Benoît et Rémi : "Nous voulons être mariés par Jean-Claude Gaudin"

À la une
clementinevaysse
29 avril 2013 13

"Un grand homme pour un grand jour". Si Rémi Tennevin et Benoît Vandenberge – aka Ben & Rem – souhaitent à tout prix que ce soit Jean-Claude Gaudin qui les unisse, ce n'est nullement pour embêter l'élu UMP plutôt opposé au mariage pour tous. Celui-ci ne célèbre des unions qu'exceptionnellement puisque cette mission revient habituellement à ses adjoints ou aux maires de secteur.

"Nous attendrons le temps qu'il faudra pour que ce soit Gaudin, nous avons déjà contacté son secrétariat", lance Benoît Vandenberge, gestionnaire d'une société d'événementiel, âgé de 40 ans et des poussières. "J'ai été UMP toute ma vie, poursuit-il, Guy Teissier et Dominique Tian me connaissent. D'ailleurs c'est ce dernier qui a marié toute ma famille". Pour sa propre union, il préfère faire appel à dieu qu'à ses saints.

"Pas tant le mot mariage que le mot égalité"

Pour Marlène et Audrey la question de celui qui officiera est tout aussi centrale. "On aimerait que ce soit un maire favorable au mariage pour tous, qui se soit publiquement positionné lors des débats", explique Audrey. Si les deux femmes vivent dans le 13ème, elles ont pensé faire appel à Patrick Mennucci, maire du 1/7, pour les unir "lui qui s'est rendu à plusieurs reprises aux manifestations pro-mariage". Elles lui ont d'ailleurs déjà envoyé un mail pour lui faire part de cette demande. Le maire de leur secteur, Garo Hovsepian (PS) avait affirmé en novembre dernier qu'il confierait cette mission à un de ses adjoints "en raison de positions personnelles, éthiques, culturelles et morales". Un avis qui les a encouragées à chercher une autre mairie pour convoler.

Aussi bien Benoît et Rémi que Marlène et Audrey ont vu leur opinion évoluer au fil du débat public. "Moi, j'étais d'accord pour que ça ne s'appelle pas mariage", explique Benoît, pour qui "la question des droits était centrale notamment pour la retraite, l'immobilier et les enfants". Il vit avec son compagnon depuis 5 ans et ont un enfant chacun, âgés de 13 et 15 ans, issus d'unions précédentes. Les deux hommes ont d'abord été mariés avant de vivre pleinement leur homosexualité. "Ma fille a fait son outing en peignant un hérisson en rose à l'école, rigole Rémi. Quand ses camarades se sont moqués de son choix de couleur, elle leur a dit que son père aimait le rose".  

Pour autant ils ne sont pas du même avis sur la question de l'ouverture de l'adoption aux couples homosexuels . Rémi est "pour" et Benoît "ne se prononce pas". Au regard de la tournure qu'ont pris les débats, le mariage a pris pour lui un aspect symbolique. "Cette polémique m'a fait réaliser à quel point nous vivons dans un pays préhistorique, avoue t-il. C'est devenu un combat pour la cause et pour l'égalité".

De leur côté, Marlène et Audrey n'étaient pas tout à fait du même avis au début des débats. "Pour ma part, ce n'était pas tant le mot mariage qui comptait que celui d'égalité", reconnaît Marlène. Si sa compagne Audrey est allée à toutes les manifestations en faveur de la loi, Marlène – gérante d'un magasin – n'a pas pu s'y rendre avant tout pour des raisons pratiques. "Pour moi il était important que ce soit le même mot pour les couples homosexuels et hétérosexuels afin qu'il n'y ait aucune différenciation, poursuit Audrey, qui avoue assumer plus grâce à loi sur le mariage".

"On aurait adoré que ce soit cette année"

Ensemble depuis deux ans, les deux femmes ne sont pas pacsées : "Autant se marier directement puisque maintenant nous pouvons le faire". Rémi et Benoît eux ont passés ce pas mais tenaient à aller plus loin : "On a même pensé aller se marier à Londres, explique Rémi, mais je voulais que ce choix de me marier ou pas soit reconnu en France".

Tous les quatre auraient voulu faire partie de la cuvée 2013 mais, pour des raisons logistiques, ce sera plutôt l'année d'après. Les deux couples veulent faire les choses en grand, et ont besoin d'un peu de temps, pour mettre de l'argent de côté. Travaillant dans l'événementiel, "Ben & Rem" souhaitent organiser leur mariage eux-mêmes et le décliner sur plusieurs jours. "On a déjà une liste de 200 invités, on va devoir économiser, précise Benoît. Nous avons même pensé faire un mariage sponsorisé par des entreprises par exemple. En tout cas, on voudrait que ce soit médiatique". Etre parmi les premiers à se marier à Marseille ? "Ça nous a tenté mais il faut le temps de l'organiser et on aurait eu peur des tomates à la sortie de la mairie", répondent-ils.

"On aurait adoré que ce soit cette année", confirme Marlène. Mais elles aussi devront attendre l'été 2014 pour les mêmes raisons financières. Après le mariage, les deux femmes aimeraient fonder une famille : "nous en parlons souvent, a priori ce sera plutôt Marlène qui portera notre enfant". Elles souhaitent donc faire appel à un homme en chair et en os plutôt qu'à un donneur anonyme. "On tient à ce qu'il puisse rencontrer son père biologique s'il le souhaite".

Si les filles comme les garçons veulent se marier dans leur ville, ils n'ont pas le même regard sur sa capacité de tolérance. Si Benoît affirme que "Marseille est une grande ville de tolérance où l'homophobie ne s'est pas plus réveillée qu'ailleurs", le couple féminin partage une vision plus sombre. "Le soir de l'adoption de la loi, au moment de sortir dans un bar gay friendly, on a eu quelques appréhensions". Pour elles, Marseille est loin d'être accueillante pour la communauté homosexuelle. "Ici, on ne s'embrasserait pas dans la rue, reconnaît Audrey, tandis que sa compagne ajoute qu'à "Lyon, deux femmes qui se tiennent la main dans la rue ne craignent pas le regard des autres. Ici, oui."

Actualisation au 26 mai 2015 : à la demande des intéressées, nous avons supprimé les mentions de leurs noms de famille de cet article.

13
commentaires

Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Loutre méditerranéenne

    Au final, des personnes plus spectatrices et consommatrices que des gens volontaires et décidés.

    Il n’y a qu’Audrey qui ait un tant soit peu eu une réflexion sur cette loi et ce qu’elle apporte ou devait apporter.
    C’est presque comique de voir les 2 hommes faire de la pub pour Gaudin. Ou triste, je sais pas.

    Signaler
  2. audrey

    Merci Clémentine pour cet interview

    Signaler
  3. Benjamin

    « deux tandems » ? Deux couples plutôt, non ?

    Signaler
  4. audrey

    Loutre mediterraneenne, nous militons avec Marlène

    Signaler
  5. Patrick Mennucci

    Je marie tout ceux qui s’aiment et qui veulent se marier

    Signaler
  6. Marlène

    Merci de nous avoir permis de nous exprimer en douceur sur ce sujet.

    Signaler
  7. PeeYoyo

    Je comprend pas trop le délire de vouloir se faire marier par un maire ayant voté contre. il est plus agréable d’être marié par quelqu’un qui ne fait pas ça à reculons.

    Signaler
  8. jl

    Des gays (ou lesbiennes) à l’UMP, ça me scie!

    Oui ok les préférences affectives/sexuelles ne sont pas exclusivement constitutives et de l’identité et de la personnalité.
    Mais quand même! Les ancêtres RPR de l’UMP ont voté contré la dépénalisation de l’homosexualité dans leur grande majorité en 1982..!! Puis ils ont voté contre le PACS en 1999..!! et, là ils viennent juste de se rasseoir après avoir été aux 1ers rangs des manifs contre le Mariage pour tous..!!

    Et on peut être gay et UMP??!!
    Si qq’un veut bien m’expliquer….

    Signaler
  9. oursi ribelli

    trop belle les filles à devorer sans moderation

    Signaler
  10. Noé Picard

    Ah ça vous gêne un homosexuel à l’UMP hein ? C’est comme un Français d’origine Arabe qui vote à droite, ça chamboule complètement le petit schéma socialiste, et par conséquent le petit fond de commerce qui va avec.

    Signaler
  11. Anonyme

    Je souhaite renvoyer tous les homos à la lecture du dictionnaire pour apprendre la définition du mot couple. C’est bien triste de voir ça. qu’est ce qu’il ne ferait pas nos politiques pour obtenir des voix.
    Pendant que les hétéros boudent le mariage les homos le recherchent, allez comprendre ! A la sortie de la Mairie il faudra dire quoi ? Oh vous faites un beau couple ou une belle paire ? Il faudra peut être aussi changer la définition du mot couple, nos politiques en sont bien capable !!!
    Pour vivre heureux, vivons cachés, rien n’est plus vrai!

    Signaler
  12. Anonyme

    que tout les mariages homo soit célébré par des maires homo ,au moins on serais qui l’est ou qu’il est pas !!!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot-de-passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire