que les 5 ans et 1/2 qui viennent effaceront cette tache originelle. Et que les électeurs ne seront pas en train de regarder ailleurs.

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Certes Félix, nous n’apprenons guère de choses à cette lecture là. Mais nous ne sommes guère déçus car nous savons bien, et depuis déjà quelques temps, que si nous voulons apprendre dans une telle matière, ce n’est point “Elle” qu’il nous faut acheter. Perso, je conseillerai bien plutôt le canard enchainé : Dans son édition du 30 décembre, et dans la rubrique “prises de bec”, vaillamment assurée par Anne Sophie Mercier, un bel et bon article, “Benoit Payan. Un caïman dans le vieux port”. On y cause bien plus précisément de tas de choses, dont des quelques et dernières tentatives de M Rubirola pour se constituer un cabinet à sa main, afin de se trouver moins démunie quand la bise mistraliène fut venue. De l’audace se son “compromis” consistant à chercher la chose dans les ruines du P”s”, mais pas tendance canebière… du véto des suppôts de Payan, prenant ici la forme d’une visite (à 8h du mat) au domicile de Michèle, de Payan himself, accompagnée de la “citoyenne”” OliviaFortin de Mad quelque chose et Copopola, et du “ça va pas le faire” qui s’ensuivit….
      Et donc le story telling de la déclaration à “dans” “Elle”, relative à l’angoisse de la cata, que s’il venait à trop pleuvoir et que les murs ne tiennent pas ben c’était trop, et donc…; Non, franchement non, là on nous prend vraiment, en prime, pour des gogos. Non décidément, comme disait l’autre, la démission de M Rubirola : “Ce n’est pas la pluie!!!”
      Et d’ailleurs, comment comprendre une telle déclaration, qui consiste à dire que la possibilité d’un tel drame suscite une angoisse insupportable si on est Maire, et peut s’envisager avec une relative et reposante relativité si l’on est première adjointe (!) et déléguée à la santé des marseillaises et Marseillais (!!!).
      Vous le voyez on entre bien ici dans du légendaire, dans de la fiction, car bien sur on communique puis re communique… sentant bien, hélas, que le compte n’y est pas, et l’incrédulité se répand sur le vieux marigot marseillais, comme une couche supplémentaire, encore et encore, comme s’il en était besoin depuis tout ce temps…. Ne vous étonnez donc pas si, entrant ainsi de plein pied dans les formes contemporaines, et fortement dépravées, du légendaire et de la fiction, se pointent dans les ci devant commentaires les mannes de Ladi Dy et d’Isnogoud….
      Non, dans ces cas là, il faut cesser de communiquer encore et encore et, pour comprendre, fouiller dans le passé où l’on trouve toujours des choses intéressantes et éclairantes.
      Tenez, au hasard, je tombe sur un article de Libération, en date du 19/12/2019, signé Stéphanie Harounyan : “Le socialiste B paysan veut un vote pour désigner le candidat du printemps marseillais.” Y’a forcément des citations de Payan là dedans me dis je! Exact. Je choisis, au hasard, celle là : “Le printemps, c’est une promesse, c’est éviter les faux procès, les circonvolutions, la politique politicienne. C’est pour cela que je me suis inscrit dans ce mouvement et avec moi, des milliers de marseillais. C’est eux notre légitimé, c’est à eux qu’il revient de décider qui les conduira à la victoire, en mars prochain.”
      Eclairant avec un peu de recul, non? Vous trouvez pas ?

      Signaler
    • Assedix Assedix

      Merci Leravidemilo pour votre commentaire. J’y trouve l’information que je cherchais en vain depuis la démission de Michèle Rubirola: elle a été empêchée de choisir ses propres collaborateurs.
      Il s’agit donc d’un putsch et non d’un renoncement.
      Merci encore pour cette information cruciale.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Totalement, mais totalement d’accord avec Le Ravi. On nous raconte une histoire. Encore une. Mais ce n’est toujours pas la vraie.

      Signaler
  4. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Étrange comme cette femme, médecin de surcroit, ne soit pas capable d’apprécier la charge de Maire et qu’elle ait ”lutté contre elle-même”. Si je vois le bon coté des choses, je dirais qu’il existe des élu(e)s qui sont humains…trop humains!

    Signaler
  5. Jacques89 Jacques89

    Il me semblait avoir entendu parler de « raisons de santé » ?! Côté « honnêteté » on fait mieux non ? En plus, justifier le mensonge pour parvenir au résultat, il me semble que la plupart des électeurs l’on mise là en réaction aux bonimenteurs de tous bords qui faisaient pareil. Pas sûr qu’ils retournent aux urnes avec le sourire.

    Signaler
    • Mistral Mistral

      Pas sûr qu’ils retournent aux urnes du tout !
      Le plus grand dommage de cette histoire est là.

      Signaler
  6. Castellan Castellan

    A peine croyable une telle inconscience.
    De plus en plus pitoyable.
    Et dire que j’ai voté pour ça.
    Mais quelle était sa motivation?
    Et encore elle ose le révéler dans Elle.
    Elle ne devrait même pas être seconde adjointe.
    Elle aurait dû disparaître de la circulation, comme on dit à Marseille.
    Totale incompétence !!!

    Signaler
  7. Castellan Castellan

    …première adjointe, pardon, encore mieux.

    Signaler
    • Electeur du 4-5 Electeur du 4-5

      Ce doit être plus proche de la réalité.
      On dit ça on dit rien….

      Signaler
  8. ALAIN B ALAIN B

    Je pense qu’être chargé de la santé, étant médecin elle en a toutes les compétences surtout qu’elle a déjà eu des responsabilités en tant qu’élue
    Souhaitons bon courage à cette équipe pour redonner vie à cette ville laissé à l’abandon par l’ancienne équipe GAUDIN et que Mme VASSAL assumera ses responsabilité en tant que Métropole (enfin si elle veut réellement que la ville se développe mais… )

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      qu’elles sont les compétences de la Ville en matière de santé à part un siège au conseil d’administration de l’APHM ?

      Signaler
  9. BRASILIA8 BRASILIA8

    Pourquoi chercher à ré écrire l’histoire ?
    Au moment de la formation du PM certains participants ont déclarer qu’ils se retireraient si Mr Payant était tête de liste
    Mme Rubirola a accepté , sans doute en toute connaissance, de prendre la tête de liste puis elle s’est écartée; inutile de nous fournir des excuses bidon du style je suis fatiguée ou je ne me sens pas capable
    Iznogoud-Payant a réussi son opération il a commencé à vérouiller les postes en y mettant ses copains fin de l’histoire
    Il me semble que les électeurs marseillais méritaient mieux qu’un article dans Elle la prochaine fois cela sera dans Gala

    Signaler
  10. Helene Goldet Helene Goldet

    C’est l’histoire d’une petite fille, plus toute jeune, qui voulait faire princesse. Et voilà elle est désormais princesse. Enfin, elle va pouvoir se faire photographier en train de se faire vacciner, elle va pouvoir faire causer d’elle dans Elle, ce vieux magazine qui la faisait rêver….
    Une femme libre comme lady Di., mais moins sympa.

    Signaler
    • marseillais marseillais

      Mais quelle haine vous a piqué. Vous étiez bien auprès d’elle durant toute cette campagne.

      Signaler
  11. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    @AlainG et BRASILIA8
    Vos remarques sont complémentaires et je suis d’accord avec ce que vous soulignez. En revanche je ne comprends pas votre ton désabusé : la chose la plus importante c’était d’éviter la perpétuation de la gangrène héritée de la majorité municipale précédente et qui s’est déjà étendue au Département et à la Métropole.
    De ce point de vue “Paris vaut bien une messe”.
    Michèle Rubirola n’est bien entendu qu’une 1ere adjointe morganatique, elle n’est là que pour éviter que le statut symbolique du “1er adjoint” bénéficie à l’influence de quelqu’un d’autre. En l’état, ce n’est sans doute pas plus mal que le Maire ne soit pas encombré par une personnalité qui jouerait un jeu personnel.
    Pour le moment, laissons la majorité municipale travailler et soutenons là : nous ne sommes pas certes pas au pays des bisounours mais toujours dans la politique marseillaise. Honnêtement comment croire que cela aurait pu être différent ? Et surtout qu’une fumeuse “démocratie citoyenne” (!!) aurait permis d’avancer dans le bordel laissé par 2 décennies de non-administration et la situation piteuse de la Ville ? Je trouve préférable que l’autorité soit assumée par une personne qui ait envie de l’exercer.

    Signaler
    • 236 236

      Je suis d’accord avec FW.
      Et si on pouvait faire un petit effort pour mettre nos dissensions de coté , pour un court moment, à la veille d’élections à venir, qui auront lieu demain, ce serait bénéfique pour tous. Après on pourra éventuellement remonter sur le ring, mais pas obligé.

      Signaler
    • Mistral Mistral

      Cette situation est acceptable pour les vieux routiers de la politique qui sont habitués à ce genre de pratiques, mais les électeurs du PM eux se sentent floués et trahis et c’est dramatique pour l’avenir et pour la démocratie.

      Signaler
  12. BRASILIA8 BRASILIA8

    Pour être désabusé il aurait fallu espérer un changement or dès le départ, l’effacement provisoire de Mr Payant on était averti de la manœuvre
    je reproche à Mme Rubirola de continuer à nous prendre pour des imbéciles et cela devient insuportable

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      « nous prendre pour des imbéciles » Ça c’est le propre des élections ! Depuis le temps que ceux qui votent le font majoritairement par défaut, il serait temps qu’on arrête de voter « contre » et que la Rue réagisse aux atteintes à la démocratie quand elles surviennent. L’expérience Macron nous montre que le Débat politique n’a jamais été aussi fourni que depuis que les élus en place n’affichent pas plus de 30% de légitimité.

      Signaler
  13. Brallaisse Brallaisse

    Félix , bien sûr qu’il faut tourner cette page Gaudin et Vassal , mais cela n’autorise pas les suivants à faire n’importe quoi. Et nous sommes dans cet épisode dans le n’importe quoi. Vous allez me dire que c’était le prix à payer en mettant en “tête de gondole” M.RUBIROLA . Je réponds non , cette manœuvre est issue des petites têtes politiques professionnels et locaux , les marseillais en avaient de toute les façons marre de ces bras cassés.
    Petit message à l’attention de Jacques 89 , nous ne sommes ni en Russie , ni en Chine , les élus font 30% au premier tour dans toutes les élections d’une certaine ampleur. Après vos atteinte à la Démocratie, penchez plutôt sur ce que font de vos messages les GAFA, les banquiers de votre carte de crédit, les autoroutes des images filmées, les parking de vos tickets et la sécu de votre carte vitale. La varie atteinte est là et pas ailleurs.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Premier ou second tour, les 30% de « fidèles » n’évoluent pas. Et inutile d’évoquer la Chine ou la Russie pour constater que le vote « contre » peut engendrer chez nous aussi des scores de dictateur.

      Signaler
  14. Elric Menescire Elric Menescire

    Et moi je salue l’équipe de MENTEURS qui ont pris les électeurs marseillais, enfin plus exactement ce qu’il en reste (c’est a dire même pas 20% du corps électoral), pour des imbéciles. Et après ils s’étonnent que les gens ne votent plus? Fauxcialistes un jour, fauxcialistes toujours.

    Signaler
  15. BRASILIA8 BRASILIA8

    Jacques89 je sais ce que valent les élections dans le cas présent j’aimerai que Mme Rubirola qui en tant que maire a été d’une discrétion de violette continue
    Ses états de santé et ses états d’âme non aucun intérêt elle nous a joué un mauvais tour avec son collègue socialiste qu’elle est la décence de se taire et si elle a des choses à dire à ses électeurs elle n’est pas obligé de le faire dans Elle

    Signaler
  16. Brallaisse Brallaisse

    J’ai voté contre Vassal. Je pensais qu’une femme, médecin de gauche serait une voie viable et gage d’une certaine honnêteté. Vassal s’est fait virée du moins sur Marseille mais tire en partie les ficelles via la métropole,et Rubirola a fait Pssssshiiit.
    In fine double déception.
    Alors Payan ?. Cela ne peut pas être pire que Gaudin ou de sa fille de coeur. Un petit goût amer quand même

    Signaler
    • 236 236

      …mais bientôt un goût doux si PM prends de l’ampleur

      Signaler
  17. Valmy Valmy

    D’habitude les élus lâchent un poste parce qu’ils y sont contraints par la justice ou pour obtenir une promotion. Là, avec Michèle Rubirola, on affaire à quelqu’un qui a très vite pris conscience de ses limites et qui savait que son désir profond n’était pas d’être maire. Et en même temps elle portait si fort cet espoir collectif de victoire qu’elle ne pouvait plus reculer une fois la formidable aventure du printemps marseillais lancée. Benoit Payan est à la fois son double et son ami, un ami qu’elle admire pour sa vision de la ville, sa détermination et sa connaissance des dossiers. Quand Payan lui dit « c’est impossible, ça ne se fait pas », je crois qu’il est sincère, tout comme est sincère la détresse de Rubirola. La politique c’est dur parce que ça exacerbe toutes les émotions mais ça reste une histoire terriblement humaine. Il faut respecter le choix de Michèle Rubirola car il est d’abord un choix qui vient du plus profond d’elle-même et personne ne peut juger.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      A la lecture de votre commentaire,une larme vient de couler sur ma joue. J’en suis tout retourné.

      Signaler
  18. Taquin Taquin

    Euh comment dire…
    Elue à l’insu de son plein gré,
    manipulée, dominée puis déposée par un pur produit du PS local,
    jusqu’au choix de “Elle” !
    Pathétique, juste pathétique !!
    Pauvre Marseille !!!

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et cela semblait la moins bête, imaginez les autres .

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire