Contre la fraude, la RTM va descendre le prix de son tarif jeunes boursiers

Resquille
Bref
le 22 Mar 2017
3

Pour inciter ses jeunes usagers à voyager en toute conformité, la RTM va raboter ses tarifs. Lors du conseil métropolitain du 30 mars, le passage de l’abonnement pour les jeunes boursiers de 14,90 à 9,90 euros par mois va être soumis au vote. Pour une formule annuelle, le tarif passera de 178 à 119 euros. La catégorie visée par ce pass « Jeune Solidarité », jusqu’ici ouvert aux boursiers scolarisés en collège ou au lycée, s’étendra aux jeunes de moins de 26 ans sous le plafond de la CMUC (la couverture maladie universelle complémentaire). Les enfants de 6 à 11 ans y seront aussi éligibles, alors que le prix d’un abonnement est aujourd’hui de 220 euros par an pour eux.

Après validation par le conseil métropolitain, cette mesure prendra effet le 1er juin prochain. Elle devrait s’assortir d’une opération pour inciter les fraudeurs à rentrer dans la légalité. Avec un renforcement des contrôles, mais aussi en terme de communication et de marketing, afin de « faciliter la vente pour l’usager », ainsi qu’en travaillant à rendre les points de validation plus identifiables et plus disponibles, défend la délibération soumise au vote. La RTM reconnaît donc à demi-mots que des efforts peuvent être faits de ce côté là. L’enjeu est de taille : les derniers chiffres faisaient état de 20 % d’usagers fraudeurs sur le réseau, contre, par exemple 13% à Lyon.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. neomars neomars

    La présence quasi-systématique de contrôleurs dans les stations de métro serait peut-être un élément de la solution, avec en prime pour les voyageurs: moins de fumeurs, moins de colleur dans le dos pour passer le portique, moins d’incivilités diverses …

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Ce n’est pas dans le métro que la fraude est la plus aiguë, mais en surface. Et ce n’est pas nécessairement une question de quartier ou de classe sociale : combien de collégiens issus de bonnes familles « oublient » d’avoir un titre de transport en montant dans le bus ?

      Signaler
  2. Brigitte13 Brigitte13

    20 % d’usagers fraudeurs, mais quel pourcentage dans les bus. La baisse du prix ne changera rien. Je prends le 31 ou le 32 tous les jours Vieux-Port/Belle de Mai, la majorité ne valide pas de titre de transport et monte par l’arrière du bus. Parfois, quelques contrôles devant le départ du bus et dés l’arrêt Barbusse, c’est « gratuit ». Il ne s’agit pas d’une question de tarif, le bus arrive, les gens montent sans se poser de question. Les chauffeurs, isolés, n’y peuvent rien. Communication et marketing ne changeront pas grand chose. Exemple : le slogan citoyen de MPM  » La propreté c’est nous, le civisme c’est vous » a t-il changé les choses ? Comme dans tous les services publics, on embauche des vigiles pour rassurer personnel et usagers mais pas pour améliorer le fonctionnement.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire