Carrières des lumières : les Baux doivent verser 6 millions à l’ancien exploitant

lumière
Bref
le 10 Juin 2024
2

Le contentieux civil qui a opposé pendant une quinzaine d’années la commune des Baux-de-Provence à la société Cathédrale d’images qui exploitait le site des carrières de lumières jusqu’en en 2008 s’est clos avec de lourdes indemnités, indique La Marseillaise. La commune des Baux-de-Provence a été condamnée jeudi par la cour d’appel de Lyon à verser 4 479 846 euros d’indemnité d’éviction à la société Cathédrale d’images (ex-filiale d’Engie). La cour alloue également 1 813 005 euros au titre de la perte du droit au maintien dans les lieux, 100 000 euros de préjudice moral et 20 000 euros de frais de justice ce qui représente plus de 6,4 millions d’euros au total.

L’arrêt de la cour d’appel de Lyon rendu jeudi, après renvoi en cassation, confirme largement le jugement de première instance de janvier 2018. Le volet pénal sera tranché en fin d’année par la cour d’appel de Paris. L’ancien maire Michel Fenard (ex-LR) a fait appel de sa condamnation pour favoritisme, ainsi que la société et le gérant de Culturespaces, nouvel exploitant depuis 2008, pour recel de favoritisme.

Source : La Marseillaise

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

    • Richard Mouren Richard Mouren

      Et qui a largement répandu le concept, créé par Cathédrale d’Images en 1975, à Paris, Bordeaux, Hamburg, Amsterdam, Dortmund, New York, Séoul et Jéju (Corée du Sud). Culture Espaces gère également Caumont Centre d’Art à Aix. Il est certain que les conditions du contrat de délégation signé avec Culture Espaces devaient être beaucoup plus avantageuses que celles du contrat avec Cathédrale d’Images, petite société visionnaire.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire