La Ville de Marseille se porte partie civile face à trois marchands de sommeil

Taudis
Bref
le 16 Mar 2023
0
Le 18 rue Saint Saens, où M. B. détient un appartement, présente de nombreuse fissures.
Le 18 rue Saint Saens, où M. B. détient un appartement, présente de nombreuse fissures.

Le 18 rue Saint Saens, où M. B. détient un appartement, présente de nombreuse fissures.

La Ville de Marseille annonce se porter partie civile dans trois dossiers d’habitat indigne, apprend-on par voie de communiqué. Une première, précise Benoît Payan. L’édile explique que ses services seront aux côtés des victimes pour demanderréparation et confiscation des biens immobiliers” aux “marchands de sommeil”, qui “mettent des vies en danger”.

Les trois dossiers seront présentés au tribunal dans les semaines qui viennent. Selon nos informations, les trois propriétaires concernés sont tous déjà identifiés de longue date. Le premier possède quatre biens non conformes, le second est propriétaire d’un immeuble frappé d’un arrêté de péril, et le dernier, gérant de plusieurs SCI, a déjà été condamné par la justice. La Ville ajoute qu’elle envisage de se porter partie civile dans d’autres affaires, “notamment dans le cas du Gyptis 1”, immeuble insalubre évacué ce mardi dans le quartier de la Belle-de-mai.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire