Eugène Caselli se pose en candidat de la société civile

Mat_
11 septembre 2013 0

L'équipe du candidat Caselli ne s'est pas trompée en choisissant le restaurant de la fondation Regards de Provence pour présenter les grands axes de son programme. La baie vitrée offre une vue directe sur le J4, parfait pour incarner le renouveau marseillais dont leur candidat se veut le chantre. Car, dans la course à la primaire socialiste, Eugène Caselli se pose aujourd'hui en "homme neuf". Effectivement, il n'a effectué qu'un seul mandat en tant que conseiller municipal et président de la communauté urbaine même s'il passe un peu vite sur les huit années passées à la tête de la fédération du parti socialiste des Bouches-du-Rhône sous la houlette du président du CG 13, Jean-Noël Guérini.

S'il se décrit ainsi à l'opposé du "professionnel de la politique qui a 15 ou 25 ans de carrière comme la plupart de [ses] concurrents aux primaires", c'est qu'il a une stratégie qui vaut autant pour la primaire que pour la conquête de la ville : "Ma liste sera ouverte à 50% à la société civile". Pour incarner cette ouverture, à ses côtés, le sociologue et vice-président de MPM Jean Viard est venu "donner un coup de main à Eugène" même s'il ne le fait pas de gaité de coeur puisqu'il "espérai[t] ne pas se mêler de cette primaire". Il est donc venu aider celui qui est à la traîne dans les sondages "parce que c'est le seul qui peut battre Jean-Claude Gaudin". Pour cela, il faut "sauter la primaire" en élargissant au maximum le corps électoral susceptible de venir voter. Eugène Caselli ne dit pas autre chose : "Beaucoup disent qu'il y aura peu de votants. Moi, je pense qu'il y en aura 30 000, autant ou plus que pour la primaire présidentielle".

Pour attirer plus largement, à gauche comme à droite, Eugène Caselli veut incarner la rupture "en mettant fin au système clientéliste", en faisant largement entrer la société civile au conseil municipal et "pourquoi pas des vice-présidents de la métropole ?". Parmi ses soutiens affichés, on compte tout de même quelques anciens de la politique qui ne jouent dans la catégorie "amateur" comme les vice-présidents du conseil général Denis Rossi et René Olmeta ou le président du groupe PS à la communauté urbaine, François-Noël Bernardi.

0
commentaires

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire