Le Conseil d’État casse le jugement qui avait donné raison à Moulins Maurel contre l’État

Blé
Bref
Boris Barraud
13 Avr 2018 1

Une “erreur de droit”. C’est pour ce motif, autrement dit une mauvaise interprétation de la loi, que le Conseil d’État vient d’annuler le jugement du tribunal administratif de Marseille du 29 décembre 2016. Celui-ci avait donné gain de cause à la société Grande minoterie de la Méditerranée (ex-Moulins Maurel, qui ont été liquidés par le géant de l’agroalimentaire Nutrixo). Une indemnité de plus de 500 000 euros avait été accordée à l’industriel. La raison de son action en justice ? Le fait que l’État a longtemps refusé de faire évacuer par les forces de l’ordre son usine de fabrication de blé et de semoule du 148 Avenue des Trois-Lucs (Marseille 12e). Cette usine est restée occupée près de trois ans par des salariés ou ex-salariés opposés au plan social en cours et au démantèlement du site.

Comme le rappelle ce jour La Marseillaise, le juge des référés avait, fin 2014, ordonné l’expulsion de tous les occupants du site industriel. Mais ce n’est que le 19 janvier 2017 que le préfet a fait exécuter cette ordonnance. C’est pourquoi l’industriel a saisi le juge administratif et réclamé plusieurs millions d’euros “en réparation du refus d’octroi du concours de la force publique”. Suite à la cassation opérée par le Conseil d’État, le tribunal administratif de Marseille devra rendre un nouveau jugement.

Source : La Marseillaise

A la une

L’opacité du méga contrat de l’eau de Marseille à nouveau critiquée
Pour sa première séance en tant que présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal (LR) a trouvé en tête de l'ordre du jour...
Accusé de construire sans autorisation, Ricciotti plaide le génie sans limite urbanistique
"Ce qui fait la renommée de tous mes projets, c’est leur dimension expérimentale". Rudy Ricciotti, Grand prix national de l’architecture en 2006, auteur du Pavillon...
À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. libegafralibegafra

    Que le conseil d’Etat en profite encore un peu, bientôt ce sera le tribunal arbitral du CETA et de ses copains qui tranchera !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire