Les représentants des délogés déçus de la première réunion sur la charte du relogement

Furax
Bref
Violette Artaud
11 Avr 2019 1

« C’est scandaleux, la mairie n’a pas tenu ses engagements. » Au lendemain de la première réunion de travail entre services de la Ville et associations censée porter sur la charte du relogement, les délogés voient rouge. « Nous avions demandé trois choses : la clarification des propos de Jean-Claude Gaudin sur la fin de l’hôtel et le passage de 3 à 2 propositions de relogement, la prise en charge des repas pour les plus précaires, et un premier retour sur notre charte. Nous n’avons rien eu », déplore Martin Lefebvre, de l’Assemblée des délogés. La réunion, qui se tenait en préfecture, avait en effet pour but affiché d’entamer un travail commun sur la charte du relogement afin d’en proposer une version lors du prochain conseil municipal en juin (lire notre article).

La semaine dernière, associations et collectifs avaient posé sur la table une première version détaillée du document qu’ils souhaitent voir appliquer. Face à eux cette semaine, un seul élu, Patrick Padovani en charge de l’hygiène et de la santé. « Monsieur Padovani n’a aucune marge de manœuvre et cela prouve bien que la mairie joue la montre, ne veut pas avancer sur ce dossier », estime Bernard Eynaud du collectif du 5 novembre. Contacté, l’élu n’a pas répondu à Marsactu dans les temps impartis à la publication de cet article. Tout comme le service presse.

La métropole n’a quant à elle pas répondu à l’invitation pour participer à ces réunions. Ce vendredi, les associatifs rencontreront le ministre du logement Julien Denormandie, en déplacement à Marseille. L’occasion de rappeler au représentant de l’État leur situation, qui dure maintenant depuis plusieurs mois. Les associations prévoient également le lancement d’une pétition en soutien à la charte du relogement qu’ils ont établi.


A la une

Le difficile retour au 22 rue des Feuillants
"Là, il y a un souci." L’agent du service de l’hygiène de la mairie semble embarrassé. Il est censé contrôler les travaux effectués suite...
Le chemin semé d’embûches d’un accord entre Les Républicains et En Marche pour Marseille
Martine Vassal, candidate plus que probable à la mairie de Marseille et Yves Moraine, le maire de des 6e et 8e arrondissements, se sont...
Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...
Malades de la pollution à Fos : « Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps »
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. petitvelopetitvelo

    Sacrés délogés, ils ne suivent pas plus que les gilets jaunes ! Les assises du logement, c’est comme le grand débat national, c’est fini. Maintenant il faut parler d’autre chose. c’est gênant à la fin de pointer tous ces dysfonctionnements. Il y a des élections qui arrivent, c’est sérieux ça !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire