Le préfet met en demeure Alteo de prévenir l’envol des poussières rouges de Mange-Garri

Butoir
Bref
le 9 Mai 2018
0
Photo Julien Vinzent.

Photo Julien Vinzent.

À l’origine « d’un accident pollution de l’air de grande ampleur » le 8 avril selon la préfecture, Alteo a quelques jours pour se mettre en conformité avec les exigences de limitation des envols de poussières sur son site de Mange-Garri. Le 3 mai, le préfet a signé un arrêté de mise en demeure rappelant à l’industriel, qui stocke des boues rouges déshydratées, deux obligations qui lui avaient été fixées en juin 2016.

Le 11 avril, trois jours après le nuage de poussières qui est retombé sur Bouc-Bel-Air, l’inspection des installations classées a en effet procédé à l’équivalent d’un contrôle surprise. Ils ont constaté que le dispositif prévu en cas de vent fort « n’était pas
mis en œuvre ». Par ailleurs, « l’arrosage raisonné, l’encroûtage des bassins B5 et B6 [l’application d’un film empêchant l’envol de la poussière, ndlr] et le compostage des zones non exploitées », trois solutions censées limiter l’envol des poussières « n’étaient mises en œuvre que partiellement alors que le délai de 6 mois prescrit est échu ».

Le délai fixé par la mise en demeure est cette fois-ci court : immédiatement pour certains dispositifs, « avant le 15 mai 2018 en ce qui concerne la mise en œuvre de l’arrosage fixe ». Comme le rapporte La Provence, le directeur des opérations de l’usine Éric Duchenne a assuré la semaine dernière aux riverains que « l’ensemble des dispositifs sera prêt pour le 15 mai ». Il n’a juste pas précisé ce qui motivait cette mise en règle rapide.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire