Du nouveau sur le front des toilettes publiques

Aisance
Bref
Benoît Gilles
11 Oct 2018 3

En 2014, en pleine campagne des municipales, la liste Marseille en avant amené par Jean-Claude Gaudin avait signé la charte proposée par la fondation Abbé-Pierre et la FNARS (fédération nationale des association de réadaptation sociale) visant à proposer points d’eau, douches et toilettes publiques en accès libre dans l’espace public. Quatre ans plus tard, La Provence annonce du nouveau sur ce point. L’hypothèse d’une mise à contribution (payante) des bars et cafés a fait long feu. La métropole mise d’une part sur les toilettes sèches dans les parc et jardins avec dix exemplaires déployés dans ces derniers. Pour les espaces urbains, c’est une nouvelle fois les sanisettes – gratuites – qui sont mises à contribution.

“Je me suis engagée auprès du maire à faire installer dix toilettes JCDecaux dans le centre-ville d’ici à la fin de l’année”, promet Monique Cordier, vice-présidente du conseil de territoire en charge de la propreté. Elle pointe notamment les difficultés de négociations avec l’architecte des bâtiments de France comme une des explications du retard pris qui s’opposerait à “l’installation de toilettes qui viendraient rompre une perspective ou entacher la vue d’un monument”. À terme, ce sont 60 toilettes qui doivent être déployées par la métropole à Marseille d’ici 2022 pour un montant global de 5 millions d’euros. Certaines sont équipées d’un urinoir extérieur et d’un point d’eau.

Source : La Provence

A la une

Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...
L’annulation du conseil municipal repousse encore le débat politique sur le mal-logement
Il y aura bien un rassemblement devant la salle du conseil municipal ce lundi matin. Mais celle-ci demeurera vide. Ce dimanche, le maire de...
Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Jean PeuplusJean Peuplus

    Il y a peut être une erreur sur le nombre ou le montant global des crédits consacrés à cette action, car 83 300€ par toilettes publiques, soit le revenu net annuel sur la base du smic de 6 ouvriers c’est un gag!!!!

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Donc : en 2014, j’ai fait une promesse ; en 2020, je ferai la même promesse.

    Nous avons une nullicipalité écolo avant la lettre : en 2014, les promesses étaient en grande partie issues du recyclage de celles de 2008 ; en 2020, les promesses seront issues du recyclage de celles de 2014. Tout cela est économique, sobre, 100 % bio. Bravo.

    6 ans pour installer quelques dizaines de toilettes, ça ne suffit pas. On comprend donc pourquoi prolonger le métro de 900 mètres est insurmontable.

    Signaler
  3. TaramaTarama

    Une toilette sèche a été installée à côté des jeux d’enfants du château Borély en effet.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire