Libé scrute la fraude électorale à Marseille

Vu sur le web
Bref
le 21 Fév 2020
2

À moins d’un mois du premier tour des municipales, Libération s’intéresse à la fraude électorale à Marseille, qualifiée de « tradition marseillaise » ou encore de « sport national ». Une solide revue, probablement non exhaustive, qui présente différentes pratiques pour influer illégalement sur les scrutins : d’une bagarre à proximité de deux bureaux de vote Félix-Pyat qui avait permis dans la confusion un échange d’enveloppes fermées dans le bulletins, lors des législatives de 2017 ; à des personnes venant voter avec une carte d’identité appartenant à d’autres électeurs.

D’autres font appel à un savoir-faire technique qui nécessite de l’entraînement. Pas exemple, celle dite du pilon où une trentaine de bulletins sont entassés dans une enveloppe comme s’ils n’en faisaient qu’un. Au moment du dépouillement, « les gars s’entraînaient comme des prestidigitateurs pour parvenir à les séparer discrètement », raconte un socialiste.

Pour l’échéance à venir les Verts et le Printemps marseillais annoncent qu’ils porteront de la vigilance aux bureaux de votes connus pour avoir fait l’objet de fraude par le passé. Quant à Solange Biaggi (LR) qui se présente avec Martine Vassal dans les 2/3, elle assure avoir demandé « qu’on renforce ces bureaux de vote et qu’on mette des fonctionnaires comme présidents ». Cette même Solange Biaggi est accusée par Patrick Menucci, le député PS déchu à sa réélection en 2017, d’avoir mené la fraude de Félix-Pyat. Sans suite judiciaire.

Source : Libération

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Forza Forza

    Si je peux me permettre, l’histoire de la fraude de Félix Pyat dans le 1er paragraphe n’est pas très compréhensible pour qui ne la connaît pas déjà.

    Signaler
  2. petitvelo petitvelo

    « qu’on renforce ces bureaux de vote et qu’on mette des fonctionnaires comme présidents », comme le chauffeur de Mme Joyssain à Aix ? ou peut-être un membre du syndicat qui a décerné au maire sortant une « carte de membre d’honneur » ?
    Il me semble préférable de rester sur les bonnes vieilles recettes: des membres de partis opposés (donc pas de centristes qui ne sont opposés à personne).

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire