Les deux policiers qui avaient ouvert le feu sur un chauffard mis en examen

Suites
Bref
Clara Martot
6 Mai 2019 2

Selon La Provence, les deux policiers municipaux qui avaient tiré sur un chauffard à Marseille le 28 avril ont été mis en examen pour “blessures avec arme” et placés sous contrôle judiciaire. Ce jour-là, dans le quartier de Sainte-Marguerite (9e), les agents avaient tiré à trois reprises, une première chez les agents municipaux de la ville, armés depuis trois ans. L’homme touché par les balles, déjà condamné par la justice, venait de griller un feu rouge avant de s’engager à contre-sens sur le boulevard Paul-Claudel pour échapper aux agents.

C’est lorsque que le chauffard a entamé une marche arrière alors qu’un des policiers se trouvait derrière le véhicule que les deux autres agents ont ouvert le feu. Pour l’avocate des mis en examen, Me Sandrine Pauzano, il ne fait aucun doute que “la légitime défense sera retenue”. En attendant, le chauffard a, lui, été mis en examen pour violence avec arme par destination, et non pour tentative d’homicide. “La thèse de la légitime défense ne peut donc pas prospérer”, estime l’avocat du jeune homme, Me Frédéric Monneret.

L’article 435-1 du code de la sécurité intérieure autorise les policiers à user de leur arme “si elle vise à stopper des véhicules (…) dont les conducteurs n’obtempèrent pas à l’ordre d’arrêt”, dès lors que des occupants sont “susceptibles de perpétrer des atteintes à la vie ou à l’intégrité physique” d’autrui. L’enquête permettra d’évaluer si ces critères étaient ou non rassemblés.

Source : La Provence

A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    On ne peut que ce féliciter de cette réaction rapide de la justice ! En revanche qu’en est-il des enquêtes concernant des soi-disant gardiens “de la Paix” qui ont tabassé à mort une jeune femme alors qu’elle sortait de son bureau?. Ou concernant celui qui a blessé grièvement Mme REDOUANE une octogénaire alors qu’elle fermait ses volets ?Il semble que les procédures concernant les GJ sont plus rapides pour ne pas dire plus expéditives

    Signaler
    • petitvelopetitvelo

      Il pouraait même sembler que pour un policier MUNICIPAL la justice de l’ETAT soit BEAUUUUUUCOUP PLUS RAPIDE que pour un agent de l’Etat. Le fait du prince ?

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire