Aux urgences de La Timone : “on va passer l’été en se disant que ça ira mieux plus tard”

Reportage
le 11 Août 2022
5

Dans le plus gros service d'urgences de la région, l'effectif des médecins est réduit de moitié. Face à l'afflux de patients, les soignants redoutent de devoir instaurer un tri à l'entrée, comme c'est le cas dans d'autres hôpitaux de France.

Le service des urgences de La Timone voit son activité augmenter avec l'été. (Photo Emilio Guzman)

Le service des urgences de La Timone voit son activité augmenter avec l'été. (Photo Emilio Guzman)

“L’été, c’est là qu’on voit si on est fait pour les urgences“, sourit Nadia, infirmière de nuit au service des urgences de La Timone. La trentenaire a à peine le temps de finir sa phrase, qu’elle réceptionne Alice*, 19 ans, qui a traversé une vitre. “Elle a des constantes stables, mais présente deux plaies béantes […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pascal L Pascal L

    Dans le genre :
    Urgencemed – Marseille Estaque
    “Centre médical d’urgence en ville, nous vous accueillons tous les jours, 7/7 de 9h à 22h sans interruption” (site Urgencemed.fr aujourd’hui)
    Sauf que depuis lundi le rideau de fer est tiré et cela sans aucune explication.
    Donc il y a manifestement un manque de personnel soignants mais aussi de secrétariat et de communication.

    Signaler
  2. polipola polipola

    Bravo à eux, les médecins, les infirmier(e)s, les soignants en règle générale. Il faut bien du courage et de la patience pour faire ce métier aujourd’hui ! Quand je pense que des gens leur crachent dessus (cf l’article), cela me désespère.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je fréquente professionnellement des salariés exposés au public, dans un domaine très différent de l’hôpital. Jamais leur métier n’a été aussi difficile et aussi stressant : une partie de la population considère qu’elle peut tout exiger de ceux qui sont à son service, et a moins de considération pour ceux-ci que pour un chien. On a pensé un instant que l’après-covid serait l’occasion de construire un monde plus attentionné aux autres : c’est tout le contraire qui s’est produit, les relations sociales sont désormais d’une rare violence.

      Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    +1

    Signaler
  4. Agnès R Agnès R

    Effectivement ce n’est pas le Mac Do médical
    Hier le père d’une amie plus de 80 ans a attendu 1 h les pompiers ( le régulateur a oublié de transférer le dossier aux pompiers )après un malaise avec perte de connaissance et vomissements.
    Admis aux urgences il est ressorti avec une chemise de nuit une couche,aucun diagnostic,pensant que sa famille l’avait abandonné.la cerise sur la gâteau 9h45 aux urgences sans un verre d’eau,dans perfusion.
    Effectivement ce n’est pas un mac do ,au Mac Do on peut avoir un coca.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire