Emmanuel Macron avance l’idée d’un réacteur nucléaire pour le port Marseille-Fos

Explosif
Bref
le 28 Juin 2023
17
Photo : R.B
Photo : R.B

Photo : R.B

L’installation d’un nouveau réacteur sur un terrain vierge d’infrastructures nucléaires est légalement impossible. Mais qu’importe. Le président de la République, en déplacement à Marseille depuis le début de la semaine, vient de relancer le débat sur l’accélération nucléaire lors d’un discours depuis le Grand port maritime de Marseille (GPMM).

Entouré des acteurs politiques et économiques locaux, et tandis qu’il listait les actions à entreprendre pour développer le port de commerce, Emmanuel Macron a évoqué l’idée de l’installation d’un nouveau réacteur pressurisé européen (EPR) dans son enceinte. Une question qu’il souhaite poser “sans tabou” et “mettre au pot, en concertation”, enrobe-t-il.

Le président de la République pointe ainsi “la décarbonation, l’explosion du numérique et les besoins énergétiques” du GPMM, qui ne pourront être comblés “par la capacité existante”. “Les énergies renouvelables ont des limites et ne permettront pas d’atteindre les quatre à cinq gigawatts nécessaires”, précise-t-il. Emmanuel Macron émet donc l’idée pour le GPMM, un “terrain qui a vocation en la matière” notamment du fait de sa proximité avec la mer, de miser sur le nucléaire. De quoi faire vivement réagir le maire de Marseille. “Ici on est en zone sismique. S’il y a bien un endroit où on ne peut pas faire un EPR, c’est bien sur le territoire marseillais”, a-t-il réagi face à Marsactu.

Fin 2022, la ministre de la Transition énergétique déclarait pourtant : “si on fait de nouveaux EPR, ils seront situés sur des sites qui ont déjà une centrale. Pour des raisons de commodités – le réseau est déjà là pour pouvoir brancher la centrale – et parce qu’EDF avait déjà prévu dans les années 70-80 des réserves foncières pour construire.” La loi du 22 juin 2023 relative à l’accélération de la construction de nouvelles installations nucléaires précise qu’elles doivent se faire à proximité de sites nucléaires existants. La France comporte 18 centrales nucléaires, la plus proche de Marseille est à Tricastin, dans la Drôme.

Avec Coralie Bonnefoy

Violette Artaud
Journaliste à Marsactu. Détentrice d'une licence en information/communication et d'un master en journalisme. Née à Marseille, elle y a aussi grandi et s'intéresse plus particulièrement aux sujets qui touchent à la mer et à l'environnement. Mais pas que.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MaxMama13 MaxMama13

    Ah le “sans tabou”! Ça permet de faire n’importe quoi tout en disqualifiant d’emblée les opposants ! Le pendant du “décomplexé”… Un EPR sur une zone très peuplée et sismique. Il fallait être “sans tabou” pour y penser en effet…

    Signaler
    • Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

      Quel est le zonage sismique de Fos ?

      Signaler
    • Marc13016 Marc13016

      Le zonage sismique de Fos ? faible. C’est ce que dit le Schéma Départemental d’analyse et de Couverture des Risques. Document dressé par les Pompiers (et Marins Pompiers), dont c’est le métier.
      (https://www.bouches-du-rhone.gouv.fr/contenu/telechargement/41430/235490/file/Sch%C3%A9ma%20D%C3%A9partemental%20d'Analyse%20et%20de%20Couverture%20des%20Risques_SDACR%202020.pdf)

      Je crains que notre cher Maire a perdu une occasion de fermer sa bouche, pour reprendre l’expression. Mais il devait penser aux risques Tsunami et inondation, bien réels ceux là … Décidément, la com instantanée, ça fait des ravages. Il aurait pourtant pu téléphoner à son “collaborateur” l’Amiral des Marins Pompiers avant de l’ouvrir (sa bouche). Lui doit être informé des risques sur le territoire de Fos, puisque ses services contribuent à élaborer ce fameux “SDACR”.
      Après, il faut bien qu’il l’ouvre un peu, sa bouche, M. Le Maire, quand il reçoit des personnalités. On se doit d’exister quand on incarne cette fonction. S’il pouvait dire des choses exactes, ça serait encore mieux pour nous tous.

      Signaler
  2. Electeur du 8e © Electeur du 8e ©

    Comment appelle-t-on, déjà, en marseillais celui qui bavarde beaucoup mais ne fait pas grand chose ? Ah, oui : une bouche, je crois.

    Bref, nous avons une loi qui ne permet pas de faire n’importe quoi, mais il nous manque toujours une loi qui ne permette pas de dire n’importe quoi.

    Signaler
  3. BRASILIA8 BRASILIA8

    Décarboner en utilisant le nucléaire drôle d’idée quel est le bilan carbone de la construction, de la déconstruction et du fonctionnement ( refroidissement) ?
    D’ où vient l’uranium ? extraction traitement retraitement gestions des déchets quel bilan sachant que l’uranium est en quantité fini sur la terre
    Tout cela pour des data et des bateaux de croisière alors que l’on nous rabâche d’économiser l’eau et l’électricité

    Signaler
  4. Patafanari Patafanari

    Fi de tous les tabous, blocages et préjugés de toutes sortes! Que fleurissent mille mini-usines marémotrices dans nos calanques inutiles.

    Signaler
  5. Alceste. Alceste.

    Et si il avait voulu dire non pas EPR mais EPO ?

    Signaler
  6. Fabienne Fabienne

    Je vois pas pourquoi ce n’est pas accompagné dune sobriété d’utilisation d’énergie par le port. Sinon l’argent publique (et le risque) va servir aux 10+ paquebots au pavillon de complaisance qui seront a quai (hotel ou au passage) qui sont sensé être branchés en 204x.

    Signaler
  7. Marc13016 Marc13016

    Pas un mot sur l’intégration du Port dans la cité, la rationalisation des activités portuaires entre Marseille et Fos, l’accès citoyen à la façade maritime. Dans quel “laboratoire” veut on mettre les “Hamsters” marseillais ?! Parqués devant les grilles du port autonome ? entassés sur une plage grande comme un terrain de foot à Corbière ?
    Plutôt que de nous faire rêver sur une centrale nucléaire, faites nous rêver sur des bassins de nage à La Joliette. On en fait bien dans la Seine à Paris maintenant.

    Signaler
    • Andre Andre

      Entièrement d’accord. Le port fonctionne comme s’il n’était pas adossé à une ville comme Marseille, dont il ferme l’accès à la mer sur presque 10 km. Certes, il reste un outil fonctionnel qu’on ne peut ouvrir sans précautions. Mais si quelques efforts ont pu être faits (comme le passage des navettes maritimes), ils restent très timides. Je me souviens de l’époque où on pouvait encore se balader sur la grande jetée. Ce n’était pas encore la société actutelle, sa violence et ses incivilités mais, moyennant des dispositions à étudier et concerter, cela devrait être aujourd’hui encore possible et… gratuit. De manière plus quotidienne, il n’y a qu’à constater les embouteillages provoqués sur le voie publique par la gestion de ses portes d’accès à l’embarquement des ferries. Ce n’est pas Castaner, le copain de Macron, qui changera quoi que ce soit à la situation actuelle, s’il déploie le même talent pour gérer le port comme il a géré la police.

      Signaler
  8. Richard Mouren Richard Mouren

    Marseille offre l’avantage de pouvoir faire de belles photos du président en contre-plongée (ça le grandit) devant la Bonne Mère, devant les grues du port et la ligne d’horizon infinie de la mer. De plus quelques cités rapidement potemkinisées incluses dans le tissu urbain permettent de chouettes photos de bain de foule en chemise sans déplacement hasardeux comme à Paris ou Lyon, très pratique tout ça. . Après ce qui a été dit n’a pas vraiment d’importance et on peut arriver à dire n’importe quoi (EPR) pour faire le buzz et essayer de faire oublier l’épisode catastrophique des retraites.

    Signaler
  9. Christian Christian

    La France a pris un tel retard dans les énergies alternatives, qu’il faut se résigner à continuer d’utiliser le nucléaire EXISTANT.
    Par contre, envisager de construire une petite centrale sur une zone non pas sismique comme l’a dit par erreur le maire, mais exposée au risque de tsunami, et surtout menacée par la montée du niveau de la mer, là notre président de la République lance le bouchon un peu loin.

    Signaler
  10. petitvelo petitvelo

    Qu’il se mette son machin polluant pour des millénaires au Touquet , Fos a assez donné et offre déjà un beau potentiel en solaire et éolien.

    Signaler
  11. Alain PAUL Alain PAUL

    C’est une bonne décision pour :
    – décarboner les hauts fourneaux (très énergivore à réaliser)
    – éventuellement fabriquer de l’hydrogène
    – donner de l’électricité pas chère à toute l’industrie du port
    – c’est bon pour les bassins Est : gros bateaux à brancher, 1er site d’arrivée des câbles de télécommunications de France, sites informatiques très importants notamment
    – c’est bon pour toute l’industrie de la région : Aix, Gardanne, Aubagne, la Ciotat, La Seyne, Etang de Berre, Tarascon
    on est quand même une région à qui il reste des industries
    et … pour tous les habitants et entreprises

    Signaler
  12. syds syds

    C’est clair… comme l’électricité ne se transporte pas, il faut la produire sur place !
    Quoi?
    On me dit dans l’oreillette qu’on aurait découvert que l’électricité pouvait se transporter sur des centaines de kilomètres via un système de câbles métalliques ? Et que la France aurait un tel réseau ?
    Vite, il faut en informer notre président !

    Signaler
  13. pascalbazile pascalbazile

    Macron ne fait pas tout bien c’est sûr, mais pour le nucléaire je le suis. C’est un des rares moyens éprouvés de produire de l’électricité tout le temps (même sans vent et sans soleil) et à faible bilan carbone. J’ai longtemps été (très) antinucléaire, mais depuis que j’ai compris le réchauffement climatique, j’ai changé. Les défauts (réels) sont finalement inférieurs aux avantages.
    Comme on ne peut plus construire sur les fleuves dont le débit baisse et se réchauffent. Il faut construire sur la mer. Même la façade méditerranéenne doit prendre sa part. Notre région, comme la Bretagne, est une presqu’île électrique, c’est à dire qu’elle dépend de la production des autres régions qui l’alimentent via des lignes HT. Ce n’est pas vraiment normal. Comme notre littoral est rocheux, il résistera (un peu) mieux que celui du Languedoc à la montée des eaux. Le site de Monteau est sans doute assez bon. Même si l’industrie pétrolière de Lavéra doit baisser avec la fin prévisible du pétrole, la montée du recyclage et de l’électrification, faire de l’acier (ou le recycler) à Fos semble devoir rester nécessaire. Faire de l’acier sans charbon avec de l’hydrogène est faisable, mais il faut beaucoup d’électricité (et d’eau) pour faire l’hydrogène. Bref un réacteur à Ponteau ou à Fos me semble une bonne idée.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire