Lassés du retard, des acquéreurs d’une résidence de luxe à Bonneveine attaquent le promoteur

Chantier
Bref
le 21 Avr 2021
4
Le chantier de la résidence en novembre 2020. Image: Google Street View

Le chantier de la résidence en novembre 2020. Image: Google Street View

Une quinzaine de propriétaires de la future résidence de luxe du BAO à Bonneveine (8e) assignent en référé le promoteur pour que le chantier se termine, rapporte La Marseillaise. Ce projet immobilier, situé au 134, avenue de Hambourg, accuse un retard d’un an et demi et se trouve désormais quasiment à l’arrêt. Une situation que sont venus constater des huissiers.

Après plusieurs difficultés rencontrées sur le chantier, le promoteur Financière immobilière bordelaise est en conflit juridique avec l’entreprise de gros œuvre Cardinal Edifice, filiale de NGE, qui a arrêté le chantier en octobre 2019.

La date de livraison a été décalée pas moins de quatre fois en 2 ans par le promoteur”, assurent les avocats des acquéreurs Jean-Philippe et Théophile Carpentier. La dernière date prévisionnelle de livraison est fixée à septembre 2021. Soit quatre ans après la pose de la première pierre par Jean-Claude Gaudin, alors maire de Marseille. La résidence prévoit 99 logements, 120 de plus destinés aux seniors, des commerces ou encore une piscine sur le toit. Si le chantier se termine un jour.

Source : La Marseillaise

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    la Ville pourrait aussi intervenir auprès du promoteur pour la restitution et la remise en état de l’avenue de Hambourg au droit du chantier

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      👍👍Pourrait et devrait intervenir !
      Les promoteurs massacrent les trottoirs et voies d’accès à proximité de leur programme et personne ne dit rien !

      Signaler
  2. jasmin jasmin

    Il y a un vide juridique pour les appartements achetés sur plan dans des résidences en VEFA. Contrairement aux maisons particulières qu’on fait construire, le constructeur n’est pas tenu de dédommager les propriétaires d’appartements en VEFA, s’il est en retard. C’est ça qui enlève les contraintes des promoteurs qui ne livrent pas à temps, et qui oblige les acquéreurs qui parfois, comme ici, ont payé quasiment la totalité du bien, à payer deux logements parfois pendant des années, et d’intenter des procès donc engager des couts supplémentaires pour contraindre à une livraison.

    C’est une résidence de standing, certes, mais elle vend aussi de nombreux T1 et T2 à des jeunes et jeunes familles en énorme difficulté pour payer deux logements. D’ailleurs, en plus de ce cabinet d’avocats, plusieurs autres avocats représentent d’autres propriétaires dans ce conflit, au total plus de 40 familles sur la centaine d’appartements. Ca occupera plusieurs juges de Marseille pour un moment… Si ce conflit énorme pouvait faire évoluer la législation VEFA, tout ne serait pas perdu. Quelle est la procédure pour que ça fasse jurisprudence, d’ailleurs?

    Signaler
  3. Olivier.h Olivier.h

    Le promoteur pourrait quand même terminer les abords de l’immeuble pour rétablir la circulation des véhicules et des piétons alentour. Cet interminable chantier provoque une gêne considérable aux populations de quartier !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire