Au Petit-Séminaire, l’éternel recommencement des expulsions sans solution

Reportage
le 1 Déc 2020
2

Ce lundi, la préfecture a fait évacuer plusieurs immeubles de la cité du Petit-Séminaire (13e) déclarés en situation de péril imminent. Plusieurs dizaines de personnes dont des femmes et des enfants en bas âge ont été mis à l'abri à l'hôtel. Depuis trois ans, les expulsions se succèdent sans solution durable de logement.

Des familles rejoignent les bus alors que les immeubles du Petit-Séminaire sont évacués sont murés, novembre 2020. (Photo : B.G.)

Des familles rejoignent les bus alors que les immeubles du Petit-Séminaire sont évacués sont murés, novembre 2020. (Photo : B.G.)

L'enjeu

Ce lundi, la préfecture a procédé à l'évacuation de plusieurs dizaines de migrants, qui vivaient depuis des mois dans les immeubles vides de la cité du Petit Séminaire, visés par un arrêté de péril.

Le contexte

Depuis plusieurs années, les évacuations de personnes exilées se succèdent à Marseille sans que l'État qui doit les héberger ne trouve de solutions durables en dehors des squats successifs.

La scène en rappelle tant d’autres vécues ces dernières années. Des cars de CRS, alignés par dizaines, leurs hôtes, casqués, bottés, boucliers en main, font face à une barre d’immeubles colorés. Ceux-ci ne sont pas bien hauts, nichés dans un vallon, à l’exacte séparation des 12e et 13e arrondissements. Ce lundi matin, le Petit-Séminaire est le théâtre d’une expulsion d’exilés venus s’abriter depuis plusieurs années dans cette cité HLM, propriété d’Habitat Marseille Provence et promise à la démolition.

Avant cela, le parc Kalliste en février 2018, la caserne Masséna en octobre 2018, le parc Corot en décembre 2018, les squats de Bougainville en septembre 2019, ont été le cadre des mêmes scènes d’expulsion d’hommes et de femmes, sacs et cabas en mains, grimpant dans des autobus affrétés par la préfecture pour des destinations temporaires de “mises à l’abri”.

Les agents de l’Addap orientent les familles vers les différents hôtels mis à disposition. Photo : B.G.

Demandeurs d’asile, “dublinés”, ou sans-papiers

Comme dans les cas précédents, les bâtiments occupés par ces ressortissants africains, pour la majorité d’entre eux Nigérians, faisaient l’objet d’arrêtés de péril grave et imminent, notamment justifiés par les branchements sauvages. La procédure, aux visées de sécurité, est donc autorisée même en période de trêve hivernale. Les occupants sont souvent des demandeurs d’asile en attente d’une réponse, d’autres sont dits “dublinés”, car leur entrée en Europe a fait l’objet d’un enregistrement dans un premier pays, censé étudier leur demande d’asile. D’autres sont des sans-papiers ou des résidents en règle qui ont échoué là, en désespoir de cause.

Un CRS demande à une famille d’évacués de s’éloigner des immeubles en cours de fermeture. Photo : B.G.

Au fur et à mesure que les immeubles se vident, les équipes de l’Addap 13 reconnaissables à leurs chasubles vertes regroupent les silhouettes un peu hagardes qui vont être directement envoyées dans les hôtels du centre-ville, pour une première mise à l’abri. L’association Sara Logisol sera chargée de l’enquête sociale permettant de déboucher sur un hébergement, plus ou moins provisoire. “Cela dépend des statuts, détaille Marie Aubert, la préfète déléguée à l’égalité des chances, présente sur place. Les personnes en cours de demande d’asile verront leur hébergement pris en charge selon le dispositif national d’accueil. Nous savons que la région connaît un fort déficit d’hébergements. Ils peuvent se voir proposer des places dans d’autres départements.”

Mise à l’abri à géométrie variable

Pour les exilés dits “dublinés”, le séjour à l’hôtel ne dure que quelques jours, le temps d’une pause, avant de rejoindre le circuit classique de l’hébergement, lui-même saturé en ces temps de confinement sanitaire. “Nous avons également saisi le conseil départemental au titre de protection maternelle infantile pour que ses personnels puissent se rendre dans les hôtels à la rencontre des femmes avec des enfants en bas âge, affirme la préfète déléguée pour l’égalité des chances.

L’Addap établit les listes et dispatche les réfugiés et migrants dans les hôtels. Photo : B.G.

Ce lundi, la grande majorité des 64 personnes évacuées sont des hommes, souvent jeunes. Les premiers comptages dénombrent 17 femmes avec neuf enfants, parfois en très bas âge. Plusieurs autres sont enceintes. C’est le cas de cette jeune femme au ventre rond qui se précipite vers un des bâtiments, expliquant en anglais qu’elle a “très faim”.

Une autre guette la longue allée qui descend vers la cité, barrée plus haut par un véhicule de police municipale. Elle porte un très jeune enfant et attend son compagnon. “Je vis à Marseille depuis deux ans. Je suis en attente d’un statut de réfugié. Je vis dans cet immeuble depuis sept mois”, explique-t-elle. Son compagnon la rejoint en courant. Ils partent vers les bus de la RTM où ils patientent au chaud. Ces mini-bus doivent ensuite les amener jusqu’à destination.

Quatre gymnases armés par précaution

Contrairement à ce que claironnait dès potron-minet le sénateur RN, Stéphane Ravier, qui s’était déplacé pour l’occasion, les squatteurs n’ont finalement pas été convoyés dans les gymnases de la ville, “armés” pour l’opération. Dès la semaine dernière, il dénonçait ce détournement des équipements municipaux. Une position également émise dans la même foulée mais appuyée sur des arguments plus humanitaires par sa successeuse à la mairie de secteur, Marion Bareille (LR). Cette dernière a demandé ce lundi à ce que les gymnases soient rendus “au plus vite aux enfants des 13 & 14”.

Les quatre gymnases seront en fait restés vides ce lundi. “Nous avions anticipé sur la présence possible de 300 personnes, justifie Marie Aubert. Ces gymnases pouvaient dont être utiles pour les opérations d’enquête sociale. Mais, au final, les personnes présentes étaient moins nombreuses que prévu.”

Une retardataire rejoint les bus affrétés pour évacuer les squatteurs. Photo : B.G.

Évacuations successives

L’annonce d’une possible expulsion courrait depuis plusieurs semaines, avec un courrier en ce sens de la maire de Marseille au bailleur et à la métropole, réclamant une intervention rapide de leur part. La Ville avait ensuite publié un arrêté de péril sur les bâtiments F, G, J et I qui rendait inéluctable une telle évacuation. Le 24 novembre, un incendie dans une cave a nécessité l’intervention des pompiers et la mise à l’abri de 32 personnes. Dans la nuit de dimanche, 23 personnes ont été de nouveau évacuées par les pompiers après une intervention justifiée par des feux de braséros en pied d’immeuble. Les blocs évacués n’étaient plus alimentés en eau et électricité depuis plusieurs jours ce qui obligeait les occupants à se réchauffer dehors. Au final ce sont 119 personnes qui ont été officiellement “mises à l’abri”.

Une partie d’entre elles ont d’ailleurs rejoint un autre bâtiment vide du haut de la cité où résidaient déjà plusieurs personnes exilées. L’un d’eux interpellent la préfète alors qu’elle passe à sa portée. “Madame, vous êtes forte pour me tourner le dos, mais répondez moi, apostrophe-t-il. Pourquoi l’électricité est coupé dans notre immeuble ? C’est pour nous faire partir.” La préfète renvoie le jeune homme vers “le bailleur”, en l’occurrence le directeur général d’HMP, Christian Gil.

Électricité coupée

“Ce n’est pas de mon fait, justifie ce dernier. Il n’y a plus de locataires d’HMP dans ce bâtiment et il n’est pas question qu’on réinstalle un compteur.” Souleymane Keita vient de Guinée. Lui aussi est arrivé sans-papiers. Il bénéficie désormais d’un titre de séjour en bonne et due forme. “Mais l’entreprise qui m’employait a coulé. Je n’avais plus de boulot et plus de quoi payer un logement. J’ai fini ici”, maugrée-t-il, furieux de vivre dans le noir depuis plusieurs jours.

Des ouvriers creusent une tranchée non loin de l’immeuble sans que l’on sache si ces travaux sont en rapport avec la coupure. Dans les étages du bloc, les balcons sont utilisés pour des petits feux. Des câbles courent depuis l’escalier pour alimenter les logements.

Sur les petits balcons, des signes de feux domestiques. Photo : B.G.

Arrivé du Nigeria après un périple à travers le Niger, l’Algérie, la Libye puis l’Italie, Justice vient à peine de poser ses rares affaires là. “Juste deux semaines”, décompte-t-il en anglais en expliquant n’avoir nulle part ailleurs où aller. L’immeuble devrait être bientôt frappé d’un arrêté de péril grave et imminent à son tour, si les branchements sauvages se poursuivent.

28 familles de locataires en attente

Depuis le perron de son logis, Diego Camacho contemple l’agitation matinale. Cela fait des années qu’il vit avec la présence des squatteurs. Avec sa femme Marie et ses quatre enfants à la maison, il fait partie des 28 familles encore locataires d’HMP. Il vit là depuis 30 ans. “On nous a fait déjà trois propositions. À chaque fois, c’est Frais-Vallon, la Renaude, des quartiers où ça tire, où ça vend de la drogue, bien sûr que je n’accepte pas”, proteste l’homme de 60 ans. Il explique être malade du cœur tout en tirant sur sa cigarette. Il voudrait une maison de plain-pied “avec un bout de jardin pour faire pousser des légumes”. Le chant du coq retentit, c’est son voisin qui les élève pour les combats. “Mais il se fait cambrioler par les immigrés, alors que ça ne se mange pas”, regrette-t-il. Il n’a pas de mots durs à l’égard de ses voisins : “tout le monde a le droit de vivre, même si le bruit, les bagarres, c’est pénible et dangereux pour nos enfants.”

“Mamie” Ginette passe devant les bâtiments F, G, H et I évacués ce lundi. Photo : B.G.

Depuis un petit promontoire en forme d’agora de béton, deux voisines sont venues suivre de près l’évacuation. Elles font signe à Ginette, 76 ans et le masque baissé pour fumer, de les rejoindre pour une pause. La petite dame revient des courses et avance lentement au milieu des CRS. “Ces jeunes, ils sont bien gentils, ils m’aident toujours à porter mes courses, raconte-t-elle. C’est vraiment la solidarité ici. Tout le monde m’appelle Mamie. Moi, j’en veux surtout au gouvernement de laisser à la rue des familles avec enfants.”

Les trois femmes viennent des Ruches, une cité située à proximité du Petit-Séminaire. “Pourquoi ils les ont expulsés en plein hiver, s’étonne Nadia, 59 ans. Ils pouvaient faire ça au printemps dernier ou en plein été, la situation était la même. En tout cas, ils nous ont jamais gênés, hein. Serviables et tout, ce sont des êtres humains comme nous.”

Un jeune homme a redressé un crucifix, oublié sur le sol, durant l’évacuation. Photo : B.G.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. François Costé François Costé

    Tout va donc très bien ! Les migrants n’iront pas dans les gymnases et même ils iront à l’hôtel ! Pour… 3 nuits ou un peu plus sans avoir la possibilité de cuisiner… jusqu’au prochain squat. Quand l’Etat acceptera-t-il l’idée qu’il convient d’organiser l’accueil des migrants au moins aussi bien que nos pays voisins…j’en ai la nausée et je suis maintenant incapable de lire dans le détail des articles qui relatent ces expulsions.

    Merci à Marsactu qui ne se décourage pas.

    Signaler
  2. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    “…les évacuations de personnes exilées se succèdent à Marseille sans que l’État qui doit les héberger ne trouve de solutions durables en dehors des squats successifs.”
    Pourquoi Benoit Gilles emploie le verbe ”devoir” en ce qui concerne l’État dans sa grande mansuétude?
    Il ne protège plus, il ne soigne plus, il n’éduque plus. En tout cas, soyons exact, de moins en moins.
    Le Droit doit être demandé alors que la France est un état dit de droit.
    Le manque de volonté politique, ”l’appel d’air” cher au RN (non vérifié par les recherches), le laisser aller, fait que ces gens sont ballotés de ci de là, malgré le boulot des associations.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire