Des dysfonctionnements au sein de l’association Fouque

VU SUR LE WEB
Bref
Adrien Simorre
10 Déc 2018 0

Le mensuel le Ravi et Mediapart reviennent sur la garde à vue, déjà évoquée par La Marseillaise, de deux employés de l’association marseillaise Fouque, en septembre dernier, pour dénonciation mensongère ayant entraîné des recherches inutiles. Les travailleurs, dont un représentant syndical CGT, étaient à l’origine de signalements, notamment pour des « incidents inquiétants » à « connotation sexuelle assez évidente » entre jeunes dans le centre Les Saints-Anges (8ème), un des établissements de l’association qui accueille des enfants et adolescents en difficultés ou atteints de handicap.

Ces signalements avaient abouti à la visite de l’inspection du travail et à une enquête diligentée par le procureur de la République de Marseille. Celle-ci aurait créée des tensions au sein de l’association, notamment après l’audition de plusieurs employés et enfants du centre concerné. Une pétition signée par 76 salariés le 19 septembre 2018 reprochait ainsi à la CGT d’avoir « mis en difficulté les enfants » et « les salariés de l’établissement » en saisissant l’inspection du travail. Pour l’heure, les causes et les suites de cette garde à vue ne sont toutefois pas déterminées. Le directeur général de l’association, Olivier Mira, a ainsi indiqué aux journalistes qu’il n’avait pas déposé plainte contre les salariés.

Plusieurs dysfonctionnements au sein de l’association créée en 1892 par l’abbé Jean-Baptiste Fouque sont par ailleurs pointés par Mediapart et le Ravi. Une avocate spécialisée en droit du travail interrogée juge ainsi qu’ « il y a pas mal d’atteintes à la liberté d’expression, des licenciements abusifs, un gros dossier sur du harcèlement moral, deux, trois discriminations syndicales, dont plusieurs cadres concernés » au sein de l’association, ainsi qu’ « un mode de gestion agressif, clairement antisyndical ». L’abbé Jean-Baptiste Fouque, fondateur de l’association, a été béatifié le 30 septembre dernier.

Source : Mediapart et le Ravi

A la une

Au 22 rue des Feuillants, l’habitat indigne entre les mains de la justice
Mise en danger de la vie d'autrui, conditions d'hébergement incompatible avec la dignité humaine, refus délibéré d'exécuter les travaux prescrits, perception de loyers, refus...
La plateforme de prise de rendez-vous Doctolib s’impose à l’AP-HM
En quelques clics, il est maintenant possible de réserver son rendez-vous médical avec plus de 100 praticiens de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille...
[Ô mon bateau] Faute de casse, des vieilles coques à l’abandon
Au large de la rade marseillaise, les plongeurs s'en donnent à cœur joie. À une quinzaine de mètres de profondeur, ils peuvent nager le...
À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire