"Au final, un ingénieur allaudien coûte moins cher qu'un ingénieur chinois"

À la une
le 27 Juin 2014
5

Douze millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013, 180 salariés dont 160 au siège d'Allauch, des équipes de business development au Brésil, en Chine et en Inde, 75% de chiffre d'affaires à l'international et des clients qui ont pour nom Canal+, SFR, Belgacom ou Vodaphone. Un beau parcours pour Wyplay, une société créée par quatre ingénieurs en 2006, partie de rien et aidée par des fonds d'investissements qui ont apporté 24 millions d'euros en trois levées de fonds. Une start-up qui a réussi à émerger dans un environnement très concurrentiel dominé par des géants comme Cisco et Microsoft grâce à une intuition. Son co-fondateur Dominique Féral résume cela en une formule :

On a fait le pari des technologies ouvertes, en 2006. Personne ne pensait à Linux dans le monde des décodeurs.

Grâce à ces développements de logiciels "open-source" face à des concurrents qui s'appuyaient sur des technologies propriétaires, Wyplay a su rapidement s'imposer pour devenir aujourd'hui le 4e fournisseur mondial. "Notre réussite, c'est d'être toujours en avance", détaille le patron du marketing. Leurs concurrents sont en Israël, dans la Silicon Valley ou en Suisse. Cela n'entame en rien la compétitivité de Wyplay, bien au contraire selon Dominique Féral :

Le CIR (crédit impôt recherche) nous a apporté cette année trois millions d'euros, c'est significatif. Pour l'anecdote, on a monté une équipe de développement en Chine, pour profiter des bas salaires. On a eu jusqu'à 25 personnes, et quand on regarde le coût d'un ingénieur chinois, la gestion du turn-over, une productivité qui est peut-être moins bonne, on est arrivé à un coût de fonctionnement qui est équivalent voire plus élevé qu'ici, à Allauch.   

Wyplay prouve donc que la production locale, si elle s'appuie sur de l'innovation et une forte valeur ajoutée, peut tenir son rang face à la concurrence mondiale.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. JL41 JL41

    Un cas analogue à celui de Wiko avec ses téléphones portables sans abonnement. Wiko, un partenariat réussi avec la Chine, Wyplay sans doute aussi : le marché de la Chine qui veut se passer de Microsoft est immense. Dans les deux cas une réflexion sur les marchés à l’échelle mondiale.
    Une mauvaise image de bricolage et de non prise en compte de certains logiciels professionnels et des logiciels de jeu, colle un peu à Linux, même si les serveurs en sont depuis longtemps équipés. On comprend que la qualité des hommes, du projet et les 26 M€ levés par l’entreprise, ont permis ces beaux résultats. Bravo à Wyplay.
    On reste souvent obligé d’en passer par Microsoft pour les systèmes d’exploitation, pour des raisons de compatibilité avec des logiciels qui ne tournent pas sous Linux, mais de plus en plus, c’est galère. Cela fait plaisir de constater que cette situation monopolistique est de plus en plus souvent écornée.

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    C est bien et courageux.
    Mais attention cela a coûté près de 17 000. € d aide de l état par salarié.Cela veut il dire que sans dopage on coule?
    Je me dis que finissons par vivre dans une économie et une répartition des flux financiers qui sous des airs capitalistiques se rapprochent d une forme de socialisme moderne.
    On peut arriver à lire un article sur une boîte qui touche 3 000 000€ d aides par l état dans un canard qui survivrait grâce aux dotations de ce même état à la presse.
    C est fou mais cela n enlevé rien au courages de ces entrepreneurs.

    Signaler
  3. JL41 JL41

    La remarque d’Anonyme met très justement le doigt sur les aides accordées aux entreprises innovantes. Je me souviens d’une entreprise de monétique, une des premières nées au France, il y a bien longtemps : elle a déposé son bilan 5 ans après sa création. Plutôt que de mettre sur le marché une application commercialement viable, elle a poursuivi sa fuite en avant grâce aux financements publics, dans une sophistication du produit, foireuse au final. C’était l’époque où l’Anvar jugeait de ce genre de dossier. L’Etat, une collectivité et les actionnaires en ont été pour leurs frais. On s’est raté sur des politiques bien plus grandioses, comme le Plan calcul, tandis qu’on se pose maintenant la question du devenir du site de Rousset, ou des milliards d’€ ont été engloutis.
    Mais comme le dit Pierre Boucaud, l’Etat aide ces entreprises dans tous les pays. Qu’il s’agisse d’aides directes, de commandes publiques (Bull qui a perduré sur le dos des collectivités locales avec ses retards technologiques) ou de financements relevant de budgets militaires. Cela vaudrait le coup d’analyser les réussites et les échecs de PACA, avec leur part respective.
    J’avais rapproché le cas de Wyplay de celui des smartphones de Wiko qui avait également fait l’objet d’un article dans Marsactu : http://www.marsactu.fr/economie/wiko-nos-telephones-sont-fabriques-en-chine-mais-tout-est-concu-ici-a-marseille-33250.html
    Un test réalisé par 01net relativise, on l’espère provisoirement, le succès du Wiko Wax de cette entreprise marseillaise, conçu ici et produit en Chine : « Armé du processeur le plus puissant de ce comparatif (Nvidia Tegra 4i), le Wiko Wax offre un gros potentiel en termes de performances et de confort d’utilisation, notamment dans les jeux vidéo. Seulement voilà, son système Android 4.3 souffre actuellement de forts ralentissements au bout de quelques jours d’usage, et de quelques bugs gênants. Les mises à jour se succèdent, et l’appareil devrait passer sous Android 4.4 très bientôt. Nous gardons donc espoir, et lui maintenons ses 4 étoiles, surtout qu’il est, lui aussi, compatible 4G ! » : http://www.01net.com/editorial/622612/dossier-le-top-10-des-smartphones-a-moins-de-200-euros/

    Signaler
  4. Martin Martin

    Félicitations à Wyplay ! Le réflexe des entreprises à toujours se tourner vers le moins cher est compréhensible, mais à titre personnel je trouve tout de même que cela risque d’avoir un trop gros impact en terme de qualité. Sinon, j’ai un cousin qui passera sans doute les concours d’écoles d’ingénieurs l’an passé : http://www.au-premier-concours.com/4-concours-fesia-fesic-puissance11 et qui va faire son possible pour avoir sa chance à Wyplay ! En espérant qu’ils accordent de la place aux jeunes.

    Signaler
  5. Martin Martin

    *l’an prochain je voulais dire bien sûr.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire