Des salariées de la maison de retraite Korian reçues au département jeudi

VIGILANCE
Bref
Lisa Castelly
10 Jan 2017 0

Le département prend au sérieux les alertes lancées par des salariées de la « Maison des parents », cette maison de retraite médicalisée appartenant au groupe Korian, et va recevoir des représentants des salariés. Ainsi que nous l’avons expliqué dans notre édition de samedi, plusieurs salariées, dont deux ont d’ores et déjà été licenciées, dénoncent des conditions de travail ne permettant pas de prendre soin de résidents de façon, selon elles, appropriées.

Une délégation constituée de représentants de la CGT et d’une des salariées licenciées sera reçue jeudi au conseil départemental par Maurice Rey, l’élu délégué aux personnes âgées. « Nous sommes vigilants par rapport ce qui se passe dans cet établissement, assure ce dernier. Cet EHPAD fait l’objet d’une convention tripartite avec le département et l’ARS, et bénéficie d’une dotation qui est dans la moyenne. Je recevrai la CGT jeudi, après un entretien par téléphone avec la direction ». De son côté, le syndicat compte alerter l’élu sur « la répression à l’égard des salariés et (…) sur la maltraitance institutionnelle », à l’œuvre selon elle dans cet établissement.

0
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire