Avant la réouverture, l’angoisse partagée des patrons et employés de la restauration

Actualité
le 20 Mai 2020
7

La réouverture des bars et restaurants se fait attendre. Prévue le 2 juin, elle inquiète les restaurateurs et leurs employés. Les pertes liées au confinement et l'incertitude sur le protocole sanitaire à suivre pèsent lourd. Les salariés les plus précaires sont les premiers à en pâtir.

Sur le Cours Julien, des restaurants proposent de la vente à emporter en attendant la réouverture, alors que d'autres gardent le rideau fermé. Photo : MA

Sur le Cours Julien à Marseille, l’arrivée du printemps signe habituellement le retour de la valse d’innombrables serveurs entre la terrasse et l’intérieur des restaurants. Mais cette année, triste tableau. Une table barre l’entrée de quelques restaurants, où des employés, statiques prennent les commandes. Ailleurs, les grilles en fer restent fermées. Des patrons de bar […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Annnieday Annnieday

    Évoquer le Cours Julien et présenter une photo de la Place Notre Dame du Mont …

    Signaler
    • Input Output Input Output

      Exact mais ce n’est quand même qu’à quelques dizaines de mètres…En cette période particulière on leur pardonnera de ne pas s’être déplacés juste pour aller prendre une photo du Cours Ju…

      Signaler
    • Annnieday Annnieday

      Input Output C’est vrai que faire 50 mètres à pied c’est prendre des risques énormes 😉
      Il suffisait simplement par exemple de le préciser sur la légende de la photo puisqu’après tout les problématiques sont similaires. Un peu de rigueur pour la crédibilité journalistique. Un point c’est tout

      Signaler
  2. Input Output Input Output

    Une des questions sur la réouverture est aussi celle des restaurants sous forme de buffets. Qu’en sera-il pour tous les hôtels qui servent le petit-déjeuner de cette façon et les restaurants-buffets comme par exemple les Buffets du Vieux-Port, O buffet à la Pointe-Rouge, sans compter les innombrables buffets à volonté asiatiques ? Au pays des lois, va t-on avoir le droit à une description précise de la façon dont nous devrons faire la queue pour aller remplir nos assiettes pour éviter la « promiscuité sociale » ?

    Signaler
  3. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Parlons chiffres sous lesquels il y a des femmes des hommes;
     »Celles et ceux qui travaillent au noir, sans contrat. Selon un rapport de février 2019 du conseil d’orientation pour l’emploi, en France, 20% des 2,5 millions travailleurs dissimulés, seraient employés en hôtellerie restauration. Bernard Marty, en convient, leur existence est bien connue, mais il est impossible d’évaluer leur nombre à l’échelle de la région. »
    Comment dans la 6 ème puissance du monde (Comme le dit Vincent Lindon qui avait soutenu Beyrou en 2017) peut on laisser filer ce chiffre de personnes  »utilisées » dans la restauration, hôtellerie?
    Si l’on prend un patron de café ou de restauration combien gagne-t-il en  »utilisant » des jeunes en fonction de ses besoins?
    Ne serait-il pas temps de donner un véritable statut des  »utilisé-e-s » dans ce pays où il y a autant d’habitants que de touristes plutôt que d’être à la merci du bon vouloir d’un patron?

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    MEMIN , votre remarque ou plutôt votre commentaire est d’une lucidité remarquable. L’angoisse des patrons de la restauration . Pas très angoissés pour faire travailler au noir les gens , pas très angoissés pour ne pas payer les heures, pas très angoissés de faire du black , pas très angoissés pour se faire nationaliser les salaires, pas très angoissés de faire des contrats en bois dans les chaines de restauration. Ils ont déjà fait le coup avec la TVA , « bis repetita placent » avec le COVID.

    Signaler
  5. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Pour beaucoup de « restaurateurs » (merci Picard) et de « boutiques » de fringues (merci l’ Asie) le bon plan c’est de gagner en une saison ce que d’autres peinent à gagner en une année !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire