Le Conseil d’État casse le jugement qui avait donné raison à Moulins Maurel contre l’État

Blé
Bref
Boris Barraud
13 Avr 2018 1

Une “erreur de droit”. C’est pour ce motif, autrement dit une mauvaise interprétation de la loi, que le Conseil d’État vient d’annuler le jugement du tribunal administratif de Marseille du 29 décembre 2016. Celui-ci avait donné gain de cause à la société Grande minoterie de la Méditerranée (ex-Moulins Maurel, qui ont été liquidés par le géant de l’agroalimentaire Nutrixo). Une indemnité de plus de 500 000 euros avait été accordée à l’industriel. La raison de son action en justice ? Le fait que l’État a longtemps refusé de faire évacuer par les forces de l’ordre son usine de fabrication de blé et de semoule du 148 Avenue des Trois-Lucs (Marseille 12e). Cette usine est restée occupée près de trois ans par des salariés ou ex-salariés opposés au plan social en cours et au démantèlement du site.

Comme le rappelle ce jour La Marseillaise, le juge des référés avait, fin 2014, ordonné l’expulsion de tous les occupants du site industriel. Mais ce n’est que le 19 janvier 2017 que le préfet a fait exécuter cette ordonnance. C’est pourquoi l’industriel a saisi le juge administratif et réclamé plusieurs millions d’euros “en réparation du refus d’octroi du concours de la force publique”. Suite à la cassation opérée par le Conseil d’État, le tribunal administratif de Marseille devra rendre un nouveau jugement.

Source : La Marseillaise

A la une

Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel
"Ils ne veulent voir qu'une ou deux personnes alors on n'y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions...
[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. petitvelopetitvelo

    Que le conseil d’Etat en profite encore un peu, bientôt ce sera le tribunal arbitral du CETA et de ses copains qui tranchera !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire