Malaise des agents dans les musées départementaux d’Arles

Délaissés
Bref
Lisa Castelly
13 Juin 2019 1

« Il y a un malaise et un laisser-aller qui menace à court terme le fonctionnement des musées ». Le constat vient d’un représentant CGT au sein des musées du département à Arles, Jean-François Gast. L’Arlésienne revient en effet sur un sentiment qui semble partagé au sein du musée de l’Arles antique et du Museon arlaten, celui de se sentir oubliés, voire maltraités par le conseil départemental.

« On a l’impression qu’on fait tout pour que les musées se transforment en coquilles vides », témoigne un autre agent. L’Arlésienne cite les raisons du ressentiment : le peu de communication réalisée par le conseil départemental autour de l’exposition sur l’armée antique qui n’a attiré que 40 000 visiteurs, contre 80 000 pour l’exposition de l’année précédente. Mais aussi des interventions jugées inopportunes sur les choix de programmation des musées, un chantier jugé bâclé pour la réouverture du Museon arlaten et les postes de directeur qui restent vacants dans les deux musées concernés. Avec en trame de fond le reproche de voir la politique culturelle du conseil départemental se concentrer sur la capitale,« pour faire briller Martine Vassal à Marseille ». 

Les agents arlésiens devaient manifester ce jeudi, avant de rejoindre vendredi leurs collègues du conseil départemental à Marseille lors d’un « grand pique-nique de la culture » organisé à l’appel de la CGT-Culture, au jardin des archives et de la bibliothèque départementale.

Source : L'Arlésienne

A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Input-OutputInput-Output

    Le problème des musées départementaux est l’arbre qui cache la forêt. La culture, qui au contraire du social ou des routes, n’a aucun caractère vital, s’est transformée en simple outil de promotion et de communication. Ses structures sont utilisées depuis longtemps pour y placardiser les personnes à qui on a demandé d’en faire le moins possible, avec des budgets en baisse constante et le refus systématique de toutes les propositions de projets. Il serait temps que ces pratiques soient enfin mises au grand jour…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire