Le projet de zone à faibles émissions de la métropole Aix-Marseille soutenu par le ministère

Air
Bref
Lisa Castelly
17 Avr 2019 3

Aix-Marseille-Provence a été retenue par le ministère de la Transition énergétique et l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) avec 18 autres villes et agglomérations pour mettre en place une zone à faibles émissions (ZFE). La métropole va donc être accompagnée dans sa démarche pour réduire les rejets polluants dans le centre-ville de Marseille, et notamment pour le financement d’études de préfiguration. Sur son site, l’ADEME rappelle que la ZFE consiste « à limiter l’accès à une partie du territoire aux véhicules les plus émetteurs de polluants atmosphériques pendant une période donnée (jours, heures, etc.) dans l’objectif d’améliorer la qualité de l’air et protéger la santé des populations ». 

Dans un communiqué, la présidente de la métropole s’est félicitée « de cette décision qui va nous permettre de financer les études que nous avons engagées pour définir ce périmètre afin d’améliorer la qualité de l’air et apaiser la circulation dans le centre-ville de Marseille ». Le mois dernier, lors d’une campagne en faveur d’une ZFE ambitieuse l’ONG Greenpeace demandait aux collectivités “un calendrier de sortie de l’ensemble des véhicules polluants et un dispositif solide d’aides au changement de véhicule/de mode de transport pour les professionnels et les ménages qui en ont besoin”.


A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    C’est une bonne nouvelle si nos élus, champions du monde de la mobilité urbaine bagnolo-centrée, ne torpillent pas le dispositif en inventant de quoi l’appliquer a minima.

    Parce qu’une ZFE dans une agglomération où les alternatives à la voiture individuelle sont, elles, réduites au minimum, ça va pas être simple. On va prendre en pleine figure le retard accumulé pendant que toutes les autres grandes villes de Province, depuis les années 1990… – mais je risque de me répéter…

    Signaler
  2. MarsKaaMarsKaa

    Tout depend du périmètre… si c est pour reporter la circulation automobile autour du centre ( chartreux, prado, fleming, baille) , et pas la diminuer… la pollution sera juste quelques rues plus loin… et restera planante au dessus de la cuvette occupée par la ville, entre les collines…

    Signaler
  3. ericeric

    On va encore taper sur les mêmes. Greenpeace : écolobobo. Regardez plutôt l’organisation de la ville et sa gestion : des permis de construire à tour de bras en vue de faire croître la population avec un afflux d’estrangers 😉. La centralisation des emplois plutôt que la dissémination. Des quartiers dans lesquels, le nombre de vehicules par habitation devrait etre de un voire zero. Un tram qui coûte à la realisation deux fois plus cher qu’ailleurs. Il y a moins de dix ans ( de memoire) la RTM se fournissait en bus diesel. Bref, des non sens à la pelle de la part des decideurs et la liste est encore longue. De vraies solutions existent.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire