Du Nord au Sud, l’extension du tramway progresse entre annonces et grandes inconnues

Décryptage
le 1 Juin 2018
13

La métropole Aix-Marseille Provence vient d'ouvrir un mois de concertation autour du projet d'extension du tramway, sur un peu plus de six kilomètres. Tracé, calendrier, inconnues : tour d'horizon des enjeux en sept étapes.

Le tronçon mis en service début 2015 rue de Rome sert de base à cette nouvelle extension.

Le tronçon mis en service début 2015 rue de Rome sert de base à cette nouvelle extension.

C’est le plus gros projet de transports en commun marseillais dont les travaux seront lancés pendant le mandat de Jean-Claude Gaudin à la tête de la métropole (qui court jusqu’en 2020). Peut-être même le seul, le prolongement du métro vers Saint-Loup étant encore au stade des études.

La métropole Aix-Marseille Provence lançait mercredi la concertation autour du projet d’extension du tramway (voir les modalités en fin d’article), qui ajoutera 6,2 km à un réseau qui n’en compte que 12,3 km. Et ne s’est guère étendu depuis son inauguration que par le tronçon de la rue de Rome, complexe, emblématique… mais court (1,2 km). Marsactu fait le point en six étapes sur les enjeux de ce grand chantier.

Une extension qui penche au sud

Nord, Sud, Sud, Nord. Le balancier est immuable, c’est intellectuel autant que physique. À contempler le panneau de l’exposition qui présente le tracé, l’œil fait l’aller-retour le long de cet axe La Castellane – La Rouvière, quasiment dans l’alignement de celui que forment la Porte d’Aix et la place Castellane. Les voyageurs feront-ils de même ? “Cela va peut-être nous permettre d’atténuer la coupure de cette ville en deux, que les Marseillais puissent circuler entre le nord et le sud, se félicitait lors du débat d’ouverture le maire des 15e et 16e arrondissements Roger Ruzé (divers gauche). En espérant que ça aille dans les deux sens…”

Tracé des phases 1 et 2. Cliquez sur l’image pour agrandir. Source : métropole Aix-Marseille Provence.

En attendant ces nouveaux pendulaires, le balancier est quelque peu déséquilibré. 1,8 km au nord, 4,4 km au sud, ce sera tout pour la phase 1, celle pour laquelle la concertation est officiellement lancée. Samia Ghali (PS), Benoît Payan (PS), Stéphane Mari (LREM) : dans la journée de jeudi, trois élus d’opposition ont tour à tour dénoncé ce déséquilibre. “Les élus des quartiers Nord et notamment [l’ex] maire PS Samia Ghali auraient voulu qu’un kilomètre de tramway réalisé au Sud soit systématiquement compensé par un kilomètre réalisé au Nord. Cette vision arithmétique est simpliste car le Nord souffre d’une déclivité plus importante qui nécessite des études complémentaires plus longues“, a justifié Jean-Claude Gaudin dans une interview accordée à La Provence l’année dernière.

C’est (toujours) pour dans cinq ans

Le vice-président délégué aux transports Jean-Pierre Serrus l’a dit et répété pendant la réunion de concertation : “Il faut tenir les délais.” Nul besoin d’autres élus, de citoyens ou de journalistes pour lui rappeler le contexte : lui-même évoque le dérapage complet du calendrier du métro Gèze, comme un exemple à ne pas reproduire.

Il faut dire qu’en la matière, ce fameux axe Nord-Sud du tramway part déjà de loin. En 2013, le plan de déplacements urbains misait sur une mise en service cinq ans plus tard pour le tronçon Saint-Exupéry-La Gaye. On y est, et il faudra encore attendre cinq ans, soit 2023. Sans Saint-Exupéry. “Les élèves du lycée Saint-Exupéry qui verront l’arrivée du tram sont actuellement à l’école primaire”, écrivions-nous fin 2014. Ces mêmes lycéens seront à la fac avant que le tram arrive… Au sein des services de la métropole, on assure que le décalage entre les deux phases présentées sera réduit et on avance une date pour l’arrivée à La Castellane : 2025.

Tunnel Schloesing : le point de crispation

Mercredi soir au Pharo, le maire du 6/8 et patron de la majorité municipale, Yves Moraine, ne s’est pas astreint à la même position de gentil organisateur que Jean-Pierre Serrus. Si retard il y a, c’est le fruit de “blocages idéologiques autour de la place Ferrié”, a clamé le maire de secteur, suscitant les protestations des élus communistes (qui ont déposé un recours) présents dans l’hémicycle. “C’est le contrôle de légalité du préfet”, a rétorqué hors micro Jean-Marc Cavagnara (France insoumise).

Schéma du passage du tramway au niveau de la place Ferrié, et du tunnel Schloesing. Source : métropole Aix-Marseille Provence.

Une référence cryptique au contentieux ancien autour du tunnel Schloesing. Pour que le tramway puisse traverser ce carrefour, il faut faire sauter les passerelles routières qui le surplombent aujourd’hui. Pour éviter que ce flux de véhicules paralyse la circulation, la métropole souhaite creuser un tunnel sous le boulevard Schloesing. Une solution soufflée, par la Société marseillaise du tunnel Prado-Carénage, qui se propose de réaliser gratuitement l’ouvrage, moyennant une prolongation de son juteux contrat de concession [lire notre article]. Début 2016, le préfet a mis un coup d’arrêt à ce projet en retoquant le montant juridico-financier, réclamant “une procédure de mise en concurrence”.

Depuis, l’État a validé une deuxième mouture, mais le feu vert définitif de la Commission européenne doit encore confirmer cet avis. Si l’on y ajoute le recours des communistes, le dossier reste l’une des inconnues de l’extension du tramway au Sud.

Gèze, l’autre inconnue en souterrain

Gèze est désormais connue comme une “station fantôme” de métro par bon nombre de Marseillais, même ceux qui n’avaient pas prévu de pousser jusque-là pour faire leurs emplettes au marché aux puces. Mais c’est aussi le nom du futur terminus du tram. Celui-ci recèle un autre hic, qui pourrait handicaper le projet et prend la forme d’une passerelle routière, qui surplombe l’axe Est-Ouest Capitaine Gèze-Cap Pinède. “Tous les jours passent des 30 tonnes, c’est un carrefour d’enfer ! Je suis inquiet que ce pôle d’échange [avec le métro et une gare routière] ne soit pas abouti”, a alerté Roger Ruzé au Pharo. Avant même l’arrivée du tram, le projet de pôle d’échanges prévoit une grande esplanade, la place de la Cabucelle, avec des équipements publics (dont une médiathèque) et une route peu fréquentée. Très loin de la réalité d’aujourd’hui. Une situation que la mise en service de la L2 Nord, non loin de là, ne devrait pas arranger. Sans parler de l’arrivée prévue du tramway au milieu de ce trafic.

La passerelle qui surplombe Gèze et plonge vers l’avenue du Cap Pinède.

Comme à Ferrié, la solution envisagée est de faire passer les véhicules par dessous. Mais contrairement à Ferrié, aucun montage financier n’est bouclé. Le sujet est pourtant identifié depuis au moins six ans… Pour toute réponse, la métropole a évoqué “des réunions” avec Euroméditerranée. Présente dans la salle, la présidente de cet établissement public d’aménagement Laure-Agnès Caradec (LR) n’en a pas dit plus.

Encore un doublon ?

Encore un passage obligé. Déjà prégnant lors de la création du réseau actuel du tram, notamment sur le tronçon sur la rue de Rome, le débat sur la redondance avec celui du métro ressurgit. Trois nouvelle stations de la ligne M2 seront traversées par le futur T3 : Bougainville et Gèze au nord, Sainte-Marguerite Dromel au sud. Une “aberration”, a critiqué ce jeudi le président du groupe PS au conseil municipal Benoît Payan, faisant écho à Samia Ghali dès la veille sur Twitter.

“Je me rappelle les critiques sur le fait que nous avions commencé le tramway en partant du centre-ville, en doublonnant le métro. Dans ces temps où le centre-ville est en difficulté, je dirais plutôt en mutation, que n’entendrions nous pas si nous étions passés à côté de l’opportunité de requalification que permet le tramway”, a anticipé au Pharo Yves Moraine, maire LR des 6e et 8e arrondissements.

Un peu plus tôt, la représentante de l’agence d’urbanisme Stoa Marianne Rougé avait avancé implicitement le même argument technique :

Un tramway nous permet d’aménager “de mur à mur”. On refait toute la voie, les réseaux, on en profite pour rééquilibrer les modes de déplacements, pour reprendre un peu de place à la voiture, qui avait presque tout pris dans cette ville.

Au fil des images de présentation, ce sont des places Bougainville, Castellane et Ferrié transfigurées qui apparaissent. Les panneaux de l’exposition insistent également sur les territoires stratégiques longés par le tracé, aujourd’hui seulement bordés par le métro : l’extension d’Euroméditerranée au Nord, les zones de la Capelette et du Rouet au Sud.

Place Castellane, fini le rond-point

Parmi les visuels, que la métropole n’a pas souhaité communiquer bien qu’ils aient été projetés, celui de la place Castellane a fait l’objet d’une attention particulière. Après une introduction historique, Marianne Rougé a présenté en détail l’approche retenue pour faire passer le tram sur ce qui “n’est aujourd’hui pas vraiment une place mais un rond-point”. La réponse est simple : cela n’en sera plus un. Seul le croissant entre le boulevard Baille et l’avenue du Prado serait ouvert à la circulation, le reste étant rendu piéton, hormis une petite liaison entre la rue de Rome et la rue Maurel. “Il va y avoir besoin de concertation”, a déminé Yves Moraine, pas démenti par les représentants des comités d’intérêt de quartier interloqués de ce bouleversement. Ça tombe bien : après la concertation cette année, une enquête publique est obligatoirement prévue l’année prochaine, avec un dossier bien plus détaillé.

Visuel (non contractuel) du groupement Egis Rail, Stoa, CARTA Associés, Ora Ito.

Saint-Exupéry et après ?

Repoussée à la deuxième phase, la doléance n’en est pas moins déjà déposée. “L’aboutissement ce n’est pas La Castellane, c’est Saint-Antoine et l’hôpital Nord”, a lancé Roland Cazzola, adjoint de Roger Ruzé, depuis l’hémicycle. Une position partagée par la sénatrice Samia Ghali et qui fait écho à une série de manifestations d’associations du secteur. Qu’il s’appelle métro ou tramway, beaucoup appellent à un autre moyen de transport que le bus B2, englué dans la circulation, pour desservir l’hôpital Nord.

Pour l’heure, les études précises menées par la métropole se sont toutes arrêtées au lycée Saint-Exupéry, qui était l’objectif prioritaire du plan de déplacements urbains. Plus récemment, deux variantes de tracés, que Marsactu a pu consulter, ont toutefois été établies plus au nord. Elles se rejoignent à Saint-André avant de filer vers la Castellane.

Cliquez sur l’image pour agrandir.

Où voir l’exposition et déposer une contribution ?

– Mairie des 2e et 3e arrondissement, 2 Place de la Major (2e)
lundi au vendredi de 8h30-11h45/12h45-16h30
– Mairie des 6e et 8e arrondissement, 125 Rue du Commandant Rolland (8e).
lundi au vendredi de 8h30-11h30/12h45-16h30 et le samedi de 8h30-11h
– Mairie des 9e et 10e arrondissement, 150 Boulevard Paul Claudel (9e).
lundi au vendredi de 8h30-11h45/12h45-16h30
– Mairie des 15e et 16e arrondissement, 246 Rue de Lyon (15e)
lundi au vendredi de 8h30-16h30
– Métropole Aix-Marseille-Provence – Le Pharo, 58 boulevard Charles-Livon (7e)
lundi au vendredi de 9h-12h/13h30-16h30

Le dépliant et les panneaux sont également en ligne sur le site du conseil de territoire Marseille Provence. Étant donné l’ampleur du projet, un “garant de la concertation” a été nommé par la commission nationale du débat public. Son mail : francois.nau@ampmetropole.fr

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. LaPlaine _ LaPlaine _

    Donc, selon Yves Moraine, le tramway n’est pas un aménagement structurant des TC marseillais mais un outil de requalification des axes qu’il traverse…

    Signaler
    • Happy Happy

      Il n’est pas le seul à le penser mais ça fait cher de la réfection des trottoirs. On doit quand même pouvoir requalifier un axe sans y faire passer un tramway ? (cf par exemple la rue Paradis)

      Signaler
  2. kukulkan kukulkan

    une honte ces doublons. Et au Sud, quelle honte, si c’est cette histoire de tunnel shloesing qui bloque, pourquoi ne pas partir de Dromel. Quand ce sera réglé plus au nord ils pourront poursuivre leurs délires, mais tout bloquer pour ça c’est scandaleux. Bande de bras cassés.

    Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Pas seulement pour Yves Moraine. Pourquoi, selon vous, a-t-on créé la ligne T2 qui, grosso modo, dessert les mêmes quartiers que le métro ?

    Pas parce qu’elle répondait à un besoin de transport, mais parce qu’elle était supposée mettre un coup d’arrêt à la “dynamique de paupérisation” du centre-ville.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      (Cette réponse s’adresse à @LaPlaine _)

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Je citais le sieur Moraine à cette occasion puisqu’il la ramène, comme sur beaucoup de sujet, il ne peut pas s’empêcher de pérorer. Bien évidemment que c’est le même discours chez Gaudinus et consorts.

      Signaler
    • Mars1 Mars1

      Pour ce qui est de la paupérisation c’est réussi, il n’y a qu’à voir l’état actuel de la Canebière ou de la rue de la République, où passe la ligne T2…

      Signaler
    • LN LN

      Il a aussi été conçu pour amener les clients et les cadres à la tour CGM-CMA car les valises à roulettes c’était pas possible à la station de métro National…… Peuchère

      Signaler
  4. Pitxitxi Pitxitxi

    Doublon quasi-intégral avec le métro sur la phase 1, difficultés liées à la présence de passerelles routières à compenser… Quelque chose me dit que c’est encore un dossier très bien ficelé qui verra le jour dans les délais annoncés !

    Signaler
  5. Germanicus33 Germanicus33

    La priorité reste l’extension du tramway jusqu’à l’hôpital Nord. Pas de doublon avec le métro !
    On se demande ce qui motive la municipalité ! C’est n’´importe quoi…
    Faire un tunnel Place du Général Ferrié est aberrant et inutile comme celui des 5 Avenues qui a été supprimé quand on a construit les voies du tramway et la circulation s’est améliorée sans tunnel: Chartreux, Blancarde, Foch, Philipon, Libération : ne dilapidez pas l’argent des contribuables !

    Signaler
    • Germanicus33 Germanicus33

      Des lignes de tramway prolongées à Bordeaux sur des kilomètres en un temps record et sur quatre lignes, ça fait rêver!
      Et cinq ans à Marseille pour des distances plus que modestes : affligeant !

      Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    C est la différence entre un bon à rien et mauvais en tout, face à un bon à tout et mauvais en rien.

    Signaler
  7. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Elle est tout de même extraordinaire, la carte qui illustre l’article. On va donc dépenser un peu d’argent pour avoir un tramway qui, grosso modo, ira de Dromel à Gèze. Ça me rappelle quelque chose… Ah, oui, le métro ! Dont on voit que son tracé est quasi identique à celui du projet de tram…

    On ne pouvait évidemment pas avoir l’idée de, pour le même prix, construire dans un premier temps le tramway en priorité dans les quartiers dépourvus de mode de transport lourd, et organiser le rabattement des voyageurs vers les lignes existantes de métro. Par exemple entre La Castellane ou St-André et Gèze. Plutôt que de promettre aux habitants de ces quartiers qu’ils auront le tramway… aux calendes grecques (aux calendes phocéennes, donc !).

    Après la farce des stations de métro inutiles entre Blancarde et La Fourragère, voici la pantalonnade du doublon Nord-Sud. Un peu chère, la plaisanterie.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire