Aix-en-Provence : le personnel de la polyclinique Rambot poursuit sa grève

Santé
Bref
Thibault Barle
13 Juin 2018 0

Une cinquantaine de brancardiers, infirmières, aide-soignantes et agents de service se sont rassemblés ce mercredi sous les fenêtres de la polyclinique du parc Rambot. En grève depuis hier, ils protestent contre la suppression de leur prime d’intéressement annuelle de 300 euros, alors même que leurs conditions de travail se dégradent.

La rencontre de ce matin entre les représentants syndicaux et la direction s’est encore une fois montrée infructueuse. “Nous demandons une augmentation des petits salaires, explique Fabrice Collas, responsable CGT santé. Nous n’acceptons pas leurs propositions : une prime de 200 euros ou une prime de 70 euros brut par mois au lieu de 51 euros actuellement.” Les grévistes ont néanmoins obtenu une hausse des effectifs dans certains services. Sans de nouvelles propositions de la direction, “la grève sera reconduite“, selon Fabrice Collas.

Hier, des opérations ont du être reportées faute de personnel. Contacté par La Provence, le PDG de la polyclinique Jean Lacoste regrettait hier d’avoir été pris au dépourvu : “En décidant ce mouvement sans préavis, on a mis en danger les patients hospitalisés. C’est inacceptable.”

Source : La Provence

A la une

Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel
"Ils ne veulent voir qu'une ou deux personnes alors on n'y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions...
[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire