Écoles à Marseille : l’État passe à la manoeuvre

STUPÉFAITS
Bref
le 5 Fév 2016
14

Le gouvernement n’a pas apprécié la réponse de la mairie à la polémique qui entoure l’état des écoles marseillaises. « Stupéfaits », Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Kanner ont décidé de reprendre la main sur la situation. Dans une lettre que La Provence s’est procurée, la ministre de l’éducation et le ministre de la ville enjoignent le préfet des Bouches-du-Rhône et le recteur d’académie à se saisir du sort des écoles marseillaises en utilisant les « 5 millions d’euros » de dotation dévolus dans le cadre de la politique de la ville.

Le ton de la lettre ne laisse pas de doute quant à l’agacement du gouvernement vis-à-vis de la gestion Gaudin. Au passage, les ministres rappellent que « depuis 4 ans, les moyens de l’État ont été particulièrement mobilisés aux côtés des acteurs locaux pour soutenir la Ville de Marseille », mais s’inquiètent de ne pas constater d’« amélioration effective », notamment au vu de « l’état très dégradé de nombreuses écoles marseillaises ».

Le préfet et le recteur sont donc appelés à mener une évaluation complète des conditions d’accueil des écoliers dans les zones prioritaires et partout « où des dysfonctionnements vous seraient signalés » pour ensuite établir un programme de travaux « à moyen terme ». La lettre désigne précisément comme secteurs « absolument prioritaires » la Castellane et le centre-nord.

Source : La Provence

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Mathieu Trigon Mathieu Trigon

    C’est donc une mise sous tutelle de fait de la Mairie par l’Etat en matière de bâtiments scolaires.

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Oui de fait, et il faudrait afficher haut et fort l’incurie de cette municipalité qui fuit sans cesse ses responsabilités grâce à des arguments fallacieux. Là, les tricheurs sont au pied du mur. Il pourrait (et devrait) en être de même pour de nombreux dossiers (logement, voirie, propreté, hygiène,etc etc)

      Signaler
    • Reuze Reuze

      Gaudin et son équipe ont très mal réagi: ils ont provoqué le ministère et se sont privés de marges de manoeuvre.
      S’ils avaient été un peu plus mesurés, ils auraient pu afficher une volonté de reprise en main du dossier en demandant par exemple à Danièle Casanova de démissionner.
      Je suis curieux de voir ce que tout ça va donner maintenant.

      Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Cette municipalité aura quand même réussi l’exploit de se tirer une balle dans chaque pied en faisant tout ce qu’il faut pour médiatiser au niveau national ses lacunes, d’abord sur la mise en place de la réforme des rythmes scolaires, ensuite sur l’état d’entretien des écoles. Il s’agit pourtant d’un sujet sensible – l’avenir de nos enfants – qui concerne toutes les familles. Au moins, celles qui envisageaient de venir s’installer ici sont maintenant au courant… C’est déplorable pour l’image de la ville. Ces gens qui la gèrent depuis 20 ans devraient arrêter de chercher ailleurs les responsables de leurs propres actes.

    Je ne sais pas si c’est la démission de Danièle Casanova ou celle d’Yves Moraine qu’il faut demander. C’est ce dernier qui s’est cru malin en montant sur ses ergots au lieu de la jouer modeste : il se prend aujourd’hui un retour de manivelle bien mérité.

    Signaler
  3. Court-Jus Court-Jus

    Merci encore à Marsactu d’avoir relayé la lettre de Charlotte Magri …

    Signaler
  4. LaPlaine _ LaPlaine _

    Oui, l’a perdu une bonne occasion de se taire le matamore de l’inutile.

    Signaler
    • JL41 JL41

      La formule est jolie, La plaine, mais tu parles de qui, de Gaudin, de Casanova ?

      Signaler
  5. pierre b pierre b

    Il ne faudrait pas que les « 5 millions d’euros » de dotation dévolus dans le cadre de la politique de la ville, et que l’Etat souhaite affecter en urgence aux écoles, manquent à d’autres projets de réhabilitation afin de financer l’incurie des dirigeants marseillais.
    Sur son budget, la Mairie a privilégié des » projets de prestige » au lieu de l’éducation primaire qui est une de ses attributions principales.
    Que ces 5 millions soient utilisés en urgence pour les écoles, mais que l’Etat pense à les récupérer d’une manière ou d’une autre…

    Signaler
  6. Trésorier Trésorier

    « Au passage, les ministres rappellent que « depuis 4 ans, les moyens de l’État ont été particulièrement mobilisés aux côtés des acteurs locaux pour soutenir la Ville de Marseille

    Ah bon ???

    Combien l’Eta a t il financé nos trams, métros, bibliothèques, piscines, gymnases et autres équipements ???

    Surtout par rapport aux autres communes….

    Et il en va de même du conseil général.

    Si nos élus gèrent mal, le problème est ancien et l’Etat comme le conseil général ont toujours méprisé Marseille et refusé de financer ses équipements au même titre que les autres communes.

    Nos enfant en payent le prix.

    Signaler
    • Reuze Reuze

      Le sous-financement de Marseille par le CG13 est un vrai problème. politique.

      Pour le reste, il faut arrêter de tout justifier par un supposé mépris de l’Etat pour Marseille. Les principaux projets d’envergure sont directement abondés et pilotés par l’Etat (Mucem, Euromed, L2, rénovation urbaine).

      Qu’est-ce que l’Etat aurait dû faire pour aider Marseille à développer son réseau de transports en commun? Verser à la commune la dotation de l’Etat aux intercommunalités, pendant les 25 ans où Marseille a refusé de créer une intercommunalité sur son aire urbaine?

      L’Etat a sa part de responsabilité, mais nos enfants payent avant tout le prix de la mauvaise gestion des collectivités locales.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Le Premier ministre a annoncé aujourd’hui une « contribution exceptionnelle supplémentaire » de 500 millions d’euros pour permettre le prolongement du RER E vers l’ouest de Paris (http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/17217-grandparis-debloque-millions-euros-travaux-ouest-paris.html)

      Apparemment, quand il s’agit de Paris et de sa région, la manne de l’Etat permet d’accélérer la mise en oeuvre des projets. Ici, nous avons une gare souterraine à creuser à St-Charles, une voie ferrée Aix-Marseille dont le doublement reste à achever, et globalement un réseau de transport métropolitain à construire. De quelle « contribution exceptionnelle supplémentaire » bénéficiera-t-on pour que les projets déjà identifiés voient le jour avant 2030 ?

      Signaler
    • Reuze Reuze

      Paris est à la fois la capitale de l’Etat et une ville de premier plan mondial. Ensuite il y a Lyon avec un rayonnement moindre mais tout de même mondial.
      Marseille se trouve dans un 3e groupe avec Lille, Nice, Nantes, Bordeaux, Toulouse. Marseille n’est pas moins soutenue par l’Etat (voire plutôt plus…) que ces métropoles de même catégorie qui ont pour certaines elles aussi été fortement perturbées par des crises et mutations (Lille notamment).

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      @Reuze. Je ne peux pas vous donner tort, mais l’Etat est aussi, en principe, le garant d’un développement équilibré du territoire. C’est une question d’allocations de ressources dont on sait qu’elles sont limitées. Quand l’Etat cofinance les investissements dans les transports régionaux d’Ile-de-France, c’est au détriment d’autres investissements ailleurs.

      Le patron de la SNCF a déclaré récemment que « l’infrastructure ferroviaire de la région [PACA] est hors d’âge » et que « l’axe Marseille-Vintimille est le plus saturé de France ». Je constate simplement que, centralisme oblige, il est apparemment beaucoup plus aisé d’obtenir des concours financiers de l’Etat pour moderniser les infrastructures franciliennes que les nôtres, même lorsque ces dernières détiennent un triste record de France.

      Signaler
  7. Trésorier Trésorier

    Reuze,

    je ne justifie pas TOUT par l’Etat.

    Je dis que l’Etat a sa part de responsabilité dans la faillite actuelle, à laquelle les maires successifs de Marseille et le CG 13 ont leur part. Mais aussi les citoyens et habitants de Marseille (par leurs choix politiques et comportements).

    Je ne suis pas là pour défendre en l’espèce la gestion de Gaudin pour être plus clair.

    l’Etat a imposé ailleurs les CU (et je l’ai bien vécu à Lyon…) mais pas à Marseille. Ce sont des milliards d’euros qui ont été dépensé pendant des décennies au développement de la banlieue (DGF, subventions aux investissements) et pas aux infrastructures métropolitaines.

    Les investissements et services de l’Etat sur Marseille sont sans commune mesure avec ceux dont Lyon a bénéficié.

    Le CG 69 a toujours financé 50% des TCL lyonnais (investissements + fonctionnement) alors que le CG 13 finançait à peine 10 à 25% des investissements de la RTM.

    Beaucoup de nos habitants sont déconnectés des réalités économiques et sans trop d’exigence sur la probité et la gestion de nos élus. Par leurs comportements, nombre aggravent aussi les charges.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire